•  

    Fleur de tonnerre
    De : Jean Teulé

    2013 - Julliard

    Historique

    Voir aussi :

    Le Magasin des Suicides

    Resumé

    Ce fut une enfant adorable, une jeune fille charmante, une femme compatissante et dévouée. Elle a traversé la Bretagne de part en part, tuant avec détermination tous ceux qui croisèrent son chemin : les hommes, les femmes, les vieillards, les enfants et même les nourrissons. Elle s'appelait Hélène Jégado, et le bourreau qui lui trancha la tête le 26 février 1852 sur la place du Champs-de-Mars de Rennes ne sut jamais qu'il venait d'exécuter la plus terrifiante meurtrière de tous les temps.


    Avis

    Le premier roman de Jean Teulé que j'ai lu était Le Magasin des Suicides. Un roman court, rythmé et à l'humour noir. Une bonne découverte et un bon souvenir qui m'ont donné envie de lire autre chose de l'auteur. Fleur de tonnerre, c'est mon deuxième livre de lui et ma première déception.

    Mais comme finalement les naufrages naturels près des côtes sont plutôt rares, il nous faut bien forcer un peu le destin.

    Fleur de tonnerre relate l'histoire d'Hélène Jégado en Bretagne. Une histoire vraie, pas inintéressante en soi mais pas passionnante non plus. Le résumé est alléchant, le contenu beaucoup moins.

    Je remettrai en cause l'écriture, qui ne m'a pas transporté et que j'ai trouvée sans aucune émotion. On décrit, on présente les faits, on raconte et c'est tout. Pas une note plus haute que l'autre. Pas de sentiment.

    Moi, je dis que le mieux pour les gâteaux c'est la reusenic'h. Ca a un goût sucré.

    Un peu comme Hélène Jégado, notre assassin. Elle ne s'extasie pas chaque fois qu'elle donne la mort, elle ne jubile pas. De temps en temps elle sourit, d'un sourire que je n'arrivais même pas à voir. Elle fait son travail comme si c'était une corvée, parce qu'elle doit le faire.

    J'ai été surprise par le facteur temps. Au début du roman, notre Hélène est jeune, âgée d'une dizaine d'années. Elle vadrouille, allant de ville en ville durant des années. Je l'imaginais toujours jeune, bien que plus adolescente. Quelle surprise ne fut pas de lire, de but en blanc, d'une page à l'autre, qu'elle avait la quarantaine ! Mais où étaient donc passées les années?

    - C'est moi l'Ankou qui se promène à travers la Bretagne et a planté sa faux dans ton ceur, moi qui te ferai le sang aussi froid que le fer.

    Alors non, je n'ai pas été convaincue. Je n'ai pas été emportée si ce n'est sur la fin, lors du tribunal. Le reste est sans vie. Les morts s'accumulent tandis que mon intérêt décroît. Je ne pense pas lire un autre Teulé un jour.


    5 commentaires
  •  

    Sailor Moon

    Sailor Moon
    De : Naoko Takeuchi

    1995 - Glénat
    18 vol. (terminé)

    Shojo - Magical Girl

    Resumé

    Bunny, collégienne de 14 ans, est une jeune fille dynamique, très vivante, voire un peu dissipée et n'apportant pas à sa mère les résultats scolaires qu'elle espère. Alors qu'elle se rend à l'école, elle marche sur un chat. Elle va soigner la pauvre bête et lui enlever un pansement qui paralysait ses pouvoirs. Le soir même, ce chat va la retrouver. Il s'agit d'un animal très spécial qui pense et qui parle. Il lui donne un pendentif qui lui permet de se transformer en Sailor Moon.


    Avis

    Je me devais de lire Sailor Moon. Ce grand titre qui a bercé l'enfance de millier de personnes ne devait plus m'être totalement inconnu. Alors quand on m'a proposé les tomes, c'est avec joie que je les ai empruntés.

    La justicière de la lune ne fait pas partie de mon enfance. Je n'ai aucun lien avec elle, aucune affection particulière. C'est relativement neutre que j'ai fait sa rencontre et ai pris connaissance de son histoire. Mais pas avec des yeux d'enfants.

    Sailor Moon

    J'ai trouvé le début assez farfelu. Il fallait poser les bases, mettre en route l'histoire. C'est bancal, maladroitement fait. Il faut décider de ne pas faire très attention aux choses. Après quelques tomes, le récit est en route.

    Je me suis familiarisée avec les personnages, avec Bunny, les autres justicières, Luna, Artémis, Tuxedo Masqué... Tous fidèles à leur caractère, tous fidèles à eux-mêmes. Ils sont les gentils. C'est indéniable.

    Les méchants, à côté, son très méchants. Il n'y a pas réellement de demi-mesure. J'accorde le passage, à un moment, d'un gentil du côté des méchants par "enchantement". C'est de la sorcellerie, alors ça passe. Sinon, tu es soit gentil, soit méchant. Pas entre deux. Et le dessin va avec, bien évidemment !

    Sailor Moon

    Ce que j'aurais à reprocher à cette série, c'est le côté répétitif. Le schéma est le même pour chaque ennemi. Un gros méchant à ressusciter qui veut détruire la Terre ou Millénium, un grand méchant à son service qui lui-même à ses propres subordonnés qui absorbent l'énergie des humains et tentent de détruire les justicières... La première fois, c'est bien. La deuxième fois, il y a cette sensation de déjà-vu. A partir de la troisième fois, on ne s'attend plus à de l'innovation.

    Fort heureusement, le reste se développe. La relation Tuxedo Masqué-Bunny charme. On est aussi curieux que Bunny à propos de Millénium et de la reine. De nouveaux personnages vont faire leur apparition, agrandissant ce groupe de personnages qui sont devenus nos propres amis.

    Je peux sans difficulté comprendre l'engouement qu'il a pu y avoir autour de cette série. Enfant, j'aurais sans doute adoré également. Plus grande, j'y décèle malheureusement plusieurs défauts, sans parler du fait que je n'ai pas cette attache sentimentale que possèdent de nombreuses personnes.


    2 commentaires
  • Ou comment se donner bonne conscience avec le titre d'un article quand, dans les faits, seul un article du lot est soldé. De temps en temps, je lâche un peu (beaucoup) la bride, me fais plaisir et ne m'en porte pas plus mal.

    J'ai fait ma sortie annuelle à Gibert Joseph. Je pense fortement que la périodicité va changer vu que je n'ai aucun remord à suivre certaines séries en occasion. Et c'est pour ça que je m'y suis rendue, armée de mon calepin contenant la liste de mes séries en cours. Car j'ai décidé de réellement les avancer !

    J'ai le droit, c'est les soldes !

    En premier lieu, je vise Obaka-chan, série en 7 tomes. J'ai dégoté le cinquième, ce qui me fait une belle série en vrac à côté des tomes 1 et 3. Je n'ai plus peur de prendre le numéro présent dans les rayons plutôt que le suivant de ma série lorsque je sais que je compte acquérir l'intégralité de celle-ci. Ca a un côté plus amusant aussi, un peu façon "chasse au trésor", à dénicher les seuls tomes qu'il me manque.

    Avec la même pensée en tête, j'ai saisi le tome 6 de Le Prince, la Sorcière et les Princesses. Soyons fou ! Une série non finie !

    Tant qu'à y être, j'ai aussi attrapé le troisième tome de No Longer Heroine. Plus rien ne m'arrête !

    Assagie, je me penche sur Le Chemin des Fleurs, tome 2. Un peu de continuité dans toute cette excentricité ne fait pas de mal.

    J'ai le droit, c'est les soldes !

    Quitte à être à Gibert, autant aussi regarder les autres titres d'occasion. J'ai déniché les tris volumes de la série Fairy Cube de Kaori Yuki. Une série complète d'une auteure que j'apprécie, en bon état et à un prix dérisoire? Pas besoin d'y réfléchir à deux fois.

    Avant de quitter définitivement le rayon manga, j'ai embarqué les quatre premiers tomes de Qwan. Juste pour le plaisir de la curiosité.

    Côté livres, ce fut moins fructifiant. J'ai ajouté les tomes 2 et 3 de Jaz Parks, juste parce qu'ils étaient là pour trois fois rien. Et c'est tout. Autant dire que je n'ai rien trouvé.

    J'ai le droit, c'est les soldes !

    Plus tard, ce fut au tour de France Loisir, mon achat "obligatoire". J'avais quelques idées en tête, mais comme c'était les soldes, j'ai tout regardé. Côté solde, j'ai cédé pour La liste de mes envies. J'en avais trouvé un deuxième mais ça coinçait informatiquement parlant. Il ne passait pas en solde t le vendeur ne pouvait rajouter une réduction. Tant pis pour eux ! Côté on soldé, le livre de la saison que j'ai pris est En route pour Compostelle. Rien de très surprenant quand on sait que j'aime la randonnée.

    J'ai également reçu L'empire brisée, tome 2 : Le Roi Ecorché, qui semble faire le double de son petit frère Le Prince Ecorché.

    J'ai le droit, c'est les soldes !

    J'ai tout de même réussi à terminer une série après tout ça : City Hall. Il me manquait les quatre derniers tomes, correspondant à la seconde saison de la série. Par chance, tout est compris dans un coffret, avec un jeu de cartes et des couvertures collector. Il ne m'a jamais été aussi facile de compléter une série !

    Les petits bonus : un carnet du livre de poche (moi qui ne cesse d'en utiliser, c'est parfait) et un beau marque page dragon à rajouter à ma collection !

    J'ai le droit, c'est les soldes !


    7 commentaires
  •  

    Dewey [VO]

    Dewey
    De : Vicki Myron

    2009 - Hodder & Stoughton

    Contemporain - Biographie

    Resumé

    Qui aurait pu croire que ce chaton, trouvé dans une boîte aux lettres, allait devenir la mascotte de la bibliothèque et changer la vie de toute une ville ? Et pourtant, tous les habitants de Spencer, dans l'Iowa, ont été conquis par Dewey, ce chat qui a su les comprendre, les faire sourire, leur apporter un peu de chaleur et de réconfort.
    Pendant dix-neuf ans, Dewey, facétieux et unique, va attendrir tous les coeurs, même les plus durs, au point de devenir une star mondiale. Une histoire vraie, bouleversante, étonnante.


    Avis

    How much of an impact can an animal have? How many lives can one cat touch?

    La grande surprise de ce début d'été, c'est Dewey. Je n'avais jamais entendu parler de lui avant de lire sa biographie, si je puis l'appeler ainsi. Dewey est un chat de bibliothèque, celle de Spencer dans l'Iowa et il a conquis le monde.

    Il n'a jamais quitté Spencer. Il a passé la majorité de sa vie dans la bibliothèque. C'est devenu sa maison, son royaume. De cette petite ville, petit à petit, son histoire s'est transportée comme le pollen.

    " We're going to have to watch Dewey carefully. There will be ten thousand unhappy people if something happens to him."

    Le début, qui décrit un peu l'Iowa et Spencer, me laissait perplexe. J'attendais la venue du chat. Je lisais un livre sur un chat, mais où était donc le chat? Il ne tarda pas à faire son apparition et je l'ai aimé sûrement tout aussi rapidement que les bibliothécaires. Je voulais entendre parler de Dewey, lire ce que l'auteure avait à me dire à son sujet. Lorsqu'on s'écartait d'un seul coup, pour parler un peu de Spencer, de son histoire ou autre, je ne voulais souvent que retrouver Dewey.

    Once again I realized how special Dewey was. Not just any cat would have this kind of fan club.

    Des petites longueurs, certes, de pars et d'autres seulement. Pas très longues, elles n'encombrent que légèrement la lecture. Ce livre reste un bonbon qui se grignote avec gourmandise et que l'on termine en un clin d'oeil. Un délice pour le coeur.

    Have you ever been lectured by a cat? It's not a pleasant experience. Especially when the cat is right.

    Le fait que l'histoire soit réelle a sans doute joué sur l'effet qu'elle a eu sur moi. J'ai également un chat. J'aime les chats. J'aime les livres. J'ai travaillé en bibliothèque. Comment ne pas me sentir chez moi dans ce roman? Comment ne pas vivre avec eux chaque instant comme si je n'étais qu'un habitant de plus?

    He didn't let a child grab him and hold him in her laps; he chose to spend time with her.

    Je n'ai connu Dewey qu'à travers ces mots et pourtant, il m'a touché. On ne peut qu'aimer ce chat qui délivre tant de joie et d'amour autour de lui. Ce récit fait du bien. Ce livre sans prétention donne de l'espoir.

    He always seemed to know what I wanted, but unfortunately that didn't mean he was always going to obey.

    Tout est dit et expliqué simplement. On raconte des faits. Vicki nous donne sa vision, son ressenti et fait partager son lien unique avec Dewey. On découvre comment un simple chat, un simple animal dans la bibliothèque d'une petite ville, a pu aider, apaiser, amuser, réconforter, faire sourire, etc. des milliers de personnes. Et tout ça, juste en étant un chat qui aime la compagnie humaine.

    Humans forget. Not cats.

    Your humans must realize that all boxes that enter the library are yours. It doesn't matter how large, how small, or how full  the box should be, it is yours !

     


    votre commentaire
  • Crash!

    Crash!
    De : Yuka Fujiwara

    2011 - Tonkam
    16 vol. (terminé)

    Shojo

    Lorsque Hana Shiraboshi rencontre des talents en herbe promus à devenir de futures idoles, elle saigne subitement du nez !! Ca tombe bien, car pour fêter le dixième annveraire de l'agence artistique de sa mère, il est prévu de dégoter le plus grand nouveau talent encore jamais vu ! Pour ça, Hana se rend à un grand événement artistique où elle fait la rencontre non pas d'un, mais de cinq garçons qu'elle décide de promouvoir pour former un groupe d'idoles !


    Crash! et moi, ça ne date pas d'hier. J'avais lu les premiers tomes sur internet sans que la suite n'apparaisse ensuite. Mise de côté dans l'un des nombreux tiroirs de ma mémoire, j'ai eu le plaisir de la redécouvrir grâce à liame qui m'a envoyé l'intégralité de la série.

    Crash!

    J'apprécie grandement les manga musicaux. Oui, même si je n'entends pas les chansons, j'aime les histoires dans cet univers. Dans le cas des Crash!, il sera certes question de talent mais surtout de travail et encore plus de communication. On se centre davantage sur Hana et son travail de manager que sur les performances des Crash!

    Avec les tomes qui défilent, on aura bien le temps de suivre le groupe évoluant événement après événement ainsi qu'Hana, élément indispensable de leur réussite.

    Persévérance et détermination sont des mots d'ordre. Travailleuse forcenée, Hana ne laisse pas de répit à son groupe pour qu'ils soient tous au top. Son imagination et sa dure labeur lui permettra de mette en place ses nombreuses idées et de mener son travail à bien.

    Crash!

    On a beau être dans un shojo, les histoires de coeur ne semblent prendre que peu de place durant la première partie de cette historie.

    Car, et il faut le savoir, cette série se divise en deux et j'en ai eu la surprise quand je suis arrivée à la coupure. On pourrait donc s'arrêter au septième volume si on n'est pas trop frustré ou curieux d'un certain dénouement. J'ai d'ailleurs failli arrêter à ce moment, peu convaincue par la lecture du huitième tome, marquant le début de la seconde partie.

    Cette deuxième partie est, elle, 100% shojo, romance et guimauve alors que jusque là, c'était plutôt limité à de la tendresse. Il m'a fallu du temps pour accepter les changements et commencer à apprécier l'histoire.

    Crash!

    Je ne peux que recommander Crash!, tout du moins sa première partie,vous laissant le choix de poursuivre ou non. La construction du groupe et sa lancée dans le monde des stars est un régal.

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires