• [BD] La Rose Ecarlate T1 - 6

    La Rose Écarlate T1-6 
    De : Patricia Lyfoung

    2006 - Delcourt
    9 vol. (en cours)

    Maud, une jeune fille rêveuse et éprise de justice, vit en France au XVIIe siècle. L'assassinat incompréhensible de son père l'oblige à rejoindre Paris où vit son grand-père, un noble dont elle ignorait jusqu'à l'existence. Elle y croise la route du Renard, un brigand des grands chemins qu'elle admire. Mais elle ne sait encore rien du secret que lui a légué son père et que convoite un mystérieux individu.


    Cette série est à destination des jeunes, de ce fait, il ne faut pas s'attendre à un scénario très complexe. Quand on cherche juste une lecture pour se détendre avec un brin d'aventure, c'est un titre idéal.

    [BD] La Rose Écarlate T1 - 6Maud est une héroïne qui va se retrouver toute seule du jour au lendemain après avoir vu son père mourir sous ses yeux. Elle réclame vengeance. Avant, elle devra se retrouver chez son grand père, un noble ! Et pas question pour elle de se faire à cette vie facile, de porter de grandes et belles robes ou d'être maniérée. Maud reste Maud, une enfant du peuple. Elle n'en a que faire de l'argent et de la noblesse.

    C'est ce qui explique sans doute son attrait pour le fameux Renard, une sorte de Robin des Bois. On ne cherche pas à spécialement cacher son identité. Dès le premier volume, on devine qui il est réellement. Ce qui veut dire que La Rose Écarlate n'est pas en premier lieu une histoire d'amour dans laquelle Maud serait amoureuse du Renard et le côtoierait en vrai sans savoir que c'est lui ! L'aventure avant tout ! Surtout la vengeance.

    La quête de Maud est simple : venger son père. Ce ne sera bien évidemment pas aussi facile qu'elle le pense bien qu'elle sache très bien manier l'épée. Il lui faut une piste, des indices, des suspects... Sa quête la conduira sur la route du passé de son père également. La quête reste relativement simple en tant que telle, bien qu'elle aura des bâtons dans les roues. Lorsqu'on part à la recherche d'un lieu et qu'il faut avoir des "objets clés" (comme une coupe, un chandelier ayant un pied de telle forme...), j'ai trouvé l'idée très vu et revu mais pas déplaisant pour autant. Un peu à la manière de Sydney Fox, l'aventurière, pour ceux qui connaissent la série télé.

    [BD] La Rose Écarlate T1 - 6Je me suis également laissée aller dans l'histoire d'amour en second plan. On devine tout de suite que Maud et lui sont amoureux mais n'osent pas se l'avouer et encore moins l'avouer à l'autre. Je me suis prise au jeu, jubilant presque lorsqu'ils se rapprochaient enfin et continuant de lire juste pour voir le moment où ils se déclareraient enfin l'un à l'autre.

    Arrêtée au tome 6, j'ai beaucoup de chance car je peux m'en tenir là. La quête a été menée à bien, tout fini bien partout. Néanmoins, la série se poursuit et les tomes continuent d'être publiés. Je serais bien heureuse de continuer les aventures de Maud lorsque la série touchera à sa fin. Pour le moment, je vais profiter de cette fin de tome qui semble finir une boucle, un épisode de la série pour la mettre de côté.

    Je garde un très bon souvenir de cette lecture. Une histoire très simple qui m'a faite un peu retomber en enfance tant j'aimais ce genre d'histoire : se déroulant au XVIIIe, des justiciers masqués luttant pour le peuple et une romance entre deux personnages. Que du bonheur !

     


    1 commentaire
  • L'Ahadorya, bulle au coeur de lumière

    L'Ahadorya, bulle au cœur de lumière
    De : Losan Charo

    2014 - VFB éditions

    Fantasy

    Un frais matin d’été, Emma et Nathan, frère et sœur, découvrent le corps d’une belle inconnue gisant sur une plage. La fratrie se retrouve face à une femme muette, aux agissements étranges. Mystérieuse, cette dernière disparaît dans des circonstances inexpliquées…

    Un jour, l’intrigante inconnue téléporte, contre leur volonté, Emma et Nathan dans un temple aux mille et une couleurs. Ils en reviennent bouleversés et n’ont plus qu’une idée en tête : revoir au plus vite cette femme prénommée Pfince.

    Lorsque cette dernière revient les voir, c’est pour les emmener dans son monde caché où tout semble parfait : L’Ahadorya…

    C’est alors qu’une mission s’impose à Emma et Nathan… Retrouver une relique magique avec l’aide d’un simple médaillon.

    Mais, cette relique est aux mains d’une très ancienne confrérie… En frôlant la mort, la fratrie comprendra qu’une prophétie est écrite et qu’ils en sont les acteurs…


    Un Frère, Une Sœur… Un Médaillon et une Relique… Une Prophétie qui dérange…

     


    Un grand merci à VFB éditions pour m'avoir permise de lire ce livre :D

    J'ai bien envie de coller l'étiquette "Jeunesse" à ce roman. La seule chose qui me retient est l'âge des personnages, qui ont entre 17 et 20. J'ai d'ailleurs l'impression que leur âge n'a été choisi que pour qu'ils puissent prendre le train seuls Autrement, ils auraient pu avoir de 14 à 17 ans que je  n'aurais pas senti la différence lors de la lecture, tant par la narration que leur comportement.

    C’était étrange songea-t-il. Elle s’exprimait comme si elle était une extraterrestre qui avait découvert la Terre pour la première fois.

    Côté histoire, j'apprécie beaucoup les livres du type Urban Fantasy, un monde réel dans lequel on insère des éléments de fantasy, que ce soit des créatures ou une porte donnant sur un autre monde. L'Ahadorya est une cité fantastique que vont découvrir Emma et Nathan. Une cité dans laquelle la magie existe, une cité qui n'est pas sans rappeler la célèbre Atlantide.

    L’Ahadorya, dans notre langue signifie la bulle au cœur de lumière. Ce qui est juste puisque la cité se trouve réellement… dans une bulle.

     Côté personnage, le trio composé de Emma, Nathan et Hugo est une bonne bande de copains. On sent qu'Emma trouve Hugo a son goût sans pour autant que ça n'aille plus loin dans le roman. Aucune amourette en vue, seule la quête compte !

    Le personnage qui m'a le plus marqué reste Pfince. Je n'ai cessé de me méfier de celle-ci. Je ne savais pas si je devais lui faire confiance ou non. Elle me donnait l'impression qu'elle pouvait trahir nos adolescents à tout moment, pouvant faire semblant d'être gentille pour se faire. Qu'en est-il réellement? Il serait triste de vous le dévoiler ! En revanche, elle est celle qui va donner leur quête à Emma et Nathan.

    — Même son nom fait peur : Vorvol, prononça-t-il d'une voix grave.

    Malheureusement pour moi, je n'ai pas réussi à tisser de lien avec l'histoire ou les personnages. Je n'ai ressenti aucune émotion au cours de ma lecture, si ce n'est un brin d'agacement sur la fin lorsqu'Emma commence à pleurer pour tout.

    Globalement, il s'agit tout de même d'une lecture plaisante, que je conseille davantage à des jeunes à la recherche de fantasy et d'un peu d'action.

     


    votre commentaire
  • L'amour? C'est mathématique !
    De : Davide Cali

    2013 - Sarbacane

    Jeunesse

    Si je demandais à une fille de sortir avec moi
    j'aurais 50% de chances qu'elle dise OUI.

    Si je demandais à TROIS filles ?


    Notre jeune narrateur a eu la folle et bonne idée de faire des probabilités avec l'amour. Une idée curieuse qui est pourtant intelligente, je trouve. Car, à tout âge, on se trouve confronté un jour à devoir demander à quelqu'un de sortir avec soi. La question peut rester bloquée dans notre esprit ou notre gorge bien longtemps avant qu'on ne trouve le courage de la sortir. Et si ce petit bonhomme avait trouvé le moyen de donner du courage?

    J'avais découvert la formule de l'amour gagnant presque à coup sûr !

    Moi-même, en lisant ce livre, je me suis également dit qu'il n'y avait finalement pas grand-chose à perdre, qu'il n'était pas nécessaire d'en faire tout un plat et qu'effectivement, après tout, il y a tout de même 50% de chance que l'autre dise oui. Et pourtant, la peur du "non" est omniprésente, comme si, finalement, il y avait 90% de chance de l'entendre. Nos jeunes amis vont également être confrontés à cette peur du "non". Mais heureusement que les probabilités sont là !

    Mais c'est la peur des 50% de non qui me bloque.

    Car bien sûr, notre garçon a décidé de mettre toutes les chances de son côté. Et pour augmenter ses chances d'entendre le merveilleux "oui", il a décidé non pas de demander à une seule fille, mais à trois ! Il n'a pas fait ce choix uniquement pour voir ses chances grimper, il est surtout amoureux de trois filles dans son école. Si jeune et déjà amoureux de plusieurs filles !

    J'ai eu peur de ce que j'avais peut-être découvert. Une formule genre bombe atomique, un truc qui va complètement bouleverser l'histoire de l'humanité.

    D'ailleurs, ce livre jeunesse est passé comme une lettre à la poste. Les pages se sont tourné toutes seules. Une seule fois, le mot "collège" se balade. Une seule, rendant le livre abordable par tous les publiques, les plus petits comme les plus grands.

    Après tout, en étant "grand", on se complique beaucoup les choses, on instaure plein de paramètres, on se prend beaucoup la tête... Alors que nos compagnons posent les choses très simplement, certes parce qu'à leur âge, ils ne peuvent pas s'inquiéter des mêmes choses, mais en même temps, ils ont aussi raison. Une chose peut être simple si on décide de la présenter simplement.

    Il ne faut pas trop penser au futur, mais au présent. Et question présent, j'ai zéro fille. Donc, c'est décidé. J'y vais.

    Le tout dans un court livre d'une soixantaine de pages, aux caractères relativement gros et à la mise en page très aérée qui colle parfaitement à l'atmosphère de l'histoire.

    Il ne reste qu'à suivre l'idée de ce petit garçon, accompagné par les avis de ses amis, pour savoir ce qu'il en sera une fois face à la réalité, lorsqu'il devra se lancer!

     


    votre commentaire
  • Josh Record- Wide Awake





     


    votre commentaire
  • La Loi du Talion - Première Partie
    De : Mickaël Baudoin

    2014 - Editions Boz'Dodor
    1 vol. (en cours)

    Heroic Fantasy

    On m'appelle Coryphé. Je suis un danseur de mort qui valse avec les âmes défuntes. Elles guident ma lame, entraînent mes pas au fil d'une oraison funèbre que seuls les initiés du cercle macabre perçoivent.
    Je suis aussi un Déshérité, un banni dont la véritable identité est enfouie dans les méandres parcheminés du Recueil des Oubliés. Malgré l'animosité de mon peuple, la haine même qu'ils éprouvent envers ce que je représente, je dois prendre part au conflit nous opposant à nos anciens esclaves, ces sauvages venus du continent de l'Est. Peut être y gagnerai-je enfin la reconnaissance que ma famille m'a toujours refusée?


    Livre lu grâce au partenariat avec Lecture Imaginaire. Encore une fois, merci à Mickaël Baudoin pour m'avoir permise de découvrir son livre :)

    À l'ouverture du livre, mon attention fut attirée par la mise en page particulière du livre. Les marges sont étroites et les espaces entre les titres et le début du texte sont minces, le titre étant coincé tout en haut de la page. Intriguant au premier abord, mon esprit pense immédiatement à des raisons économiques. Quoiqu'il en soit, lors de la lecture, aucun problème particulier n'a surgit face à cette mise en page. Malgré tout, il y a des espaces entre les différentes parties et à chaque fois que nécessaire. J'ai seulement dû ouvrir un peu plus grand mon livre qu'à l'habitude pour voir ce qui était écrit au milieu avec les marges étroites. Rien de bien difficile donc.

    Notre liberté coule dans nos veines aussi sûrement que la haine pour notre peuple se déverse dans leurs coeurs.

    Dans les premières pages, on trouve un glossaire des personnages. J'ai alors craint de me perdre dans la lecture avec tous les noms par la suite. Après tout, un glossaire n'est pas mis par hasard. Fort heureusement, l'auteur a bien su mener sa barque, rendant le glossaire quelque peu inutile à la lecture du premier volume. Les personnages et lieux sont bien présentés lorsque les noms apparaissent dans l'histoire et l'auteur n'hésite pas à répéter l'information par la suite. Je n'ai donc pas eu besoin une seule fois d'aller me reporter au glossaire. Pour le prochain tome, en revanche, je ne doute pas qu'il soit utile, étant donné que du temps aura passé et que ma mémoire n'aura plus des informations aussi nettes sur chaque personnage.

    Ils ont voulu nous asservir jadis. Ils seront nos esclaves demain.

    Ce qui marquera sans doute les esprits dans ce roman, c'est le style de l'auteur. Alors qu'aujourd'hui l'écriture a tendance à être "commune", dans le sens où le langage courant et même parlé est utilisé librement dans les ouvrages, Mickaël est revenu à une écriture un peu plus soutenue, une écriture qui encense la langue, qui permet de jouer avec les mots, de faire fleurir une multitude d'images et de métaphores.

    Du côté de l'histoire même, j'ai beaucoup accroché à cet univers 100% heroic fantasy. J'ai vu les elfes sous un nouveau jour grâce à La Loi du Talion. J'ai également pu découvrir une nouvelle forme de magie, ou plutôt une nouvelle façon de lancer des sorts.

    À quoi bon blâmer ces exilés des fautes de ceux qui les avaient châtiés?

    Je suis particulièrement intriguée par la présence des Déshérités, ces elfes qui ont en quelque sorte été bannis, rejetés des leurs, exilés... On en parle peu dans ce premier volume, se contentant de présenter ce qu'ils sont, comment on devient un Déshérités et ce qui se passe alors pour eux.

    J'ai tout autant apprécié le fait de me retrouver partout à mesure que l'histoire avançait. Bien que Coryphé soit le personnage principal, on se retrouve en compagnie de bien d'autres sans pour autant que le danseur de mort ne soit présent auprès d'eux. J'ai trouvé cela très intéressant d'avoir finalement une même scène, une même action, perçue de différentes façons, avec des points de vues différents. Je pense en particulier à la bataille sur l'île, lorsqu'on est avec les attaquants mais également avec les défenseurs d'un chapitre à l'autre.

    Était-ce une ombre aperçue dans l'encadrement de cette fenêtre ou l'imagination que la peur, terre fertile, pouvait faire germer dans l'esprit de combattants aguerris?

    Inévitablement, le premier tome n'étant pas si long que ça et possédant de nombreux changements de personnages, on s'attache peu à ces derniers. On les rencontre, on fait connaissance sans pour autant qu'un lien ne se crée avec eux. En poursuivant l'histoire je pense que cela changera.

    Je pourrais reprocher à l’auteur d’être par moments un peu répétitif ou d’en faire trop au niveau des descriptions, mais j’ai eu l’impression que l’écriture évoluait au cours de la lecture sur ce point. Alors qu’au début, pour présenter la capitale elfique et les quatre maisons, les descriptions étaient longues et se ressemblaient, arrivée à la ville portuaire avec son manoir, les descriptions étaient bien moins lourdes à la lecture.

    Un Elfe mortel, tel un de ces sauvages qu'il marchande à bon prix... Quelle honte !

    En fin de compte, La Loi du Talion est un très bon premier tome pour un premier roman. L’auteur s’en sort très bien et quiconque aime un tant soit peu la langue française devrait trouver son bonheur dans ce style d’écriture. L’histoire est par ailleurs tout aussi bonne, elle se lit très rapidement sans connaître de grandes lourdeurs, l’action étant majoritairement présente. Je le recommanderai donc à ceux qui aiment la pure heroic fantasy.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires