• Semaine du shojo : Quel shojo a eu le plus d'impact dans ta vie?

    Cette année, je participe pour la toute première fois à la semaine du shojo organisée par Club Shojo. Pendant 7 jours le shojo est mis en avant par des articles et des animations.

    Cet événement interblog propose chaque année un thème, sous forme de question, auquel chacun est libre de participer et d'écrire. Toujours en rapport avec le shojo, bien sûr, autrement il faudrait revoir le nom de cette semaine.

    Le sujet proposé pour nous creuser les méninges est :

     

    Quel shojo/yaoi/josei a eu le plus d'impact dans ta vie et pourquoi ?

     

    La question me laissa perplexe. Je lis des shojos pour me détendre, parce que j'aime ça, j'aime rêver, j'aime l'amour et j'ai besoin d'une piqûre de guimauve assez fréquemment. De là à ce que l'un d'eux ait un impact sur moi, c'est franchir un fossé.

    Le thème aura au moins réussi à me faire réfléchir. J'ai listé des titres, j'en ai mis de côté, j'ai fait le tri... Pour n'en garder qu'un. Un seul shojo qui aurait eu un impact dans ma vie, et plus que les autres : Full Moon Wo Sagashite (anime) ou Full Moon - A la Recherche de la Pleine Lune (manga)

    Mitsuki n'a plus qu'un an à vivre. C'est la révélation brutale que lui font deux « shinigami », des esprits chargés de conduire les humains vers la mort. La jeune fille, qui va sur ses 13 ans, est en effet atteinte d'un cancer de la gorge incurable. Mais Mitsuki ne se résigne pas à mourir si jeune. Pas avant d'avoir pu, au moins, remplir la promesse qu'elle a faite avec Eichi, son ami d'enfance : celui d'avoir réalisé son rêve lorsqu'ils se retrouveront.
    Aussi, les shinigami acceptent de conclure un marché avec elle : pendant un an, ils feront tout pour faire d'elle une star de la chanson et l'aider à retrouver celui qu'elle aime. Grâce à leurs pouvoirs, Mitsuki pourra ainsi se transformer en une jeune femme et user normalement de sa voix. C'est le début d'une carrière périlleuse dans le show business...


    Viens la partie plus difficile de la question : Pourquoi?

    Semaine du shojo : Quel shojo a eu le plus d'impact dans ta vie?

    Se présente le fait principal qui n'est autre que ce fut un des premiers animes que je visionnais. Les premiers ont tendance à laisser une marque, à être associé à un sentiment, à la nostalgie. Full Moon fut vu dans ma période animes, à mes débuts de relation avec la culture asiatique.

    Il m'a ensuite et surtout marqué pour l'émotion. Ce titre, sous forme d'anime ou même de manga que je lu plus tard, m'a submergé. J'ai été prise d'une grande empathie, d'espoir et surtout de tristesse. Le résumé présumait une histoire dramatique, j'étais prévenue d'entrée de jeu. Ca n'empêche pas que j'ai eu tendance parfois à oublier quelque peu la condition de Mitsuki et être emplie d'espoirs pour me faire rappeler à la dure réalité plus d'une fois en cours de route.

    Et je n'évoque pas la romance présente qui me restera en mémoire. Qu'est-ce que j'ai pu attendre après les personnages et les moments de où quelque chose semblait se passer ! Je n'ai pas eu envie de les secouer comme des pruniers pour qu'ils bougent étant donné les circonstances, mais je voulais qu'ils s'avouent leur amour et les voir ensemble, oubliant la maladie.

    Semaine du shojo : Quel shojo a eu le plus d'impact dans ta vie?

    En dernier point j'évoquerai le rapport avec les rêves de Full Moon. Mitsuki, malgré sa santé, se voit offrir l'opportunité de réaliser et vivre son rêve. Elle la saisira, avancera et ira jusqu'au bout. Elle ne se laisse pas freiner sous prétexte que tout peut s'arrêter à tout moment. Ce manga parle de réaliser ses rêves quoiqu'il en soit, quelle que soit sa situation. Tout est possible même si c'est avec un grain de magie.

    Alors oui, c'est un titre très rose, plein de pastel et de choses mignonnes où tout va bien. Et je n'en ai rien à faire. Oui je crois en la gentillesse profonde de Mitsuki et de l'humanité par extension quand je visionne des titres comme Full Moon. De temps en temps, ça fait un bien fou de voir des gens simplement honnêtes.

    À évoquer tout cela, à repenser à ce titre enfoui si loin dans ma mémoire et me replonger dans les quelques images pleines de tagada traînant dans mon esprit, j'eu tellement envie de revoir l'anime que j'ai cédé ! Et c'est parti pour un florilège de d'émotions, de chansons et un paquet de larmes gratuites. Il faut bien faire vivre l'industrie des mouchoirs en papier !

     

    Semaine du shojo : Quel shojo a eu le plus d'impact dans ta vie?

    Vous pouvez retrouver les articles des autres participants sur leur sites respectifs :


    11 commentaires
  • Initié par Lupiot du site Allez vous faire lire, C'est le 1er, je balance tout ! est un rendez-vous mensuel décidé à remettre un peu plus la notion de partage au goût du jour.

    Le rendez-vous se décompose en 4 points :

    1. Le Top & Flop de ce que j'ai lu le mois-dernier.
    2. Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier.
    3. Au moins 1 lien que vous avez adoré le mois dernier (hors chronique littéraire).
    4. Et enfin : ce que vous avez fait de mieux le mois dernier.

     

    C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017)

     


    1- Top & Flop

     

     Le mois dernier j'ai lu le reste de la série Bakuman ainsi que la fin de la tétralogie de L'héritage. Ça fait beaucoup de fins !
    Sur les derniers jours du mois, je me suis farcie un petit livre qui me change totalement de mes habitudes : Les Ailes noires, terminé hier (oui, le suivi de lecture est un poil à la traîne)

    C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017) C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017) C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017) C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017)

    C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017)C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017) C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017) C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017)

    C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017) C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017) C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017) C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017)

    C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017) C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017)

     

     

    Top : L'héritage

    C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017) Je suis totalement conquise par cette série qui a su finir de très belle manière même si j'avoue rester sur ma faim. J'ai eu du mal à me dire qu'il n'y avait plus rien passé la dernière page.

     

    Flop : Les Ailes noires

    C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017) Ce n'est vraiment pas le type de lecture qui me passionne. Intéressant pour son côté historique, il m'a manqué les émotions. J'ai été une spectatrice trop éloignée des personnages et des événements racontés.

     

     

    2- Chronique venue d'ailleurs

     

    J'ai l'impression d'avoir peu lus de chroniques en Mars, ou mal mis à jour mon brouillon d'article tout au long du mois (fort possible). Je retiens tout de même la chronique de Lupiot de The Book of Ivy qui était particulièrement bonne ! J'avais trouvé l'article tellement drôle ! Je relis la chronique juste pour le plaisir :D

    C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017)

     


    3- Trésors du web

     

    C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017)

     Geovelo, un super site pour planifier une sortie vélo. Plus besoin de chercher sur une carte son tracé, de le définir clairement ou d'avancer au hasard. Il suffit d'indiquer un point de départ, un point d'arrivée, éventuellement des points intermédiaires et le site se charge de tout ! Gros point positif : Il facilite les petites routes plutôt que les grandes voies très prisées des automobilistes. De plus, nous l'avons essayé deux fois avec seulement les indications (sans imprimer la carte) et c'est parfaitement claire !

     

    C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017)

    Le logo ne paie pas de mine mais le contenu est super intéressant ! Si jamais je devais me rendre au pays du soleil levant, cette activité serait incontournable. Le principe? Jouer à MarioKart en réel, avec de vrais karts, des costumes et dans les rues de la ville !

     

    C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017)

    Découverte du "challenge 52 semaines" et de ses variantes, je suis sous le charme. Je pensais depuis quelques années à faire quelque chose dans ce goût sans vraiment me poser pour définir la chose. Marina a tout éclairci pour moi. Je n'ai qu'à choisir le principe qui correspondrait le mieux à mes possibilités et me lancer ! (D'ici la fin de l'année je l'espère).

     

    C'est le 1er, je balance tout ! (Avril 2017)

    Intéressant au plus haut point, j'ai gagné un peu de connaissances grâce au blog de Tiphs et son article "Combien coûte une couverture de roman?". Informationnel avant tout, à lire pour tous les curieux et tous les concernés par la "vente" de leur art.

     

     

    4- Joies et fiertés

     

     Difficile de remplir cette section cette fois-ci (et le mois suivant aussi je pense) tant le stresse commence à me gagner à l'approche des examens (les réformes n'aidant pas). Ceci dit, si je devais retenir quelque chose, c'est le printemps !

    L'arrivée du printemps, le changement d'heure, le soleil qui se fait soudainement plus présent et les températures qui suivent... Ah ! Que de joies ! Les sorties à vélo commencent, le premier barbecue a eu lieu et j'ai même mangé sur la terrasse (c'était limite ceci dit). Rien que pour ça, j'aime Mars.


    votre commentaire
  • Je ne le cache absolument pas, ma PAL (Pile à Lire) m'obsède. Il suffit de voir certains articles pour s'en rendre compte :

    Défi : Diminution de nos PAL [Rien de plus évident que celui-là]
    "ma PAL m'en empêche" 14/07/2016
    "diminuer d'un titre ma PAL" 20/01/2016
    "j'ai un plus grand objectif : ma PAL !" 04/11/2015
    " Je suis toujours aussi déterminée à diminuer ma PAL" 28/01/2015
    "histoire de diminuer un peu ma fameuse PAL qui ne désemplie pas" 15/12/2014
    "As-tu un rêve ? Plusieurs même ! :D Finir ma PAL" 22/05/2014
    "j'ai fait un horrible constat ayant pour sujet ma PAL" 23/09/2013


    Depuis des années, je pense à ma PAL. J'y ai beaucoup pensé comme un papillon. Ca va et ça vient sans trop s'attacher. Jusqu'à 2015 où ces trois lettres ont fini par s'ancrer dans mon crâne.

     

    Une drogue nommée PAL

     

    Pourquoi faire tout un plat d'un tas de livres dans un coin?

     

    Ce ne sont après tout qu'un amas de feuilles imprimées. Je n'ai aucune obligation envers elles. Ni envers qui que ce soit. Pourtant, j'ai le sentiment que je dois les lire. Je vous en explique mes raisons :

     

    • Ne pas lire un livre, c'est comme gaspiller de la nourriture


    À quoi bon l'acheter ou le récupérer si c'est pour ne pas l'ouvrir? En dehors des "beaux" livres et leur côté esthétique, tous les autres ne sont que du gaspillage s'ils ne sont pas ouverts. Gaspillage d'argent, gaspillage de place, gaspillage de muscle. Il aura fallu les amener jusqu'aux étagères ! Pour rien...

     

    • Cette envie irrépressible d'injecter du sang neuf


    Ma PAL a beau déborder, la production littéraire ne s'arrête pas pour autant afin que je me remette à niveau. Ce super-pouvoir serait bien intéressant pour un lecteur. Je me retrouve tiraillée par ces nouveaux titres qui ont l'air fabuleux et la masse qui ne désemplie pas quand elle devrait.

     

    • Le rêve de remplir un caddie de livres


    Et pas de livres de ma PAL ! J'aimerais tellement retourner dans une librairie d'occasion et me dire "Aujourd'hui, c'est no-limit". Je garde un merveilleux souvenir de ce type d'expérience mais une fois encore, l'ombre imposante de ma PAL ne laisse à ce rêve que l'occasion d'arriver quand je dors.

     

     

    Une drogue nommée PAL

     

    Une énorme PAL a aussi ses avantages !

     

    • Que la détermination soit avec toi


    Découragée je ne suis point. Je ne l'ai pas réellement été face à l'ampleur de la tâche. Cette pile gigantesque ne m'effraie pas et son aura démoniaque aussi faible soit-elle ne tend qu'à diminuer au profit d'une détermination grandissante pour la détruire. Chaque livre est une victoire, imaginez le nombre de combats déjà gagnés !

     

    • Au Tetris tu seras roi


    Posséder plein de livre signifie réussir à les ranger dans l'espace restreint que l'on possède. Donc être très bon en matière d'empilement et de gain de place. Autant dire que même pour faire une valise pour partir en voyage, on est au top.

     

    • Le choix tu auras


    À aucun moment encore je ne me suis retrouvée devant ma bibliothèque à me dire "Je n'ai rien à lire". Il se peut qu'à un moment précis, rien ne m'aie donné envie. Pas de panique ! Je laisse un ou deux jours s'écouler et mon esprit se fixe tout seul sur un titre.

     

    • Jouir du pouvoir de rayer


    Je n'ai jamais pris autant de plaisir à rayer une mention d'une liste que depuis que j'ai une PAL. Je m'empresse de la retrouver quand j'ai fini un titre pour avoir le bonheur non dissimulé de supprimer une ligne. Ah ! Quel plaisir fantastique !

     

     

    Une drogue nommée PAL

     

    Comment en suis-je arrivée là?

     

    • L'absence de date de péremption : le piège de l'accumulateur


    Contrairement à la nourriture, les livres ne périment pas à proprement parler durant notre vie. On peut le conserver, à l'abri de l'humidité de préférence, des années durant sans qu'il ne scille. Ainsi les livres s'amassent sans qu'aucun ne se retrouve dans une benne pour moisissure prononcée.

     

    • La curiosité est un vilain défaut livresque


    Je suis de nature très curieuse en matière de livres. D'abord cantonnée principalement à la fantasy, j'ai élargi mes horizons pour mon plus grand malheur. Maintenant, tout me fait envie et je veux tout lire. Comment voulez-vous que je m'en sorte ainsi?

     

    • Disperser ses biens, le meilleur moyen d'être aveugle


    Maline comme j'étais, je n'avais pas tous mes livres au même endroit. D'une part parce que je me déplaçais, d'autre part parce que ma chambre changeait parfois de place dans la maisonnée sans que tous mes livres ne me suivent. Autrement dit, j'avais toujours un brin de place et j'oubliais ceux qui n'étaient pas sous mes yeux !

     

    • De longues années de belles récoltes pour de faibles consommations


    Une PAL, ça se travaille. C'est tout un art de la fournir et la rendre monstrueuse. Cela demande de consciencieuses années à dévaler les librairies des livres dans les bras ou à récupérer ceux que les autres ne veulent plus. Je m'en suis très bien tiré dans ce domaine, mon résultat est formidable.

     

     

    Une drogue nommée PAL

     

    Maintenant, je m'en tiens à un régime ainsi qu'à un suivi minutieux de mes lectures et de cette fameuse PAL. J'ai pu observer mes premiers résultats encourageant récemment et poursuis gaiement dans cette direction ! Qu'importe le temps que cela prendra, j'en viendrais à bout. Nul doute là-dessus.


    9 commentaires
  • Initié par Lupiot du site Allez vous faire lire, C'est le 1er, je balance tout ! est un rendez-vous mensuel décidé à remettre un peu plus la notion de partage au goût du jour.

    Le rendez-vous se décompose en 4 points :

    1. Le Top & Flop de ce que j'ai lu le mois-dernier.
    2. Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier.
    3. Au moins 1 lien que vous avez adoré le mois dernier (hors chronique littéraire).
    4. Et enfin : ce que vous avez fait de mieux le mois dernier.

     

    C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017)

     


    1- Top & Flop

     

    En Février, j'ai lu le tome 2 de L'héritage, L'Ainé, ainsi que le tome 3, Brisingr avant d'entamer la série Bakuman et de me farcir les 8 premiers volumes.

    C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017) C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017) C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017) 

     C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017) C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017) C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017) C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017)

     C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017) C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017) C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017)

     

    Top : Bakuman

    C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017) Je ne m'attendais pas à grand chose et j'ai été très surprise par l'histoire et son évolution ! Je m'approche doucement de la moitié et suis totalement conquise !

     

    Flop : /

     

     

    2- Chronique venue d'ailleurs

     

    Chroniques d'Acherontia, découvert tout récemment, a fait un article sur la saga Les deux soeurs de Marie Brennan. Le titre m'a fait de l'oeil à sa sortie, était un peu tombé dans l'oubli et resurgit de nulle part grâce à Acherontia qui me convainc que mon instinct avait raison : ces livres vont me plaire !

    C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017)

    Ne me reste qu'à négocier avec ma conscience nutritionniste qui me fait suivre un régime drastique en matière de PAL romanesque...

     


    3- Trésors du web

     

    C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017)

    Doodle.com, l'art de planifier facilement !

    J'ai découvert Doodle grâce à mon copain et j'ai tout de suite adhéré au concept ! N'étant pas sur facebook de façon personnelle, ce serait une bonne alternative pour planifier des sorties avec des amis. C'est tout compliqué de se mettre d'accord sur une date, une heure, en voulant faire plaisir à tout le monde. Avec Doodle, d'un seul coup d'oeil on se rend compte des disponibilités de la majorité!

    Pas encore testé, le site est gentiment dans mes favoris à attendre qu'une occasion se présente.

     

     

    4- Joies et fiertés

     

    C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017)

    J'ai découvert la feutrine et en suis tombée amoureuse. C'est incroyable tout ce qui peut être fabriqué avec ces tissus colorés épais ! J'ai déjà pu réaliser un lapin, plusieurs coeurs et un arbre (grand !) est en préparation.

     

    C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017)

    J'ai pris mon courage a deux mains et ai décidé de créer un deuxième blog, Simplement Mel avec la détermination de m'y tenir une bonne fois pour tout. Afin de mettre toutes les chances de mon côté, tout sujet peut y trouver sa place, me rendant totalement libre des thèmes à aborder ! Plus d'excuse du "ça n'a rien à voir" !


    10 commentaires
  • Comme je l'ai partagé, j'aime les carnets et en possède un certain nombre. Ce que je n'ai pas dit ou montré en le pointant du doigt, c'est le contenu même de ces derniers.

    Je suis quelqu'un de très simple dans la façon dont je prends des notes et que je remplis mes carnets. Un stylo Bic bleu des plus basique accompagné parfois d'un noir et le tour est joué ! La plupart des lignes ne sont qu'un enchainement de lettres bleues. Rien qui n'attire l'oeil en particulier, aucune fioriture, aucune décoration... Banal au plus haut point.

    Cette année, l'idée me prit de rendre le tout un poil plus joli et agréable à la vue, sans pour autant partir dans l'excentrique. Je souhaite avant tout pouvoir utiliser ces carnets quand j'en ai besoin, où que ce soit. Pas question donc de nécessiter toute une trousse bien équipée !

    J'ai réalisé que, partant d'une base d'écrits les plus simples, il ne me fallait vraiment pas grand-chose pour changer la donne.

     

    Egayer son carnet avec trois fois rien

    La première transformation est celle de mon carnet PAL, répertoriant mes achats et lectures, un peu à la façon du défi Diminution de nos PAL. Avec deux traits horizontaux et un petit signe au milieu, mes pages respirent à nouveau ! Quand je disais que trois fois rien pouvaient vraiment faire la différence.

     

    Egayer son carnet avec trois fois rien

    Le deuxième à subir mes extravagances est le nouveau carnet que je me suis procuré pour répertorier mes notes et citations des romans que je lis. L'extérieur étant tellement magnifique que je pouvais bien faire un petit effort pour l'intérieur ! Ici, l'acquisition d'un stylo de couleur fut de rigueur, puisque je souhaitais rester dans les tons de la couverture. Un marron et un bordeaux m'ont rejoint, me permettant d'étayer ma double page avec un côté de citations en couleur, de l'autre tout ce qui concerne le livre avec une pointe de couleur au niveau du titre, de ma note d'appréciation globale et du petit signe séparant les informations du livre de ce que j'en ai pensé.

    Quand je mets à côté l'avant et l'après, il n'y a pas photo ! Un tout petit effort qui semble pourtant transformer la finalité.

     

    Egayer son carnet avec trois fois rien

    Egayer son carnet avec trois fois rien


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique