•  

    Bien que je sois en Angleterre, je ne vais pas vous écrire en anglais (ce qui serait pourtant une bonne chose pour moi, pour m'améliorer encore !). En revanche, je peux partager avec vous les merveilleux livres qu'on trouve (et peut être surtout leurs prix). Car oui, là est pour moi tout l'intérêt ! Les prix ! (Oh oui parlons d'argent tiens). Plus sérieusement, je ne dépense normalement que peu souvent mon argent dans des livres. Ça se limite à 4 livres par an (car je suis chez France Loisirs) et les folies de la Comédie du Livre une fois par an. En dehors de ça, ça peut arriver que j'en achète un ou deux (à condition que ce soit une suite que j'attends avec impatience alors !). Sinon rien, le néant (ce n'est pas pour autant que je manque de lecture). Mais ici ! Je n'ai pas pu y résister ! D'une part pour les titres, mais surtout pour les prix ! Car oui, j'ai bien acheté ces livres pour un peu moins de 10£ (Donc un peu moins de 12€ pour ces 5 livres !)

     

    La folie des prix en Angleterre

    La folie des prix en Angleterre

    Les titres en question :

    • Life of Pi de Yann Martel

    • Switched d'Amanda Hocking

    • Miss America de Suzanne Phillips

    • The Girl Who Could Fly de Victoria Forester

    • Once in a house on fire d'Andrea Ashworth

     

    Mais pourquoi trouve-je cela exceptionnel? Après tout, on peut en trouver à prix réduit en ligne.

    Justement ! Le "en ligne" entre en jeu ! Je n'achète que très rarement en ligne (en fait, jusqu'à présent je ne l'ai fait que sur le site de France Loisirs pour ce qui est de livres et puis c'est tout). Je préfère les acheter en librairie, sur place, les voir, les toucher les sentir... (Un peu comme un accro à la cocaïne, il a besoin de tester la marchandise !). Alors oui, sinon, y a toujours les vides greniers, les marchés, les puces... Ah ! Que de joie dans ces choses ! Déjà, ça n'arrive pas souvent. Ils ont lieu à des dates précises. Ensuite, bah c'est vraiment super rare de trouver un ouvrage qui nous intéresse...

    La grande différence, ici, avec l'Angleterre, c'est que ces livres sont dans des boutiques. D'une part il y a des librairies spécialisées dans les ventes d'occasions (donc uniquement des livres à prix très bas et l'état est bon), d'autre part, il y a toutes ces "Charity Shops" où les livres sont en moyenne à 1£ (Seulement il faut vérifier le livre, je suis tombée sur un avec une page déchirée à l'intérieur).

    Et dire que, pour un Anglais, avoir dépensé 10£ pour 5 livres c'est déjà beaucoup ! Alors que pour moi c'est une affaire incroyable !

    Par contre, il faut accepter mentalement d'avoir des livres de seconde main. Ils ne sont pas neufs (même si on en trouve avec de très bons états, quasi neufs). Personnellement, tant que ce n’est pas corné, tâché et avec des pages arrachées, je prends ! (Et en plus, ce ne sont pas des poches !)

    La seule contrainte? Savoir lire en anglais.

    Je crois que ma valise va rapidement être pleine...

     


    3 commentaires
  • [Manga] Spiral

    Titre : Spiral
    Autre : Spiral : Bonds of Reasoning ; Spiral : Suiri no Kizuna
    Auteurs : Eita Mizuno & Kyo Shirodaira

    Type : Shonen
    Statut : Terminé
    Volumes : 15

    Année : 2010-201? (En cours en France)
    Editeur :  Pika
    Prix : 7,05€

    Adaptaté en anime sous le titre de Spiral

    Il y a deux ans, le brillant détective Narumi Kiyotaka disparu ne laissant derrière lui qu'un mystérieux message à propos des "Blade Children". Aujourd'hui, Narumi Ayumu est accusé d'un meurtre lié aux Blade Children.

     

    - Un Petit Mot -

     

    La première chose à laquelle j'ai pensé en débutant Spiral fut Détective Conan. Je leur ai immédiatement trouvé des ressemblances. Dans les deux cas il y a un "grand-frère" disparu (même si pour Détective Conan, ce n'est pas vraiment vrai, puisque c'est lui-même). On se retrouve donc avec deux personnages enfants/ados qui résolvent des enquêtes dans le but de retrouver le "grand-frère". Et, bien sûr, il y a la présence d'une "grande soeur" qui est amoureuse du frère disparu. C'est à peu près tout et ce ne fut qu'une impression de début. Plus je m'avançais dans l'histoire, plus Conan s'effaçait dans ma mémoire.

    [Manga] Spiral

    En effet, Spiral suit Ayumu qui résout des enquêtes autour des "Blade Children". Les enquêtes tournent donc autour d'adolescents. Ces adolescents sont autant victimes qu'assassins ! Et de ce côté, on s'écarte beaucoup de Détective Conan. Car, Conan résolvait des cas où les adultes étaient des meurtriers. Dans Spiral il n'y a que des adolescents. Au premier meurtre, je n'ai pas réagi. Au fur et à mesure, par contre, je me suis étonnée de ce fait. Ca peut paraître assez jeune pour tuer des gens ! (Et ce n'est pas comme s'ils le faisaient au nom de la "justice") Ce paramètre s'atténue quelque peu quand on en sait davantage sur les "Blade Children". Qui plus est, pour viser un public adolescent, il est préférable que les choses soient ainsi, non? Ca permet à celui-ci de se rapprocher davantage des personnages. Je me suis quelques peu attachée à eux je dois avouer, au point de laisser par moment de côté le fait que tous les tueurs étaient des adolescents.

    Comme dans toute histoire avec des combats, un peu de sang et de nombreuses blessures, il y a certains passages où les personnages semblent "surpuissants". Le seul moment qui m'a vraiment frappé par rapport à cela est le passage avec Kanone à l'école, avec son otage. Il se battra contre des Blade Children ainsi que d'autres personnes. Le pire des personnages fut Asazuki Kousuke, qui, gravement blessés plusieurs fois (il est passé par une fenêtre, il s'est pris de nombreux coups, a été inconscient....) trouve la force de foncer sur Kanone pour le faire tomber dans le piège prévu. C'était un moment désespéré de l'auteur? Peut-être ne voyait-il pas comment tourner la situation? Je l'excuse car c'est vraiment le seul passage qui saute aux yeux de ce genre.

    Pour parler des personnages d'ailleurs ! On s'attache énormément à eux. Mon petit chouchou est Asazuki Kousuke (oui, malgré ce que j'ai pu dire au-dessus). J'ai craqué pour sa personnalité de petit farceur, de personnage qui ne semble pas très sérieux mais qui en a dans la tête (même s'il comprend souvent les choses après les autres) et sur le fait que c'est un garçon qui a un coeur et qui le montre ! Du côté féminin, je pencherai pour Yuizaki Hiyono. De nombreuses scènes amusantes existent grâce à ce personnage et la relation qu'elle a avec Narumi Ayumu. Une fois avancée dans le manga, quelque chose chez elle m'a intriguée. J'étais surprise qu'avec tous les "vents" qu'elle se prenait par Ayumu on n’ait pas une fois une scène où elle bouderait. Mais après tout, nous ne sommes pas dans un Shojo ! Et puis, ça lui donne l'air d'un personnage un peu fort à surmonter à chaque fois les refus d'Ayumu !

    [Manga] Spiral

    Revenons-en à l'intrigue principale du Manga : Les enquêtes. C'est quelque chose qui plait ou qui plait pas (Souvent ça plait). Un peu de réflexion, suivre les indices, les théories, les hypothèses, en formuler soi-même ou se contenter de suivre le personnage (je suis plutôt du genre de la dernière option). La seule chose dans laquelle il ne faut pas tomber avec ç,a ce sont les longueurs, ou abuser du jeu de réflexion. Qu'il y en ait du début à la fin dans Spiral, c'est normal. Le manga en entier est une énorme enquête autour des Blade Children. Cependant, pour certaines parties, l'auteur en a "trop fait". Il a poussé le jeu trop loin. L'exemple le plus frappant pour démontrer cela est le jeu auquel vont jouer Ryoko et Eyes Rutherford. Les règles sont expliquées rapidement : Eyes dispose de trois balles, Ryoko est éloignée et il doit réussir à la toucher avec une des balles. Jusque-là, tout va bien. Seulement l'auteur va nous faire passer un long moment dans la tête de Ryoko. D'un côté, on apprécie connaître ses pensées, savoir toutes les hypothèses qu'elle peut imaginer pour pouvoir réagir à toutes les stratégies d'Eyes. D'un autre, c'est beaucoup "trop". Il peut se passer facilement deux à trois chapitres dans la tête du personnage qui pense avant que l'action ne se fasse. Et l'action ne fait qu'une à deux pages... D'accord, ce n'est pas un manga d'action. Mais tout de même ! Pour des choses aussi annexes que le jeu de la balle, il n'était pas nécessaire de perdre autant de temps.

    En plus de ce genre de passage, on peut tomber sur d'autres qui sont "superflus". Prenons la soeur d'Ayumu face à Kanone. Tous deux tiennent les mains/armes de l'autre. Ils ne peuvent donc pas se frapper. Pendant cet instant d'immobilité, nous avons droit de connaître les pensées de Madoka, la soeur d'Ayumu. Dans celles-ci, elle va se contenter de dire ce qu'elle va faire la page d'à côté... On aurait pu sauter ce passage pour directement passer à l'action, non?

    Ces choses restent néanmoins assez secondaires. Elles ne vont pas gâcher le plaisir de lecture pour autant. Ca n'empêche qu'elles existent et qu'on peut les remarquer, voire être quelque peu dérangé par celles-ci. De même que j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de rappels à mon goût. Combien de fois les personnages vont-ils dire que tout est la faute de Narumi Kiyotaka, que tout a été planifié par lui, qu'on ne peut rien faire face à lui, qu'il a déjà prévu tout ce qui arriverait....? Ca semble parfois être la porte de secours des conversations. Alors qu'il y a échange d'idées, hop, d'un seul coup on a quelque chose comme "Kiyotaka est derrière tout ça. Il avait tout planifié". Ca revient, à mon sens, trop souvent. Le lecteur ne risque absolument pas d'oublier son existence ou qu'il tirerait les ficelles!

    [Manga] Spiral

    Pour vous laisser sur une touche un peu plus gaie, je pense avoir loupé un passage, ne pas l'avoir compris ou avoir des problèmes de mémoire (voire les trois) : Mais est-il dit dans le livre pourquoi Hizumi est là? Je veux dire : Quel est son rôle par rapport à Ayumu? Je doute que ce qui se passe à la fin ait été prévu, du coup je m'interroge grandement sur les origines de sa présences. Si vous avez la réponse, je serais heureuse de l'entendre ! =D

    Et pour cela, une seule solution : Le lire ! =P


    1 commentaire
  • [Manga] Guardian Dog

    Titre : Guardian Dog
    Auteur : Fukaki Shouko & Shirakawa Akira

    Type : Seinen
    Statut : Terminé
    Volumes : 4

    Année : 2007-2008
    Editeur : Ki-oon
    Prix : ?€

    Gengo Kurosaka menait une vie tout ce qu'il y a de plus normal jusqu'à ce qu'un extraterrestre dénommé "Six-yeux" décide de se réfugier dans son corps. Il va alors devenir la cible d'Ishtar, une autre extraterrestre qui est une observatrice et veille à ce que les extraterrestres ne transforment pas la terre en un terrain de chasse. Pour survivre, Gengo doit apprendre à cohabiter avec son parasite.

     

    - Un Petit Mot -

     

    [Manga] Guardian Dog

    « Je crois que j'ai la poisse. »
    Mon avis devait au départ commencer par cette phrase. Le paragraphe se poursuivait ainsi, disant que je n'avais pas de chance et blablabla... Et puis, ce soir, en reprenant l'article, je ne suis plus tout à fait d'accord avec ce que j'ai pu écrire. Je ne trouve pas que Guardian Dog a été aussi terrible que j'ai pu le décrire par moment. Alors oui, ce que j'ai pu constater à chaud, au cours de ma lecture, je l'ai conservé et vous pouvez le lire plus bas. Mais dans l'ensemble, je n'en ai pas un point de vue aussi négatif qu'aux premiers abords. Je n'ai plus ce goût amer dans la bouche. Le recul, quelle chose magnifique ! ^^

    La couverture m'a d'abord tout de suite plu. Beaucoup de couleurs, de personnages, un dessin intéressant. Elle m'a attirée, elle m'a parlé. Comme ces gâteaux ou bonbons qui vous disent "Mange-moi ! Mange-moi !". Et bien là, c'était pareil. Alors oui, après, j'ai eu un goût amer dans la bouche. Mais ce ne fut que de passage, jusqu'à ce qu'il s'en aille et que je puisse apprécier l'histoire.

    Donc oui, les dessins sont agréables aux yeux. C'est un coup de crayon plus prononcé que dans d'autres mangas. Les traits sont majoritairement plus épais, le noir est grandement présent. Le style ne déplait pas même si parfois les visages font bizarres (à un moment, j'ai même cru qu'Ishtar était un homme sur une image). Globalement, le manga n'a pas donc pas perdu ses points du côté du dessin. Les problèmes viennent entièrement du scénario (Comme souvent en fait).

    Je me suis demandé, au premier volume, si c'était moi qui n'avais pas tout saisi (étant donné que je l'ai lu en Anglais) ou s'il y avait vraiment quelque chose d'étrange dans ce qui se passait. Pour vous raconter un peu vite fait (de toute façon c'est au début, ce n'est pas comme si je vous dévoilais les moments réellement importants de l'histoire), Kurosaka est pourchassée par Ishtar à cause de Six-yeux qui est à l'intérieur de lui. Ishtar est donc une ennemie ! Le combat prend un tournant lorsqu'une autre personne entre en jeu. Elle s'en prend à Ishtar. Cette dernière et Kurosaka se retrouvent donc du même côté pour la vaincre. Et, une fois le combat terminé, hop, ils sont "alliés" ! Oui, je sais ce que vous vous dites, c'est tordu. Vous avez entièrement raison (et comble de tout cela, ils vont rester alliés jusqu'à la fin).

    Enfin ça, c'est pour ainsi dire la première erreur dans le scénario. Si on n’y prête pas attention ou qu'on oublie, le reste a du sens ! Seulement voilà, j'ai tout de même eu du mal à accrocher (même en mettant de côté ce problème du début). Découvrir des parasites partout, qu'un type se prend pour Dieu et veut tout détruire... « Oui, bon, c'est du vu et revu ça. On a compris. Changez de disque. Arrêtez de tous vous prendre pour Dieu.» C'était ce que j'avais écrit au début également. C'est vrai que c'est ennuyeux sur le moment je dois dire, cette histoire de se prendre pour Dieu. C'est une idée qui revient souvent dans la tête des méchants. Mais avec le recul, je prends aussi un autre point de vue : Dans le cas de Guardian Dog, il ne s'agit pas uniquement de se prendre pour Dieu mais de l'être réellement. Là est toute la différence. Il existe véritablement un "créateur" qui peut moduler tout ce qu'il souhaite sur place (et ce n'est pas à coup d'argent, de politique ou je ne sais quoi d'autre de ce type que tout humain pourrait donc accomplir dans un certain sens).

    Dans ce contexte, une terrible guerre au sein même des parasites a lieu, avec pour enjeu l'humanité ! Ça vous donne envie? Ne bavez pas trop. Les parasites sont coupés en deux, les uns du côté de "Dieu", les autres du côté de "Satan". Et on n’en apprend pas beaucoup plus en fait. Je n'ai même pas réagi lorsqu'on découvre qui est "Dieu" alors que c'est une surprise normalement pour le lecteur, une sorte de revers de situation. C'est sensé faire réagir en somme, ce qui n'a pas été mon cas dans j'étais hors de l'histoire au moment où je la lisais. Au passage, on a le droit à des questionnements philosophiques de la part de certains parasites (ou extraterrestres) du genre "Pourquoi suis-je en vie?" (Dans le sens : "Pourquoi j'existe?"). Le plus drôle reste encore la réponse je crois, qui me semblait détournée du fameux "Je pense donc je suis". La réponse est simplement "Parce que je suis" ! Donc, si on suit le raisonnement, ça donne un "J'existe parce que je suis !". Peut êter était-ce juste pour sembler "profond".

    Tourné ainsi, ça peut paraître assez ridicule. En fait ce n’est pas une question qui est si stupide que je le fais croire. Il ne faut pas oublier qu'il s'agit de parasites, d'extraterrestres. Ils cherchent simplement à savoir leur place dans le monde humain (sur Terre en fait). Un peu de la même façon qu'on se demande si on peut considérer les clones comme des humains ou si ce ne sont que des objets. Malheureusement, sur le moment, je n'ai vraiment pas pris la question au sérieux. Entre le contexte et la personne à qui elle parle (qui est un rigolo de service parfois sérieux), c'est assez difficile de ressentir la moindre émotion, même dans un moment tragique comme celui-là où le personnage remet en cause son existence.

    Malgré tout, il y a plusieurs scènes vraiment très drôles à voir ! Et, peut être saurez vous l'apprécier dès sa lecture et non une semaine plus tard, comme ce fut mon cas.


    votre commentaire
  • Lawson - Taking Over Me


    1 commentaire