• City Hall
    De : Rémi Guerin & Guillaume Lapeyre

    2012 - Ankama
    7 vol. (terminé)

    Resumé

    Imaginez un monde où tout ce que vous écrivez prendrait vie. Imaginez maintenant qu’un individu utilise cette arme avec les plus sombres desseins... À situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle, les forces de police de City Hall n’ont d’autre choix que de faire appel à deux des plus fines plumes de Londres : Jules Verne et Arthur Conan Doyle !


    Avis

    Je ne sais même pas par où commencer pour vous parler de City Hall... C'est bien. C'est même très bien. C'est encore mieux pour ceux qui aiment les livres et l'écriture !

    L'arme de ce monde se résume en une feuille de papier, de l'encre et une plume (ou un stylo). Elle représente la menace absolue. Elle fait des ravages immenses. Pour l'utiliser, rien de plus simple : savoir écrire et disposer d'une large imagination. En plus des outils de base, cela s'entend. Outils qui ne sont plus à la disposition du peuple.

    On aborde quelque part ici le pouvoir des mots sous une autre forme. Les mots ont toujours été une arme, une force, si on sait les manipuler. Dans City Hall, ils prennent forme et vie.

    City Hall

    Et quoi de mieux dans cet univers que d'utiliser une ribambelle d'auteurs connus comme personnages? Je vous arrête tout de suite, tous ne sont pas issus des hommes de lettre. La plupart, en revanche... Le tout guidé par un duo de choc : Jules Verne et Arthur Conan Doyle !

    J'ai adoré connaître les auteurs, les découvrir, les voir agir, parler... Pour autant, je ne crois pas qu'ils ont réellement été comme ils sont dépeints dans City Hall. Il n'en reste pas moins que de les découvrir "vivants" et les voir interagir, ça fait quelque chose. Ils ne sont pas juste un nom sur une couverture.

    Je me suis régalée, à chaque nouveau personnage, de savoir qui il était. Pour ceux qui ne les reconnaissent pas, il y a des fiches personnages à chaque fois pour nous en dire un peu plus. De quoi se cultiver tout en se faisant plaisir !

    Ces points forts raviront tout lecteur amoureux de littérature. Et ce n'est pas tout !

    City Hall

    L'intrigue débute par une simple enquête -la recherche d'un dangereux criminel qui possède du papier- pour devenir plus complexe ensuite. Elle se développe très bien au fur et à mesure, permettant de faire découvrir tout le potentiel de l'univers.

    On voyage, on rencontre de nouvelles têtes, on en apprend davantage sur la ville et le passé de certains...

    Mine de rien, il y a pas mal de lecture mais aussi une bonne dose d'action, sans oublier un brin d'humour constant.

    Le petit point négatif du tout, c'est le manque de surprise. Je suis très facile à surprendre. Je ne suis pas le genre de lecteur qui remarque tous les indices distillés menant à la conclusion inévitable. Pourtant, cette fois-ci, peu de surprises sur les éléments que je jugerai comme "importants". Ça, c'est un peu dommage.

    City Hall

    Il n'en reste pas moins que la conclusion est bonne, même très bonne ! Juste qu'elle aurait gagné davantage à ne pas avoir été autant susurrée à l'oreille du lecteur.

    Pour rester sur la conclusion, elle ferme simplement l'épisode ouvert au premier tome. Je me pose encore quelques questions, qui trouveront peut être réponse un jour. Je comprends néanmoins que cet épisode se finisse ainsi.

    Sans être le manga de l'année, City Hall est un très bon manga que je vais conserver affectueusement et que je me plairais sûrement à relire à l'occasion pour tout son côté littéraire. Un manga que je recommanderai d'ailleurs à ceux qui sont peu familier du genre mais grands consommateurs de romans, d'une parce que le sens de lecture est normal, et de deux parce qu'il évolue dans un univers avec beaucoup d'éléments qui leur seront familier.


    2 commentaires
  • Chocola & Vanilla

    Chocola & Vanilla
    De : Moyoco Anno

    2007 - Kurokawa
    8 vol. (terminé)

    Shojo

    Anime : Sugar Sugar Rune

    Resumé

    Chocola et Vanilla, deux charmantes sorcières, débarquent dans le monde des humains ! Toutes deux prétendantes au trône du royaume magique, elles vont s'affronter dans un combat romantique pour les cœurs des humains.
    Laquelle sera la plus populaire ?


    Avis

    Je ne pensais pas lire un jour Chocola & Vanilla. Je ne voyais que des enfants se l'arracher. Difficile d'avoir envie de le lire par la suite... Pourtant j'ai acheté la série quand elle s'est présentée à moi à 2€ le tome. J'étais quand même un peu curieuse de comprendre cet engouement que je ne suivrais sûrement pas.

    Le premier tome ne m'a pas convaincue. Des dessins que je ne trouvais absolument pas mignons et une histoire facile et enfantine.

    Et puis j'ai accroché.

    Chocola & Vanilla

    Ou plutôt, je suis entrée dans l'histoire et me suis mise à apprécier Chocola.

    Car, bien que le titre soit Chocola & Vanilla, c'est bien Chocola qui est au centre de l'histoire. Vanilla, gentille bonne poire, me donna des impressions de pantin. Tantôt dirigée par untel, tantôt par un autre. Elle est aisément manipulée contrairement à sa meilleure amie, Chocola, qui a du caractère.

    Dans un genre similaire, il y a Pierre. On ne sait pas trop sur quel pied danser avec lui, son humeur changeant d'un jour à l'autre. Mais lui, il a une très bonne excuse...

    Finalement, l'histoire est sympa. L'amitié est au coeur de tout avec son compagnon romance.

    Les coeurs que les sorcières collectent aux humains montrent que ceux-ci, nous, pouvons avoir une multitude d'émotions qui vont et viennent. Lorsque le coeur d'un amoureux est pris, son amour pour la personne disparaît, ce qui ne l'empêche pas de tomber à nouveau amoureux.

    Je ne regarderai plus d'un oeil semi méprisant les enfants avec Chocola & Vanilla entre les mains. Et c'est justement parce qu'il est en majorité lu par ce public que les fautes dans le texte sont insupportables, bien que peu nombreuses.

    Si j'avais des enfants, je leur donnerai avec grande joie !

    L'amitié n'est pas comme l'amour... Elle ne disparaît pas.


    votre commentaire
  • We are always...

    We Are Always...
    De : Ayu Fujimiya

    2011 - Tonkam
    11 vol. (terminé)

    Shojo

    Dans le même genre :

    Blue

    Resumé

    Lorsque Haruna revient après huit ans dans la ville de son enfance, il retrouve Nori, Saeka et Kyo ses trois meilleurs amis à l’époque. Mais si le jeune enfant renfermé s’est métamorphosé en un jeune éphèbe plein d’assurance, ce n’est pas le seul à avoir changé. Et quand l’amour s’en mêle…

    We are always...

    Avis

    Je n'ai pu m'empêcher de penser à Blue dès que j'ai commencé We are always... Dans les deux cas, nous avons un groupe de quatre amis d'enfance dont l'un revient après s'être absenté durant des années. Les deux histoires se déroulent dans des villes paumées au milieu de nul part, des villes dans lesquelles tout le monde connait tout le monde. Ce qui change, ce sont nos quatre personnages et les histoires qui les entourent.

    We are always...

    J'aime beaucoup chacun des personnages de ce groupe, avec mention pour Nori, ma favorite. J'aime sa joie de vivre et son honnêteté. Elle ne se prend pas la tête et vit la vie comme elle vient. A ses côtés, sa meilleure amie, Saeka. La plus discrète du groupe sans aucun doute, la plus calme également. Avec elle se tient Kyo, le riche et beau jeune homme qui a tout dans la vie sans rien demander ou avec un peu d'argent. Rejoignant ce trio, nous avons Haruna, un garçon qu'on ne cerne pas très bien au tout début et qui est très renfermé.

    Je ne saurais dire pourquoi, sans doute est-ce à cause de son côté introverti très prononcé, j'ai eu du mal à croire Haruna dans toutes ses émotions. La joie, la peine, la tristesse... Son visage reste impassible tout autant que sa conduite, rendant difficile sa sincérité.

    We are always...

    Un des bons côtés de cette série, c'est qu'elle ne se concentre pas sur un personnage en particulier. Ils ont tous droit à la parole autant qu'ils sont. Ainsi on connait les pensées de chacun chapitre après chapitre. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, on ne se sent pas perdu le moins du monde. À aucun moment je ne me suis demandée qui parlait en lisant une bulle ou une autre. L'auteure a su passer d'un narrateur à un autre tout en douceur.

    We are always...

    Ce qui m'a dérangé dans cette série pourrait se résumer à deux personnages : Tomona et Mio. Les deux sont cinglés ou ont des idées de cinglés. Des idées auxquelles je n'arrive presque plus à adhérer dans un manga. Vous savez, la fille folle qui tient à tout prix à être avec le personnage principal, qui est prête à tout, même à menacer de se suicider s'il ne fait pas ce qu'elle désire? Ça vous donne un petit aperçu du type de choses dont ces deux personnages sont capables. Alors oui, avant que ces deux personnages ne s'en aillent, l'auteure leur a fait une belle porte de sortie qui ferait presque qu'on leur pardonnerait. Pas moi.

    We are always...

    Sinon, We are always... nous parlera surtout de sentiments amoureux ainsi que d'amitié. L'amitié n'a pas toujours la même forme, ce que nous montrent bien les rapports Kyo/Haruna. Ça parle peu, ça n'est pas en contact tout le temps. Et pourtant, leur amitié est belle est bien là.

    Nos quatre personnages vont tous découvrir l'amour à leur façon. Parfois ce sera plutôt simple, d'autres plus compliqué, et parfois encore, on ne sait simplement pas ce que son cœur veut. Chacun des personnages est amoureux dès le début de la série. Alors que dans Blue, tout restait à l'intérieur du groupe, dans We are always... les personnages sont amoureux de personnes non présentes dans leur groupe.

    We are always...

    Malgré tout, à choisir entre Blue et We are always... je choisirai Blue sans hésiter.


    1 commentaire
  •  

    Sailor Moon

    Sailor Moon
    De : Naoko Takeuchi

    1995 - Glénat
    18 vol. (terminé)

    Shojo - Magical Girl

    Resumé

    Bunny, collégienne de 14 ans, est une jeune fille dynamique, très vivante, voire un peu dissipée et n'apportant pas à sa mère les résultats scolaires qu'elle espère. Alors qu'elle se rend à l'école, elle marche sur un chat. Elle va soigner la pauvre bête et lui enlever un pansement qui paralysait ses pouvoirs. Le soir même, ce chat va la retrouver. Il s'agit d'un animal très spécial qui pense et qui parle. Il lui donne un pendentif qui lui permet de se transformer en Sailor Moon.


    Avis

    Je me devais de lire Sailor Moon. Ce grand titre qui a bercé l'enfance de millier de personnes ne devait plus m'être totalement inconnu. Alors quand on m'a proposé les tomes, c'est avec joie que je les ai empruntés.

    La justicière de la lune ne fait pas partie de mon enfance. Je n'ai aucun lien avec elle, aucune affection particulière. C'est relativement neutre que j'ai fait sa rencontre et ai pris connaissance de son histoire. Mais pas avec des yeux d'enfants.

    Sailor Moon

    J'ai trouvé le début assez farfelu. Il fallait poser les bases, mettre en route l'histoire. C'est bancal, maladroitement fait. Il faut décider de ne pas faire très attention aux choses. Après quelques tomes, le récit est en route.

    Je me suis familiarisée avec les personnages, avec Bunny, les autres justicières, Luna, Artémis, Tuxedo Masqué... Tous fidèles à leur caractère, tous fidèles à eux-mêmes. Ils sont les gentils. C'est indéniable.

    Les méchants, à côté, son très méchants. Il n'y a pas réellement de demi-mesure. J'accorde le passage, à un moment, d'un gentil du côté des méchants par "enchantement". C'est de la sorcellerie, alors ça passe. Sinon, tu es soit gentil, soit méchant. Pas entre deux. Et le dessin va avec, bien évidemment !

    Sailor Moon

    Ce que j'aurais à reprocher à cette série, c'est le côté répétitif. Le schéma est le même pour chaque ennemi. Un gros méchant à ressusciter qui veut détruire la Terre ou Millénium, un grand méchant à son service qui lui-même à ses propres subordonnés qui absorbent l'énergie des humains et tentent de détruire les justicières... La première fois, c'est bien. La deuxième fois, il y a cette sensation de déjà-vu. A partir de la troisième fois, on ne s'attend plus à de l'innovation.

    Fort heureusement, le reste se développe. La relation Tuxedo Masqué-Bunny charme. On est aussi curieux que Bunny à propos de Millénium et de la reine. De nouveaux personnages vont faire leur apparition, agrandissant ce groupe de personnages qui sont devenus nos propres amis.

    Je peux sans difficulté comprendre l'engouement qu'il a pu y avoir autour de cette série. Enfant, j'aurais sans doute adoré également. Plus grande, j'y décèle malheureusement plusieurs défauts, sans parler du fait que je n'ai pas cette attache sentimentale que possèdent de nombreuses personnes.


    2 commentaires
  • Crash!

    Crash!
    De : Yuka Fujiwara

    2011 - Tonkam
    16 vol. (terminé)

    Shojo

    Lorsque Hana Shiraboshi rencontre des talents en herbe promus à devenir de futures idoles, elle saigne subitement du nez !! Ca tombe bien, car pour fêter le dixième annveraire de l'agence artistique de sa mère, il est prévu de dégoter le plus grand nouveau talent encore jamais vu ! Pour ça, Hana se rend à un grand événement artistique où elle fait la rencontre non pas d'un, mais de cinq garçons qu'elle décide de promouvoir pour former un groupe d'idoles !


    Crash! et moi, ça ne date pas d'hier. J'avais lu les premiers tomes sur internet sans que la suite n'apparaisse ensuite. Mise de côté dans l'un des nombreux tiroirs de ma mémoire, j'ai eu le plaisir de la redécouvrir grâce à liame qui m'a envoyé l'intégralité de la série.

    Crash!

    J'apprécie grandement les manga musicaux. Oui, même si je n'entends pas les chansons, j'aime les histoires dans cet univers. Dans le cas des Crash!, il sera certes question de talent mais surtout de travail et encore plus de communication. On se centre davantage sur Hana et son travail de manager que sur les performances des Crash!

    Avec les tomes qui défilent, on aura bien le temps de suivre le groupe évoluant événement après événement ainsi qu'Hana, élément indispensable de leur réussite.

    Persévérance et détermination sont des mots d'ordre. Travailleuse forcenée, Hana ne laisse pas de répit à son groupe pour qu'ils soient tous au top. Son imagination et sa dure labeur lui permettra de mette en place ses nombreuses idées et de mener son travail à bien.

    Crash!

    On a beau être dans un shojo, les histoires de coeur ne semblent prendre que peu de place durant la première partie de cette historie.

    Car, et il faut le savoir, cette série se divise en deux et j'en ai eu la surprise quand je suis arrivée à la coupure. On pourrait donc s'arrêter au septième volume si on n'est pas trop frustré ou curieux d'un certain dénouement. J'ai d'ailleurs failli arrêter à ce moment, peu convaincue par la lecture du huitième tome, marquant le début de la seconde partie.

    Cette deuxième partie est, elle, 100% shojo, romance et guimauve alors que jusque là, c'était plutôt limité à de la tendresse. Il m'a fallu du temps pour accepter les changements et commencer à apprécier l'histoire.

    Crash!

    Je ne peux que recommander Crash!, tout du moins sa première partie,vous laissant le choix de poursuivre ou non. La construction du groupe et sa lancée dans le monde des stars est un régal.

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique