• Atsu Atsu Trattoria, de l'amour dans l'air entre deux bouchés

    Titre : Atsu Atsu Trattoria
    Auteur : Washio Mie

    Type : Shojo
    Statut : Terminé
    Volumes : 1

    Année : 2008
    Editeur : /
    Prix : /


    Le père de Sora a toujours voulu ouvrir un restaurant italien. Il réussit à faire de son rêve une réalité. Malheureusement, après plusieurs années, le restaurant est en crise. Peu de clients, pas assez de recettes. Pour lui faire remonter la pente, le père de Sora décide d'embaucher un nouveau chef : Habuka, un jeune chef célèbre et talentueux.

     

    - Un Petit Mot -

     

    Atsu Atsu Trattoria, de l'amour dans l'air entre deux bouchés

    Shojo, 1 volume, 4 chapitres. Ces quelques mots résument à eux tout seul la plus grande partie de l'histoire. C'est un Shojo, donc, forcément, il y a une histoire d'amour entre Sora et Habuka (mais c'est pour ça qu'on la lit). C'est court, de ce fait, ce sera rapide et on ne va pas trop s'encombrer avec des longueurs, ni même à se tourner autour pendant des tomes (Ca ne peut durer que sur un seul) et encore moins à donner plein de détails. Mais en même temps, si on commence un manga dans ce genre en sachant d'avance ces quelques petites informations, c'est parce qu'on recherche ces choses ! (On qu'on a un sérieux problème, du genre "maso" pour lire quelque chose que l'on sait qu'on va détester d'avance)

    Le restaurant, voilà qui va donner faim ! Ah ! Que j'aime ces histoires avec de la nourriture (Ce n'est pas mon estomac qui parle). Je ne sais pas pourquoi, mais les quelques mangas que j'ai pu lire (ou animes que j'ai pu voir) avec pour thème la nourriture, qu'il soit au centre de tout ou en arrière-plan, ça m'a toujours plu. Ça change un peu du contexte "école" qui passe alors au second plan. On se concentre davantage sur le restaurant en lui-même. On voit des jeunes qui travaillent et ne se contentent pas juste de râler après les cours (ça, on le fait tous très bien). Inconsciemment, j'ai peut-être tendance à trouver ces personnages plus attachant car ils avancent dans la vie, ils tentent des expériences, même si ce n'est qu'un petit boulot. C'est un premier pas dans le monde en quelque sorte, même si ça doit commencer par l'entreprise familiale.

    En revance, il ne faudra pas s'attendre à de grandes étendues sur la cuisine. L'action se déroule dans le restaurant, certes, mais ça se limite pas mal à cela. On ne va pas nous exposer des plats, leurs recettes, le tout couplé avec des explications. On a pas le temps de faire cela en 4 chapitres. Ce n'est donc pas un manga culinaire. Il est centré sur la romance. La cuisine, c'est le contexte et rien de plus. D'un côté, je trouve ça dommage, d'un autre, je ne m'étais pas lancée dans ce manga pour cette raison mais bien pour les quelques mots que j'ai écrit au tout début.

    Pour parler rapidement des personnages (car ce n'est pas sur l'intrigue que je vais vraiment avoir la possibilité de vous dire grand-chose), nous avons Sora, adolescente assez garçon manqué, qui ne se maquille pas et qui ne semble même pas savoir se laver les cheveux (On a sûrement la même pensée vous et moi). Elle est pourtant une fille enjouée, pleine de vie et ne cache surtout pas ses émotions, quelles qu'elles soient (Ce qui explique qu'elle n'hésite pas à jeter des objets à la tête des gens ou à s'énerver et dire ses quatre vérités à Habuka). En face, Habuka, dont on ne sait pas grand-chose si ce n'est qu'il a un caractère qui ne plait généralement pas à ses collègues, d'où le fait qu'il change tout le temps de restaurant. Grand chef, jeune, ténébreux, mystérieux car il ne parle que peu de lui mais en même temps très prévenant, notamment envers Sora (et qui sait merveilleusement bien cuisiner, même si je n'ai pas pu goûter ses plats). Et enfin, le père, veuf, prenant soin de sa fille mais ne la forçant pas non plus à faire ce qu'elle n'aime pas. Un bon père amusant qui ne semble pas avoir une grande autorité dans toute l'histoire (Il a plutôt le rôle du "papa-drôle").

    C'est sûr, donc, l'histoire est totalement prévisible (ou presque). Et pourtant ! Y a bien un passage surprenant ! (Ca a peut-être même surpris l'auteur) :

    Atsu Atsu Trattoria, de l'amour dans l'air entre deux bouchés

     

    Atsu Atsu Trattoria, de l'amour dans l'air entre deux bouchés

    Aurait-on dit à l'auteur après trois chapitres de s'arrêter? Possiblement. Ca expliquerait en tout cas cette scène.

    Quoiqu'il en soit, comme dit dans ce petit mot, si vous aimez les Shojos, que vous ne souhaitez pas vous prendre la tête et lire quelque chose de court entre deux bouchés, ce manga fera l'affaire.


    votre commentaire
  • Je crois que je ne vais pas pouvoir m'en empêcher à chaque fois que je vais aller faire un tour en ville, dans les Charity Shops ou à la librairie d'occasions (ne vendant que des livres d'occasions, si si !). Ça deviendrait presque une habitude, une "mauvaise". En fait, ce serait très bien si j'habitais ici. Remplir des étagères ne serait alors pas du tout un problème (bien au contraire). Mais voilà, je vais rentrer en France l'an prochain, et il me faudra emporter tous ces livres avec moi. Et les livres, je ne veux pas dire, mais ça pèse. Il vaut mieux avoir un volume de vêtement qu'un volume de livres... Il me reste néanmoins toujours la possibilité d'envoyer le tout par colis à la maison ! Pour le moment, je n'en suis qu'à dix, ce qui est assez raisonnable. Ça l'est déjà beaucoup moins quand on sait que j'ai passé presque deux mois ici et qu'il m'en reste encore huit ! Avec environ 5 livres par mois, ça voudrait dire que je vais en acheter encore... 40?! Mais c'est énorme ! Vraiment, il va falloir que je fasse attention (ou qu'il n'y ait que des titres déplaisants en rayon).

    Je me demandais d'ailleurs, comment les bloggeurs et bloggeuses, tenant principalement des blogs littéraires, étaient capables d'acheter chaque semaine (et plus d'un livre!). J'ai toujours été grandement étonnée par ce "rendez-vous" hebdomadaire (chaque lundi si ma mémoire est bonne?). Je ne possèderai jamais l'argent nécessaire à cela ! Ça représente une somme colossale ! Mais ici, non... Je pourrais vraiment acheter des livres chaque semaine. Arg!

    J'ai encore acheté...

    Sans plus attendre, je vous présente mes petits nouveaux :

    • Jane Eyre de Charlotte Brontë

    • The perks of being a Wallflower de Stephen Chbosky

    • Into the Wild de Jon Krakauer

    • Memoirs of a Geisha d'Arthur Golden

    • Dewey de Vicki Myron


    Pour dire la vérité, seuls les deux derniers proviennent des fameux "Charity Shops". Les trois autres ont été achetés dans une librairie normale, comme on en trouve en France. Ils sont donc neufs ! Et je n’ai pas pu m'empêcher de les prendre parce... "Buy One Get One Half Price" (Pour un acheté, le second à moitié prix). Sur une sélection, cela s'entend. Mais une sélection vaste ! De facilement une cinquantaine de titres dans tous les genres ! Fantasy (Tous les Tolkien et les Game of Thrones), les Thrillers, les romances... Into the Wild n'en faisait pas partie. Mais si je le prenais avec les deux autres, j'en avais pour 20£, donc tant qu'à dépenser le billet, autant le dépenser jusqu'au bout (c'est pas bien de penser ainsi, je le reconnais). Mais Into the Wild tout de même ! Ok, je sors...

    Ce que je n'aime pas, souvent, c'est d'avoir en guise de couverture l'affiche du film. Je commence doucement à changer d'avis Pour Into The Wild, je n'avais tout simplement pas le choix, il n'y avait rien d'autres. Mais il y avait Le Hobbit de Tolkien, l'un avec l'affiche du film, l'autre avec une autre couverture (et encore un autre livre du côté jeunesse avec une troisième couverture!). Pour une fois, je préférais l'affiche du film que les deux autres possibles. Il faut quand même préciser que, sur la couverture reprenant le film, le personnage est de dos ! On ne voit donc pas son visage. Par contre, pour The Perks of being a Wallflower ! Impensable d'avoir l'affiche du film en guise de couverture ! Ah non ! Heureusement pour moi, dans la pile il y avait deux autres couvertures possibles (ce qui fut le grand dilemme de cette journée : "La couverture pleine de gribouillage ou la bleu avec un immense profil noir?"). J'ai opté pour les gribouillages, comme on peut le voir sur la photo.

    J'ai encore acheté...

    Les affiches de film, ça a tendance à me déplaire pour la raison suivante : Ça met un visage sur les personnages (au moins le principal) et je n'aime pas ça. Je veux garder mon imagination (tellement florissante que mes visages se limitent toujours à quelque chose de flou ou sont tout simplement inexistant, les gens n'étant que des corps). Je n’aime pas qu'on me dise "Voilà, le héros, c'est lui !". Ce n'est juste pas possible du tout. Surtout que, même si les visages ne sont pas distincts dans mon esprit, quand je vois l'acteur, il m'arrive quand même de me dire, non pas "Je l'avais pas imaginé ainsi", mais plutôt, directement, "Non, ce n'est pas lui". Limite "Ca ne lui ressemble pas" comme si je l'avais rencontré ! (Ce qui est un peu le cas quand on lit, on rencontre chaque personnage).

    Je commence à m'égarer du sujet initial.

    J'ai donc une fois encore fait des folies. Il y a des titres connus, pour ne pas dire que ça si on regarde avec attention. Certains titres étaient des "obligations" en quelque sorte, pur un défi (encore!) que je me suis lancée à moi-même. Je vous en dirai plus sur ce challenge prochainement !


    11 commentaires
  • [Manga] Another, une histoire d'horreur bizarre

    Titre : Another
    Auteurs : Kiyohara Hiro & Ayatsuji Yukito

    Type : Seinen
    Statut : Terminé
    Volumes : 4

    Année : 2010-2011
    Editeur : /
    Prix : /

    Adaptaté en anime sous le titre d'Another

    Il y a 26 ans, dans la classe 3 - 3, une étudiante nommée Misaki, qui était bonne en tout et populaire, mourut soudainement. Ses camarades de classe, très affectés, décidèrent de faire comme si elle était toujours en vie, lui laissant son bureau, lui parlant... jusqu'à la remise des diplômes. Ce jour-là, sur la photo, elle apparue.
    Aujourd'hui, Kouichi Sakakibara est transféré dans une nouvelle école et sent très rapidement que quelque chose ne va pas avec sa classe, la 3 - 3. En particulier une fille, nommée Misaki, portant un cache-œil, qui passe son temps à dessiner toute seule et que personne ne semble voir.

     

    - Un Petit Mot -

     

    L'horreur, c'est pas ma tasse de thé

    C'est une bonne chose à savoir car cela teinte inévitablement mes avis. Ce n'est pas que je trouve l'horreur et toutes les histoires du genre "mauvais", c'est simplement que je suis fortement atteinte par ces choses. Même si cela n'est pas réel, reste une histoire et que je ne devrais pas m'en faire, c'est trop tard. J'ai peur, je le sais, j'allume la lumière si c'est le soir, mais je continue. Je suis un peu une fille débile dans le sens où je sais très bien quel effet ce genre d'histoire me fait, pourtant je continue d'en lire (occasionnellement tout de même). La raison en est simple : Je suis curieuse. Pas curieuse de savoir qui meurt, quels sont les différentes manières de tuer des gens, de mourir, comment le sang gicle suivant ce qu'on fait subir au corps, de quel côté il tombe... Je suis intéressée par l'histoire et le mystère qui plane ! Car dans ce genre d'histoire, il y a souvent un mystère, que ce soit un meurtrier à retrouver ou quelque chose qui n'est pas vivant et/ou pas humain. Dans un sens, finalement, oui, je suis maso. Il faudra remercier Kraft (Alias Vodky maintenant) pour m'avoir parlé de ce titre dernièrement.

    Il n'y comprenait rien

    Et c'est la raison qui m'a poussé à le lire : savoir si je pourrais comprendre pour ensuite lui expliquer. Et si l'histoire est difficile à comprendre, ça veut dire qu'il faut utiliser sa tête, ce que j'aime bien faire (j'ai même la manie de ne pas savoir l'éteindre). Pour autant, n'essayez pas de me conseiller systématiquement des titres avec pour raison "Je ne comprends rien à l'histoire", je vais très vite finir par flairer le truc.

    Après l'avoir lu, je ne qualifierais pas ce manga de "difficile" mais je dirais plutôt qu'il faut le suivre.

    [Manga] Another, une histoire d'horreur bizarre

    Les premières pages nous mettent tout de suite dans l'atmosphère. Les trois premières pour être plus explicite. L'illustration ci-dessus en est tirée. C'est en couleur de base, je ne dispose pas de compétences en matière de colorisation. Comme on peut le voir : C'est sombre, c'est rouge et y a beaucoup de noir... Les dessins sont totalement dans l'ambiance. Vous pourrez le constater par les prochaines images de ci de là. J'aurais pu en prendre des "normales", mais ce n'est pas ce qui fait Another. Pour rester sur les dessins, ils permettent de sentir à tout instant que "quelque chose ne va pas". Alors que tout semble normal, qu'on est dans une situation banale, une des bulles de la page va être "bizarre". Du flou, du gris, du sombre... On utilise tout ce qu'on peut pour bien faire ressortir ce sentiment. Et ça marche.

    J'ai d'ailleurs récemment aperçu sur le blog de Katzina (Souvenirs à venir), un article (même s'il date) traitant de l'anime Another. Je ne l'ai pas encore lu, je ne voulais pas que mon avis en soit teinté. J'ai néanmoins aperçu les illustrations, dont une qui a particulièrement retenu mon attention :

    [Manga] Another, une histoire d'horreur bizarre

    Quoi?! La poupée est si mal refaite dans l'anime?! C'est n'importe quoi !
    Car oui, sur cette image, il n'y a aucun doute que c'est une poupée dans le cercueil. Dans le manga, j'en étais beaucoup moins persuadée... Et la ressemblance avec Misaki était bien plus frappante ! Des jumelles !
    [C'était le petit paragraphe qui ne sert à rien juste pour une image aperçue]

    Pour en revenir à ce que je disais, les trois premières pages résument ce autour de quoi l'histoire va tourner : La rumeur, le mythe (Je ne sais pas comment nommer cela. La "légende" tant qu'on y est !) de la classe 3-3. Et pouf, on se retrouve avec Kouichi à l'hôpital. Aucun lien entre les deux scènes et il n'y en aura jamais. On ne sait absolument pas qui sont les deux personnages parlant dans ces quelques pages. C'est juste pour planter le décor. Ça m'a cependant perturbée. N'ayant aucun lien je me demandais quoi faire de ces trois pages que j'avais lus. Alors je les ai laissé de côté, jusqu'à ce qu'on en reparle (et on y revient seulement après un long moment!).

    Et c'est d'ailleurs pour ça que j'ai tant accroché à ce manga : je voulais comprendre. C'est le genre d'histoire où tout est flou, tout semble étrange et où on ne fait qu'attendre l'explication. Que ce soit au sujet de cette fille qui va au sous-sol à l'hôpital, des "règles" que dévoile la tante de Kouichi à se dernier au sujet de l'école, le fait que sa camarade de classe, qu'il semble être le seul à voir, porte un cache-œil, ou encore que toute l'école "joue le jeu" avec cette classe "maudite"... Je voulais comprendre. Et l'auteur n'est pas bête (ce qui est le but même de ce genre d'histoires), les clés ne sont données qu'au fur et à mesure, par indices infimes.

    J'ai bien essayé pourtant parfois de prendre les devants, savoir qui est la personne responsable de tout ce qui arrive. Définitivement, je peux avouer avoir un niveau médiocre pour ces choses. Je ne trouve jamais et je ne suspectais même pas la personne qui est au final derrière le tout.

    [Manga] Another, une histoire d'horreur bizarre

    Le résumé en lui-même n'aide pas spécialement. Il fait pas mal travailler les méninges. Et quand tu apprends, dans l'histoire, que ce qui s'est passé il y a 26 ans se répète en fait à plus d'une reprise ! Et ça ne se limite pas à la mort d'un élève. Non. Tous les élèves de la classe 3-3 et le corps enseignant de celle-ci peut être visé. À chaque fois que la "malédiction" frappe, les victimes se font nombreuses. À cela tu ajoutes l'intrigante "Misaki" que seul Kouichi semble voir, tu te dis que c'est louche. Surtout qu'elle va le lui dire elle-même : Elle n'existe pas. Ce n’est donc pas forcément humain ce qui se cache derrière. Y a du fantôme ou des esprits derrière tout ça ! Et personne ne semble réellement réagir face à cette situation. Que ce soit les élèves de la classe, les professeurs ou même l'école en général par rapport à cette classe. C'est étrange. Un des bureaux de la classe est plus vieux que les autres, comme s'il datait d'il y a 26 ans. Qui plus est, il y a toujours un bureau en plus par rapport au nombre d'élève, ce qui n'est pas normal. En plus de quoi, personne ne s'en étonne. Quelque chose ne va pas dans cette classe et Kouichi s'en rend rapidement compte.

    Vous en dire plus, ce serait trop dévoiler l'histoire, ce qui n'est pas le but de mes écrits (même si j'en ai parfois grandement envie). Par contre, je peux vous parler d'un autre petit détail, concernant la fin, sans que cela ne spoil. La clé du mystère est "trouvée", théoriquement parlant. Seulement, il faut aussi la mettre en pratique. Je me suis demandée pourquoi la seule personne qui pouvait tout "voir" ou "savoir" ne disait rien plus tôt. C'est étrange ! Cette personne sait les choses mais ne les partage pas ! Est-ce parce qu'elle ne sait pas quoi faire de ses informations auparavant? Je pense que ça reste la meilleure explication (et ça permet de ne dévoiler le tout qu'à la toute fin, ce qui est tout de même le mieux pour l'intrigue).

    [Manga] Another, une histoire d'horreur bizarre

    Et maintenant que j'y pense, il y a une autre chose que j'ai craint qu'il n'arrive à un moment donné : J'ai eu peur que l'histoire ne se termine en une forme de "Battle Royale". Le principe aurait été le même : Tuer les autres élèves pour espérer soi-même survivre. Et ils ne sont même pas à l'école à ce moment ! Alors forcément, l'imagination m'a travaillée... Surtout que l'atmosphère pour que cela arrive se dessine à ce moment et certains personnages, ceux qui en savent plus que les autres, commencent réellement à penser à tuer leurs camarades ! Pour connaître les raisons par contre, faut pas compter sur moi. Il faut lire (ou regarder l'anime pour ceux qui préfèrent, bien que je ne sache pas ce qu'il vaut).

    J'ai l'impression d'avoir oublié de vous parler de tant de choses ! Comme les poupées, je ne comprends d'ailleurs pas leur grande utilité dans le fond. Sur le moment même, ça met un peu de "suspense", mais sinon, pour l'histoire en elle-même, on y reviendra pas par la suite. De même que la fameuse "mère" de Mei, un peu étrange, qui fait une apparition et c'est tout (Ca aura au moins l'avantage de mettre certains choses aux claires).

    Et puis, ces meurtres ! On les voit pas souvent. On n'en aperçoit réellement que deux. La fille qui se trouve sur l'illustration plus haut et une autre. Par la suite, on va surtout apprendre que les gens sont morts et/ou leurs proches sans plus voir réellement de cadavres. Le manga ne se focalise pas là-dessus, il ne souhaite pas montrer du sang pour montrer du sang. À la place, on est face à la complexité de la situation.


    25 commentaires
  • Le titre rentre ! Moi qui pensais devoir changer, faire travailler mes méninges pour une raison aussi bête qu'un cadre trop petit duquel ma phrase dépasserait ! Ce serait vraiment embêtant. Le genre de petit rien, vraiment un détail, qui, pourtant, nous dérange sur le moment (et même après, jusqu'à ce qu'on résolve le problème).

    Un titre bizarre pour un article, non? Il existe pourtant toute une explication derrière, toute une histoire que je vais de ce pas vous raconter.

    Le changement ne devrait pas attendre pour une raison douteuse

    Bientôt, ce sera l'anniversaire du blog. "Bientôt" est un terme assez relatif qu'on peut employer pour tout, aussi bien pour dire "demain", "dans une semaine" ou, plus couramment, "jamais". La dernière option s'exclue assez facilement dans notre cas de figure puisque le blog va vraiment avoir un an. Reste à déterminer le "quand" ! Si je voulais jouer un peu, je dirais d'aller chercher la date au tout premier article que j'ai posté. Je vous épargne ce désagrément, voici la réponse : 28 Octobre 2011. "Bientôt", c'est donc dans un peu plus d'un mois (c'est pas si proche que ça finalement).

    Qui dit "anniversaire" dit "évènement" ! Des ballons, des couleurs, de la musique, du chant, des amis, de l'alcool ! ... Non. Pas d'alcool. Mais un gâteau, ça oui ! (Je serais peut être juste la seule à le manger) J'ai souvent vu, pour fêter les "x ans" de quelque chose (notamment pour les forums) que les créateurs ont tendance à offrir des nouveautés. Les changements sont donc effectués à ce moment ! Seulement, ça fait déjà presque un mois que j'ai conscience que la date approche. Presque un mois que mon cerveau est en totale ébullition pour préparer plein de nouvelles choses pour ce jour si spécial. J'avais tort.

    L'anniversaire ne devrait pas être un jour dont je profite pour faire de nombreuses améliorations, mais plutôt un moment où je me tourne en arrière pour faire le bilan de toute une année écoulée (imaginez un peu la taille de l'article, si, en plus, je mettais à ce moment des dizaines de modifications en œuvre sur le blog. Vous me détesteriez). D'un autre côté, ça me pèse. Depuis près d'un mois j'ai conscience de l'échéance et je compte pour ainsi dire les jours. En tout cas, je n'en suis pas loin. Le design complet est en préparation depuis donc près d'un mois ! Et je n'attendais que le jour fatidique pour l'appliquer au blog. Mais voilà, j'ai changé mes plans, comme je vous l'ai dit. L'explication est au-dessus.

    Du coup, vous comprenez sûrement mieux le titre à présent. Il était un peu "stupide" de ma part de me forcer à attendre lorsque de nombreuses choses sont prêtes et qu'il ne me suffit que de quelques clics pour que tout soit mis en place. Tout en sachant que, que ce soit fait aujourd'hui ou dans un mois, ça finira par être fait. Vu sous cet angle, ça revient au même. De toute manière, je suis certaine que j'aurais encore des modifications à apporter.

    Vous avez pourtant, sans le savoir, évité le pire ! Le blog a failli revêtir un aspect "site" avec une nouvelle page d’accueil qui ne ressemblait en rien à un blog ! C’était la tendance du moment. Au moins dans ma tête. Un petit effet de mode qui est passé, ce dont je suis très heureuse. Car je suis sur un blog, un lieu de partage mais aussi un lieu personnel qui m’appartient. Un site, c’est un peu plus impersonnel (En plus du fait que ça m’aurait demandé plus de travail). Voici dont ce que vous avez failli avoir (cliquez dessus pour le voir en grand) :

     

    Le changement ne devrait pas attendre pour une raison douteuse



    Je vous épargne les images des autres essais de thème. L’un était totalement vert et blanc, l’autre orange et blanc. Le bleu avait été éliminé d’office après un test tant le rendu était « froid ». Je suis quelqu’un qui aime la couleur, qui a besoin de couleurs, de joie, de gaieté (même si dehors il fait beau, ça fait toujours du bien). Et j’ai eu  la chance de tomber sur cette merveilleuse image qui m’a faite craquée après des heures de recherches dont je commençais à ne plus voir le bout !

    Le changement ne se limite pas uniquement à de nouvelles couleurs, une nouvelle bannière et une nouvelle mise en page. Le codage, comprenant le CSS et le HTML uniquement, intervient toujours sur mon blog (même si on le voit peu). Ces écritures bizarres proches des hiéroglyphes que seuls les élus (ou ceux totalement fous pour vouloir l'apprendre) comprennent. J'en fais un peu partie. Pas totalement, car mes connaissances sont limitées. Disons que j'ai un bras dedans (Un bras, ça fait tout de suite mieux qu'un pied, non?). La grande nouveauté dans ce rayon : La navigation ! Et non ! Elle ne se fait plus grâce au module qui avait été mis en place sur la gauche (d'ailleurs, tout est passé à droite). À la place, tout est en ligne, et il y a un seul menu. Avant, c'était deux. Il y avait une sorte de doublon. Chaque rubrique du menu ouvre des possibilités et il ne reste qu'à choisir où on souhaite se rendre. Facile !

    Prochainement, d'ici à ce que le mois restant s'écoule, je compte rajouter des petites choses dans ce menu qui a déjà changé (Si vous êtes doué au jeu du Memory, on va tout de suite le voir). Qu'est-ce qui a disparu et qu'est-ce qui est nouveau? Alors?

    Je vous aide un peu : Les fiches sont devenues des chroniques.

    Le changement ne devrait pas attendre pour une raison douteuse

    Par contre je n'ai pas envie d'attendre la fin de ce message pour vous donner la réponse, ce qui serait le mieux pour que le petit jeu se fasse réellement. Donc on va tous tricher, je vous donne les réponses ! Les fiches "autres" sont devenues "Dramas" car il n'y avait que ça à l'intérieur et je ne vois pas ce que je pourrais mettre d'autres (on verra bien). Les challenges ont une place à eux tout seul ! Rien que ça ! Pouf, sur le devant de la scène les petits ! Ils ont un coin pour eux seuls, il suffit de se rendre là-bas pour trouver l'explicatif du challenge ainsi que les fiches de lecture correspondantes (J'ai bien fait les choses, n'est-ce pas?). C'est donc plus facile à suivre pour ceux que ça intéresse ! Ensuite, côté "Divers", c'est le grand vide. Les extraits ont disparu ainsi que les listes, que je trouve assez inutiles en bout de ligne. Pour les extraits, leur disparition s'explique par le simple fait que je compte illustrer davantage mes avis dans mes chroniques. Les extraits vont donc intégrer directement les mangas en question (J'ai tout un mois devant moi pour mettre ça en place sur les chroniques déjà présentes. De quoi m'amuser !). Pour la suite, c'est votre coin ! "Participez" ! Parce que oui, vous pouvez ! Il y a le coin "Conseils" que je n’ai pas encore mis en place. C'est un "lien mort" pour le moment, ça renvoie à l'accueil (on voit aucun changement en fait). Lorsque ce sera ouvert, vous le saurez ! À côté de cela, rien de nouveau à vrai dire. Des endroits qui existaient déjà, c'est simplement une nouvelle organisation. De même pour les "infos" qui ne changent pour ainsi dire pas, si ce n'est que le livre d'or n'y a plus sa place.

    Ce menu a été un véritable casse-tête. À créer, d'abord, parce qu'on se prend toujours la tête lorsqu'on commence à traiter avec des signes étranges en guise d'écriture, et à organiser, ensuite (En fait, j'ai fait les choses dans l'autre sens, ce qui est plus logique, mais je n’ai pas écrit dans le bon ordre). Rien ne semble paraître mais ça demande à ce qu'on se penche dessus et qu'on pense, qu'on réfléchisse, qu'on fasse chauffer notre matière grise. Ce qu'on a l'habitude de faire en cours (normalement).

    L'autre changement radical, c'est le menu vertical. Il n'est plus à gauche mais à droite, laissant visible au premier plan les articles (le plus important !). Et sinon, j'ai fait un ménage monstre là-dedans. J'avais plein de modules dans tous les sens. Les modules, c'est un vice ! Comme les widgets ! On en met un, puis un autre, puis encore un, oh et puis celui-là aussi, il est pratique ! À la fin, on en a 10 alors qu'on en voulait que 3. Un peu comme quand tu vas au supermarché avec ta liste et que tu achètes systématiquement plus que ta liste. Alors zou, grand nettoyage, le superflu, je l'élimine pour ne garder que l'essentiel ! Ça fait beaucoup plus épuré et beaucoup plus pratique. Avant, c'était un peu le bazar. À moins de connaître le menu et de savoir où se trouvait le module qu'on voulait, on était perdu et je pense que beaucoup ne devaient pas l'utiliser. Maintenant, c'est clair, c'est rapide et, de toute façon, en 4 modules, je doute que vous puissiez être perdus (Ou vous me surprendrez énormément). En tout cas, je m'y retrouve, et faire un peu de place, ça fait du bien aux yeux mais aussi psychologiquement !

    Le changement ne devrait pas attendre pour une raison douteuse

    D'ailleurs, pour ceux qui se demandent où est passée la musique, elle a tout simplement disparu. Oui, oui. Bêtement, simplement, hop, bouton "supprimer". Mais ! Car j'aime les "mais". La musique existe toujours sur le blog ! Sauf qu'on ne peut plus l'écouter sur l'accueil, ça faisait un peu lourd à charger quand on n’est pas un habitué. Il faudra donc simplement se rendre dans la rubrique "Musiques" (caché sous "Divers") pour avoir accès à tous les titres. De toute manière, si vous suivez un peu le blog, je suis certaine que vous ne louperez pas l'article contenant la nouvelle musique de chaque mois !

    Un dernier petit point avant de vous laisser ! Il concerne les liens de lecture et visionnage, ces petites bêtes que j'ai mis en place lors de ma dernière news concernant le blog (ou celle d'avant). Ça date de cet été en tout cas, c'est certain. Ils ont de nouveau été supprimés. Ça fait un peu yoyo dit comme ça. Une fois je les mets, une fois je les retire, puis je les remets, enfin je les enlève encore... Je vais finir par me décider, je vous assure !  C'est définitif : Plus de liens pour lire ou voir les titres présents sur le blog ! Souvent, je les oubliais, les mettais deux jours plus tard. Qui plus est, ça me fait perdre 2 minutes 30 sur Google pour vous trouver un lien que vous n'utiliserez peut-être même pas. Alors que si les intéressés tapent directement sur Google, ça sera tout aussi rapide (Faut bien que quelqu'un les perde de toute façon ces 2 minutes 30). Et en plus, ils n'ont même pas à se préoccuper de la licence ou non, ce qu'il me faudrait faire si je conservais ces liens. Or, je suis loin d'être quelqu'un qui me tient au courant de l'actualité en ce qui concerne les mangas et la japanimation (je pense que ça se voit quand on remarque ce que je lis/regarde). Pour moi donc, bonne nouvelle car je vais économiser quelques minutes à chaque fois ! Pour ceux qui appréciaient cela en revanche, ça va être un peu plus triste car il faudra passer par Google (ou un autre moteur de recherche si vous ne portez pas Google dans votre cœur pour des raisons X ou Y).

    Cette fois, il n'y a pas de "liste" (j'en fais suffisamment comme ça, c'est impressionnant. Pour tout, pour rien, sur n'importe quoi). Donc pas de jolies petits points ronds avec en gras les changements effectuées. Je n'ai pas envie. Ça fait trop "carré" en plus. Ce que je suis, malheureusement. Mais j'aime écrire. Beaucoup. M'étaler inutilement comme cela se remarque sur ce message. Je suis comme ça, c'est ainsi, on me changera pas. Et puis, moi sans mes pavés, ce n’est pas moi. Si je faisais ces listes, c'était surtout pour certains lecteurs, assez récalcitrant lorsqu'un message a un peu de longueur (et j'en connais un paquet des gens comme ça ! C'est incroyable comme un texte de plus de 20 lignes peut effrayer de nombreuses personnes). Maintenant, je ferais à mon style, à ma façon. Ce sera long, pas forcément drôle, peut être fastidieux aussi. C'est la vie ! Et puis vous êtes pas obligés de tout lire en fait, j'en saurais strictement rien. Je n’ai pas encore développé de quelconques compétences dans le hackages pour être capable d'allumer vos webcams et suivre vos lectures. Ce qui serait abominable en fait ! Plus de vie privée, constamment surveillé... Ce n'est pas le sujet !

    Le changement ne devrait pas attendre pour une raison douteuse

    Mes articles seront maintenant moins "formels". Avant c'était le "Bonjour", "S'il vous plait", "merci", "Au revoir". Ce qui est bien dans un sens ! Être polie, il le faut ! Sur les forums, sur son lieu de travail, à l'école, avec les inconnus, la boulangère, le chauffeur... Mais sur un blog ! Sur mon blog ! Il y a un truc qui déraille, non? C'est quand même mon petit lieu d'expression à moi que ce coin-ci. Même si je suis lu par plusieurs personnes, je pense que supprimer ce "formel" rendra les articles davantage chaleureux.

    Avec ce point vient une résolution que j'ai prise durant l'été : Répondre. Je recevais des commentaires, je les lisais (je les ai tous lu, je peux vous l'assurer) mais je ne répondais pas forcément. Ce n'est pourtant pas comme si j'étais noyée sous ceux-ci et que je ne savais plus où donner de la tête ! Depuis peu, je prends donc le temps de répondre à chacun. C'est plus agréable et ça permet de se parler un peu, d'en apprendre un peu plus sur les autres. Ouh ! Je deviens sociable !

    Je renais ! Tout cela me fait un bien fou, que ce soit d’écrire totalement librement, de penser un peu égoïstement, de réaliser que c’est mon blog… Je vis à nouveau ! Un bonheur qui se partage !


