•  

    [Anime] Bungaku Shoujo

    Titre : Bungaku Shoujoi
    Autre : A Literary Girl
    Auteurs : Nomura Mizuki & Takeoka Miho

    Statut : Terminé
    Film : 1

    Année : 2010
    Editeur : /

    Adapté de Bungaku Shoujo
    Précédé de Bungaku Shoujo : Kyou no Oyatsu - Hatsukoi et Bungaku Shoujo : Mémoire


    Toko Amano est une Bungaku Shojo. Elle est la seule membre du club de littérature de son lycée avec Inoue Konoha. Ce dernier lui écrit une histoire chaque jour en guise de goûter, car Toko ne se nourrit que d'histoires. Le quotidien calme et paisible d'Inoue va être bousculé par le souvenir de Miu, son ami d'enfance.

     

    - Un Petit Mot -

     

    Bungaku Shoujo. Un titre qui n'est pas inconnu à beaucoup, tant il aura fait parler de lui. Il était très attendu par beaucoup de monde. J'en faisais partie. Pourtant ce n'est que maintenant que je me suis décidée et que je l'ai regardé. Et me retrouvant face à la fiche technique de ce film, j'apprends qu'il existe également Bungaku Shoujo : Kyou no Oyatsu - Hatsukoi et Bungaku Shoujo : Mémoire. Et là je fus quelque peu perdue. Devais-je les prendre comme des OAV et les voir comme de simples "bonus" dont il est possible de se passer? Ou était-il préférable de les regarder également?

    Face au doute, je suis allée les voir. Les quatre épisodes entiers, dispersés sous ces deux titres. Et je pense qu'il n'est pas mauvais de les regarder avant. Mais seulement avant le film. Les voir après serait quelque peu inutile. Ça apporterait peut être des éclaircissements après coup. Il faudrait alors faire jouer sa mémoire ou revenir à des instants du film pour bien comprendre leur impact dans l'histoire. Ce serait dommage.

    Donc pour ceux qui se sentiraient tout aussi perdus que moi face à ces trois titres, je vous conseille de voir en premier Bungaku Shoujo : Kyou no Oyatsu - Hatsukoi, qui présentait le film avant sa sortie ; puis vous pourrez regarder Bungaku Shoujo: Mémoire. Ces trois derniers épisodes vous en diront un peu plus long sur les personnages et leurs particularités, leurs relations. Chaque épisode est centré sur un personnage particulier. Par ailleurs, ce qui est présent dans ces épisodes ne se retrouve qu'à un degré très faible dans le film, dans le sens où nous avons un flashback d'une durée moindre ou juste un petit bout, alors que l'épisode nous en dévoile davantage. Ce sont des informations complémentaires pour le film. Ayant visionné ces quelques vidéos avant, j'étais parée pour débuter le film.

    Je vous recommande fortement de les avoir vues avant. Vous comprendrez ainsi dès le début le comportement de certains personnages plutôt que de se rendre compte des choses en cours de route.

    Venons-en au film en tant que tel ! J'ai beaucoup aimé le principe de la Bungaku Shoujo. Manger des livres au sens propre du terme ! C'est assez amusant. Je me dis aussi que ça doit lui coûter terriblement cher au niveau des repas (bien que ses goûters soient "gratuits"). Elle ne peut donc manger rien d'autre. La nourriture en tant que telle n'a pas de goût pour elle, que ce soit de la viande, de la glace ou un fruit. Rien n'y fait. Il n'y a aucune différence dans sa bouche. Par contre les histoires ont des goûts. Celui de soda, de crème caramel... Quelque part j'en viens à me demander tout de même comment elle peut comparer le goût des histoires au goût de la nourriture, puisqu'elle l'ignore ! Mais comme elle lit beaucoup, elle doit sans doute se fier aux descriptions qu'elle peut avoir parcourues dans ses histoires.

    Toko est une jeune fille calme. Elle a une présence apaisante. Cela se ressent même au travers du film. Ce n'est pas un personnage excentrique, vulgaire, cruche... Une fille relativement simple qui a une particularité, celle d'être une Bungaku Shoujo, et ainsi, d'avoir une grande connaissance des histoires, des livres. Elle sait néanmoins s'amuser, comme cela nous sera montré avec sa boîte au lettre. Elle est joyeuse, sereine.

    Son camarade, Inoue Konoha, est le personnage autour duquel tourne toute l'histoire. Toko joue également un rôle important, ce qui explique le titre du film. Néanmoins c'est Inoue que nous suivons. Ce jeune écrivain qui a voulu renoncer à l'écriture, celui qui a pour amie d'enfance Miu Asakura. L'intrigue tournera principalement autour de ces deux personnages, de leurs relations, des souvenirs, de la réalité présente.

    Le portrait brossé de Miu fait d'elle une fille qui semblerait immédiatement détestable. Et, si vous avez vu l'épisode de Bungaku Shoujo : Mémoire qui lui est consacré, dès que vous commencerez le film, vous ne l'apprécierez pas (En tout cas ce fut mon cas). Elle est manipulatrice avec Inoue. Elle est fausse. Elle peut même sembler incompréhensible. Je n'ai pas apprécié son comportement. Je ne peux malheureusement pas en dire plus sur cela sans en dire trop sur le film.

    Alors nous terminons ici. Juste une petite chose encore : ne quittez pas le film lorsque les noms de l'équipe apparaissent à la fin ! Il y a encore un petit bout une fois tous les noms passés ! ;)


    votre commentaire
  • A Rocket To The Moon - Like We Used To


    2 commentaires
  •  

    [Anime] Toshokan Sensou

    Titre : Toshokan Sensou
    Autre : Library War
    Auteurs : Arikawa Hiro & Yumi Kiiro

    Genre : Shojo
    Statut : Terminé
    Episodes : 12

    Année : 2008
    Editeur : /

    Adapté du manga Library War - Love & War


    L'ère Seika est sous le signe de la censure, exercée par le gouvernement grâce à la Loi d'Amélioration des Médias mise en place, et appliquée par le Comité d'Amélioration des Médias. Face à eux se trouve le corps des bibliothécaires, la force militaire des bibliothèques qui se battent contre la censure et pour la liberté d'expression.
    Dans leur équipe d'Intervention se trouve Kasahara Iku, la seule femme qui fut intégrée.

     

    - Un Petit Mot -
     
    [Anime] Toshokan Sensou

    Une envie d'animes soudaine à assouvir et me voilà face à Library War après que les deux titres précédents que je voulais voir me soient impossibles à visionner.

    J'avais déjà entendu parler de Library War, de son histoire. Je me souviens encore avoir pensé au livre Fahrenheit 451 au sujet des livres et de la censure, bien que ces choses soient différentes dans les évènements. Aussi n’est-il pas étonnant que le livre soit cité dans un des épisodes.

    Je me suis donc lancée dans le premier épisode. J'ai parfois eu un peu de mal avec les dialogues trop rapides ou des évènements incompris. Très rapidement tout devint très clair dans mon esprit et je continuais l'aventure. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre. Les relations tissées dès le début entre les personnages prédisent de bonnes choses, des rires comme des larmes. Surtout lorsqu'on voit Kasahara et son instructeur, Dojo. Je ne m'y serai pas trompée !

    Par contre, une chose que j'ai remarquée dès le premier épisode dans un plan où elle marche en sa compagnie dans la bibliothèque, les dessins ne sont pas toujours très bons. Elle avait à ce moment des hanches énormes ! Mais vraiment énormes ! C'était disproportionné par rapport à tout le reste de sa physionomie. Heureusement, ce genre de petit désagrément n'arrive que ponctuellement et ne gâche pas le visionnage^^

    Le personnage de Kasahara est intéressant. Je dois avouer qu'il m’est arrivé au début d'avoir un peu de mal à me faire à l’idée qu'elle soit bien une fille tant elle ressemble à un homme par son manque cruel de féminité ! Sa coupe de cheveux n'aide en rien à ses formes cachées. C'est malgré tout un trait que l'on apprécie chez elle. Un garçon manqué. Ce n'est pas pour rien que c'est la seule fille du groupe d'Intervention de la bibliothèque. Elle arrive à égaler les hommes au point d'avoir une place parmi eux (bien qu'ils ne soient pas sexistes et ne refusent pas les femmes. Ils prennent juste les meilleurs). Son tempérament de feu m'a plu. Elle fonctionne à l'instinct. Elle est sincère et tout se lit sur son visage. En plus de cela, elle n'a pas peur du danger et est une forte tête !

    J'aurais aimé passer plus de temps dans cet univers en compagnie de ces personnages. Il ne me reste plus qu'à me tourner vers le manga pour satisfaire mes envies !


    1 commentaire
  •  

    [Anime] High School of the Dead

    Titre : High School of the Dead
    Autre : HOTD
    Auteurs : Satou Daisuke & Satou Shouji

    Genre : Shonen
    Statut : Terminé
    Episodes : 12

    Année : 2010
    Editeur : Dybex
    Prix : 24.99€
    Public : 14+

    Adapté du manga Highschool of the Dead


    Un virus se répand dans le monde. Les gens deviennent des zombies et quiconque se fait mordre par l'un d'eux se transforme. Le virus se répandit dans le lycée de Takashi Komuro. Il va former avec d'autres élèves et l'infirmière de l'école un groupe de survivants et vont tout faire pour rester en vie dans cet environnement hostile.

     

    - Un Petit Mot -
    [Anime] High School of the Dead

    Je ne suis à la base pas du tout fan d'histoires de zombis. C'était déjà le cas en ce qui concernait les films ou les livres. Il n'est donc pas étonnant que ce trait persiste avec les animes. Ce n'est simplement pas un thème qui me plait, que je puis apprécier. Voir un monde transformé en zombies où quelques personnes essaient de survivre au milieu de tous ces cadavres ambulants, de tout ce sang qui est projeté partout... Non, vraiment, ce n'est pas une ambiance qui me plait, ni qui me permet parfois de dormir la nuit. Je me réjouis donc dès le départ de savoir qu'il n'y a que douze épisodes à voir.

    Et puis voilà. Je suis arrivée au bout. Et malgré tout mon esprit reste assez vide. Pour faire simple et court : J'ai détesté cet anime. Et de tout mon cœur. Vraiment. Le plus dur sera maintenant de m'expliquer. Je vais bien évidemment laisser de côté l'univers post-apocalyptique zombie. Ce n'est pas un univers qui me plait, et vous le savez dorénavant. Mais même à côté de ça, c'est un anime détestable.

    Le point le plus important est sans doute l'ecchi. J'ai déjà fait des petites remarques parfois à ce sujet sur d'autres fiches. Non je ne suis pas une fan d'ecchi. J'avoue pourtant en faire de plus en plus fi quand cela reste léger. À tel point que je n'en parle même plus pour certains shonen/seinen. Parce que ça passe. Mais dans High School of the Dead ! Ah non ! Impossible pour moi de passer au travers, de faire comme si ça ne me dérangeait pas. Que les étudiantes aient toutes des poitrines de tailles disproportionnées (C'est à se demander si parfois les auteurs se souviennent que ce sont des lycéennes) c'est un fait incontestable. Mais c'est quelque chose que l'on retrouve dans beaucoup d'anime ecchi aussi. Pourtant, lorsqu'on arrive au personnage de Shizuka (l'infirmière) ça devient réellement disproportionné. C'est à tel point qu'au début de l'anime on la voit littéralement couchée dessus. Elle s'en sert comme d'un coussin alors qu'elle s'est assoupie à son bureau... C'est à se demander comment elle arrive à tenir debout.

    Puisqu'on parle de poitrines, allons jusqu'au bout. Il y a un épisode dans lequel Saeko combat les zombies tout en évitant les tirs que Takashi leur porte. Et à un moment donné, bien entendu, nous avons une scène au ralenti mais avec un gros plan sur... sa poitrine ! Pourquoi? Parce qu'elle est en mouvement et que la balle réussit à se frayer un chemin pile entre les deux ! On y croit...
    Outre ce détail, on remarquera que les poitrines sont prises pour des ballons gonflés d'eau. Je vous assure ! Remplissez un ballon d'eau et appuyez dessus. Vous aurez exactement les mêmes résultats que les effets rendus dans l'anime. Étonnamment, même quand les filles sont touchées sauvagement à cet endroit, il ne ressort que du plaisir de leur corps. L'auteur ignore donc que ça fait mal? O_o Qu'il fasse un séjour dans le corps d'une fille pendant quelques heures...

    [Anime] High School of the DeadFinissons sur l'ecchi de manière général. Y en a partout. Tout le temps, sans arrêt. Sans même parler de l'épisode où les filles prennent un bain (et ça vire au grand n'importe quoi), on remarque tout de même que lors de combats, lorsqu'une fille est proche de se faire mordre au niveau de la gorge (Donc toute l'action se passe à cet endroit-là!) on a soudainement un plan sur sa culotte avant de revenir là où nous en étions. Euh.... quelle est l'utilité de la chose? Et c'est ainsi durant douze épisodes. Sans même parler de Saeko qui pourrait avoir un orgasme tant elle prend de plaisir à tuer des zombies dans un épisode. Un gros n'importe quoi en somme.

    Essayons d'en faire fi également. Ce qui est déjà un peu plus difficile car ce sont deux points omniprésents dans l'anime. Nous avons tout de même des personnages ! J'avouerai n'avoir été attachée à aucun durant tout l'anime. Aucun ne m'a attirée une quelconque sympathie sauf Minami Rika. Dommage qu'elle ne fasse pas partie des "principaux". C'est la seule qui m'ait plu. Dans notre groupe nous avons une infirmière inutile. La seule chose qu'elle fait se limite pour ainsi dire à conduire les véhicules. À côté se tient Takagi Saya, une "génie" qui pourtant n'ose pas affronter les zombies (c'est seulement sur la fin qu'elle en tue quelques-uns). Dans le groupe il y a aussi Miyamoto Rei, l'amie d'enfance de Takashi. Son copain est mort sous ses yeux, tué par ce dernier. Elle semble se tourner de nouveau vers Takagi et elle passera plusieurs épisodes totalement nue. Au moins elle sait se battre. Tout comme Saeko ! Elle semble pourtant un peu folle sur les bords (une folie qui virerait à la démence). Et puis nous avons deux garçons : Hirano Kouta, un geek macgyver, il connait toutes les armes sur le bout des doigts ; et Takashi Komuro, le "leader" du groupe. Je me souviens d'ailleurs que la première fois que j'ai vu le groupe, je me suis dit que les filles se disputeraient Takashi (L'autre étant hors course au vu de son physique). Pas trop étonnée sur ce point du coup même si c'est pas non plus très "flagrant".

    Si je devais aborder un dernier point, ce serait peut-être la fin. Une fin qui n'en est en fait pas vraiment une. Les choses s'arrêtent quand une action devrait commencer. Au moins, ce qui est certain, c'est qu'avec une telle fin ils sont certains de pousser le public à demander une suite ou à acheter le manga pour connaître le réel fin mot de l'histoire. Sans aucune surprise je n'irai pas prendre cette peine. J'en ai eu déjà bien assez avec l'anime sans que je ne passe par le manga.

    Donc au final? Et bien j'ai été très déçue. Énormément. J'ai beaucoup entendu parler de cet anime. J'entendais partout dire qu'il était génial. Je l'ai même recommandé à quelqu'un il y a de cela plusieurs mois, pensant pouvoir faire confiance à l'avis général. Heureusement pour moi, cet ami est de sexe opposé, il l'a donc accueilli plus chaleureusement que moi. Mais je reste et campe sur ma position. Cet anime est une énorme déception.

    Si vous aimez les univers post-apocalyptiques zombie et l'ecchi à tout va (qui est tellement présent qu'on vire à l'obscène si ce n'est pas à la pornographie parfois), vous pouvez tout de suite aller le voir (à partir du moment où l'univers vous plait, courrez). Sinon, passez votre chemin.


    3 commentaires
  • [Manga] Neo Girl

    Titre : Neo Girl
    Auteur : Eun Young Kang

    Type : Shojo
    Statut : Terminé
    Volumes : 1

    Année : 2009
    Editeur : /


    Lee Soon-Hee est une adolescente très athlétique qui vit avec son grand frère Lee Chul-Soo, un génie qui est déjà professeur. Il est tout le temps après sa sœur pour qu'elle fasse ses corvées.
    De nouveaux voisins emménagent : Un père et ses deux fils, dont un va au même lycée que Lee Soon-Hee.

     

    - Un Petit Mot -

     

    [Manga] Neo Girl

    Cela faisait un moment que je n'avais pas lu un Manwha. J'en perds tellement vite l'habitude, qu'à chaque fois que je me retrouve devant ce type d'ouvrage, je me trompe dans le sens de lecture. Par habitude des mangas où les bulles se lisent à l'envers, il me faut passer les deux premières pages avant de me rendre compte de mon erreur. Alors je reprends depuis le début et me rends compte que c'est beaucoup plus logique lorsqu'on lit les dialogues dans le bon ordre.

    Après avoir lu le résumé qui m'était proposé, je pensais retrouver quelque chose un peu dans la même veine de Change 123, dans le sens où Lee Soon-Hee est capable de se défendre. De ce côté-là, je n'ai absolument pas eu ce à quoi je m'attendais. Il faut dire qu'ayant lu juste avant Change 123, qui comprend beaucoup de scènes de combats, retourner à quelque chose de plus minime est un peu difficile. Malgré tout cela m'a plu. Le caractère de Lee Soon-Hee me plait beaucoup. Une fille qui n'attend pas de l'aide des autres, qui est capable de se débrouiller toute seule, de se défendre et qui a un caractère. Elle n'hésitera d'ailleurs pas à donner quelques coups de poing si nécessaire.

    Deux garçons vont alors rentrer dans sa vie qui se limitait jusque-là principalement à son frère et sa meilleure amie qui a un faible pour Lee Chul-Soo. Les deux garçons en question sont très populaires au sein de son école et souvent en présence de filles. Les deux vont montrer un intérêt pour Lee Soon-Hee et vont se la disputer. Ce sera à celui qui arrivera à la séduire. Mais ne gardez pas trop cette idée en tête. L'histoire est courte. Le jeu ne prend pas sur les dix chapitres disponibles (et même si c'était le cas, c'est relativement peu).

    Ce qui m'a un surpris, c'est qu'en un volume, en tout juste dix chapitres, l'auteur arrive à étendre l'histoire sur quelques années. Il s'agira en fait d'une grande ellipse, un grand saut dans le temps et on ne se trouvera qu'à deux instants temporels. L'année où ils se rencontrent et quelques années plus tard, une fois qu'un des deux garçons revient de ses études à l'étranger. Il reviendra changé, totalement changé ! On trouvera en ce personnage une personnalité totalement autre. Bien que j'apprécie des côtés du nouveau lui, j'avoue que j'aurai préféré qu'il conserve au moins une partie de son ancien caractère.

    Bien que je me sois beaucoup avancée dans l'histoire, je ne vous ai pas fourni le nom des garçons, donc il ne vous est pas possible de savoir qui part, qui reste, qui attire le plus l'attention de Lee Soon-Hee... Par contre je me vois dans l'obligation de vous prévenir que je vais dévoiler un élément important de l'histoire. Donc si vous ne voulez pas en savoir trop, vous pouvez vous arrêter dès à présent.

    Ce Manwha est de type "shojo". On s'attend à une romance, une histoire d'amour entre deux personnages. Le décor est planté avec une fille et deux garçons qui se la disputent. Tous les éléments sont présents pour qu'au moins un des garçons finisse par sortir avec la fille. Et pourtant ! Pourtant non, rien. Arrivé à la fin nous savons pour lequel des deux elle a une préférence (et on le devine même avant) mais jamais ce ne sera avoué, donc jamais ils ne formeront un couple. Le Manwha s'arrête bien avant. C'est assez surprenant quand on arrive à la fin et que les choses ne se sont pas faites. J'ai même un peu l'impression de n'avoir eu qu'un prélude avec un peu de recul.


    PS : Vous pouvez donc noter que, bien que le titre comprenne le mot "Neo", il n'est à aucun moment question de robot ou de technologie. L'histoire se déroule à notre époque, dans un environnement actuel. Un titre qui peut être trompeur.


    votre commentaire