    6 commentaires
  • [Manga] Venus Capriccio

    Titre : Venus Capriccio
    Auteur : Nishikata Mai

    Type : Shojo
    Statut : Terminé
    Volumes : 5

    Année : 2006
    Editeur : /
    Prix : /

    Takami et Akira sont des amis d'enfance qui suivent le même cours de piano. Ils ont cependant des personnalités totalement opposées : Takami est assez brute et garçon manqué alors qu'Akira est gentil, doux et plus doué qu'elle au piano. Bien qu'ils aient toujours été proches, Akira va, un jour, soudainement embrasser Takami et lui faire sa déclaration.

     

    - Un Petit Mot -

     

    Avec ce manga, j'ai définitivement craqué sur le style de Nishikata Mai. Elle avait aussi écrit Hana no Kishi (Knight of Flower) qui m'avait beaucoup plu. Ce fut donc décidé, je lirais dès que j'en aurai le temps ses autres œuvres ! Son coup de crayon est tout simplement merveilleux.  Chacun a un style auquel il est plus sensible qu'un autre. Nashikata Mai correspond au mien.

    Venus Capriccio m'a fait penser à Special A par certains côtés. Deux amis d'enfances, le garçon qui a des sentiments pour la fille et qui les reconnait, une fille entêtée et garçon manqué qui n'a pas conscience des siens... Ça ne vous rappelle rien? Et, bien évidemment, Akira est plus douée que Takami au piano ! (Mais cette dernière n'en fait pas tout un fromage)

    Le deuxième manga qui m'est venu à l'esprit, bien que plus brièvement, fut Lovely Complex. Akira est un peu plus petit que Takami, ce qui est normal quand on sait qu'il a deux ans de moins qu'elle. Néanmoins, l'auteur ne va pas centrer son histoire sur ces points, contrairement à Lovely Complex (pour la question de taille). Quelque part, c'est assez étonnant qu'aucun des personnages ne réagisse vraiment, que ce soit en matière de taille ou d'âge. À un moment, oui, Akira réalise que c'est gênant d'être plus petit (Lorsqu'il a voulu aider Takami à attraper un livre trop haut) mais c'est tout. Après tout, il est encore en pleine croissance ! Il finira par la dépasser une fois qu'il en aura fini.

    [Manga] Venus Capriccio

    Pour le deuxième point, l'âge, je trouve fantastique que l'auteur n'en ait pas fait un point central. Alors que dans la vie de beaucoup de jeunes filles c'est un des critères primordiaux, ici, il s'efface. Ils savent tous que Takami a deux ans de plus qu'Akira. Mais où est le problème à cela? Aucun. Pour personne. L'amour n'a pas de frontières, et ce n'est certainement pas ce paramètre qui va les empêcher d'éprouver des sentiments. Alors cassons les barrières nous aussi et aimons qui nous voulons ! (Je fais de la propagande)

    L'opposition des caractères des personnages est tellement importante qu'ils pourraient tout deux changer de sexe. Alors que Takami est comme un garçon, Akira ressemble beaucoup à une fille aux yeux de nombreuses personnes. Tant et tellement que Takami le prendra pour sa petite sœur durant un temps (oui, même en grandissant elle ne lâchait pas cette idée). Akira réussira à mettre un terme à cette idée en lui avouant ses sentiments. Je pensais même le problème réglé au chapitre 4, dans le premier volume lorsque Takami lui dit : « I also want you to stay beside me. » (Je veux aussi que tu restes à mes côtés). Et pourtant non ! Plus tard dans l'histoire, le problème est toujours présent ! La "petite sœur" est simplement devenue un "petit frère". Ça m'a un peu surprise et j'ai craint que ce problème ne perdure jusqu'au bout (ce qui aurait été très ennuyeux à lire). C'est là que l'auteur me plait encore plus : Elle n'a pas fait traîner ces choses et l'histoire va pouvoir avancer.

    [Manga] Venus Capriccio

    La seule chose avec laquelle j'ai eu du mal fut les scènes où Akira et les quatre frères de Takami étaient présents. Là, j'étais très souvent perdue. Il doit n'y avoir que deux scènes ainsi, mais qu'est-ce qu'il est difficile de réussir à mémoriser chaque nom et visage pour pouvoir ensuite s'y retrouver ! (J'ai peut être lu trop vite aussi faut dire)

    Enfin, un petit mot sur l'Omake qui est disponible à la fin de chaque volume : Les personnalités inversées. Une Takami sérieuse pour un Akira qui fait l'enfant. On a ainsi le droit et la chance de découvrir les deux facettes, les deux possibilités qu'il y aurait eu. Les problèmes sont les mêmes, alors qu'Akira, dans la version réelle, est perçu comme le petit frère, dans l'Omake Takami le prend comme un enfant dont elle s'occupe. Mais imaginez les personnalités inversés ! Akira, si sérieux, si élégant, si doux... devenir quelqu'un de plutôt irréfléchi et enfantin

    Venus Capriccio, c'est un plaisir concentré en cinq volumes


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires