• Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
    De : Jonas Jonasson

    2011 - France Loisirs

     Voir aussi :

    Chronique Kiba-chan

     

    Resumé

    Alors que tous dans la maison de retraite s'apprêtent à célébrer dignement son centième anniversaire, Allan Karlsson, qui déteste ce genre de pince-fesses, décide de fuguer.
    Chaussé de ses plus belles charentaises, il saute par la fenêtre de sa chambre et prend ses jambes à son cou. Débutent alors une improbable cavale à travers la Suède et un voyage décoiffant au coeur de l'histoire du XX siècle.


    Avis

    Ce roman a été un véritable phénomène a sa sortie. Il était partout, dans toutes les librairies et applaudi de tous. Et comme toujours, c'est une fois que les choses s'essoufflent que je me penche dessus. Alors, qu'en est-il réellement de ce vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire?

    " Les choses sont ce qu'elles sont et elles seront ce qu'elles seront."
    Inhérent à cette philosophie était le fait de ne jamais se plaindre.

    Et bien il est sacrément atypique ! C'est le moins qu'on puisse dire ! Allan Karlsson, notre centenaire en fuite, a eu une vie plus que mouvementée. Bien qu'il ait pu se reposer par moment, il n'a cessé d'aller d'aventures en aventures d'un bout à l'autre du globe. Finalement, sa fuite de la maison de retraite sonne comme sa dernière. À cent ans, en même temps, il ne va plus lui rester beaucoup de temps pour en enchaîner d'autres !

    Et voilà, dit Allan en regardant le soldat chinois sans connaissance à ses pieds. Ca t'apprendra à faire un concours de boisson avec un Suédois alors que tu n'es ni finlandais ni russe.

    J'ai adoré ce personnage par sa simplicité. Il ne se soucie guère de la religion, et sitôt qu'on lui parle politique, il n'entend plus rien. C'en est presque maladif. À côté, il est d'un très grand optimisme et relativise souvent la situation. Car, de toute façon, ce qui doit arriver arrivera. Allan voit ainsi les choses, faisant qu'il ne se prend pas beaucoup la tête.

    Tout le monde avait le droit d'être de mauvaise humeur, mais Allan trouvait inutile de se fâcher si on pouvait faire autrement.

    L'histoire ne va pas se contenter de suivre la fuite du centenaire, elle va aussi retracer toute la vie de ce dernier, depuis son enfance jusqu'à son arrivée en maison de retraite. Les deux histoires se font en parallèle l'une de l'autre. J'avais trouvé ce principe déstabilisant, étant plus intéressée par la fuite au présent que le passé du personnage. Sauf qu'une fois qu'Allan quitte la Suède, les événements rocambolesques ne cessent de s'enchaîner dans son passé !

    - Je crois que c'est bien parti pour que je m'en sorte encore cette fois-ci, commenta Allan.

    Rajoutez à la suite de coïncidences farfelues qui rendent bien service à Allan tout au long de sa vie une narration tout ce qu'il y a de plus légère et vous vous trouvez face à un livre fantastique.

    En y repensant, ce roman va parler de dizaines de choses : De religion, de politique, de bombes, de guerres, de conflits divers, donc aussi de morts... Le tout, sans jamais dramatiser les choses ou réellement prendre parti. Ce côté-là fait tout le charme de la lecture. Merci au caractère d'Allan qui rend cette narration possible !

    Le cadavre tomba en avant et vint se cogner le front contre une poignée métallique.
    - Il aurait pu se faire mal ! s'exclama Allan.
    - Il y a tout de même des avantages à être mort, répondit Julius.

    Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire est donc un livre léger et fou que je recommande.


    4 commentaires
  •  

    Graceling T1

    Graceling T1
    De : Kristin Cashore

    2011 - Le Livre de Poche
    3 vol. (terminé)

    Voir aussi :

     Graceling T2 : Rouge
    Gracelinf T3 : Bitterblue

    VResumé

    Dans les Sept Royaumes, on les appelle des Graceling - des êtres rares, dotés de pouvoirs incroyables. Katsa, elle, peut tuer un homme à mains nues et son oncle, le roi des Middluns, l'oblige à assassiner pour son compte. La rencontre de la tueuse avec le prince Po, un autre Graceling, va changer le cours de son existence...


    Avis

    Ce livre est tombé comme qui dirait à pic. Lorsque j'ai choisi ce livre, je ne désirais qu'une chose : de l'aventure. Pour autant, je ne voulais pas exclure totalement la romance. Une petite histoire amoureuse en arrière-plan me convenait parfaitement. Avec Graceling, j'ai tiré le gros lot. J'ai eu droit à une aventure épique avec de la romance. De la pure fantasy comme je les aime.

    Il adorait parler d'elle en se vantant, comme si les facultés de Katsa étaient les siennes, comme si elle était la flèche et lui l'archer. Non, pas sa flèche. Son chien. Pour Randa, elle était un chien sauvage qu'il avait domestiqué et dressé. Il la lâchait sur ses ennemis et l'autorisait à sortir de sa cage pour se faire belle, s'asseoir parmi ses amis et les rendre nerveux.

    Les Graceling sont des êtres intéressants. Rejetés de la société, j'ai surtout été attirée par la variété et le côté totalement aléatoire des dons de ces humains. Alors qu'on peut posséder une capacité très utile, que ce soit de l'ordre du combat ou de la cuisine, il y en a d'autres qui ne servent strictement à rien. Tel que nager à la perfection alors qu'on se trouve sur un continent et que la carte ne nous présente qu'une seule île.

    Quels qu'ils soient, qu'ils servent leur roi ou seigneur, les Graceling sont rejetés par les autres humains. Ils sont craints.

    - Elle ne connait qu'une allure, commenta Giddon. Le galop.

    Dans ces aventures, on suit Katsa. Une jeune femme ! Que diable j'aime ça les femmes fortes, qui savent utiliser leurs bras et leurs jambes, et me transportent dans des mondes fantastiques. D'autant que la lecture ne laissera que peu de répit à Katsa. Elle sera la plupart du temps en mouvement, allant d'un royaume à un autre. L'action est très présente aussi. La lecture est ainsi attrayante, les pages volent.

    Autre attrait à mon sens : la narration à la troisième personne. Un régal tout simplement. En plus d'avoir une écriture fluide et agréable. Je n'ai eu aucun mal à me représenter toutes les scènes, même les combats. Ce fut fantastique de les voir sous mes yeux !

    - Cette séance d'entraînement a failli m'achever, j'ai faim, figurez-vous. Je vais finir par croire que vous cherchez à m'affaiblir en m'empêchant de me sustenter.
    - Pour un homme qui se targue d'être le meilleur guerrier de Lienid, vous possédez une constitution délicate.

    Quand j'ai regardé la carte au tout début tout en suivant Katsa dans ses péripéties, j'ai réalisé que finalement, on a parcouru peu de terres. Je n'ai pas visité tous les royaumes. Ça tombe bien, deux autres livres se déroulent dans le même univers !

    Là, on attaque un autre point qui rend cette lecture formidable : ce tome se suffit à lui-même. Je ne peux pas parler de trilogie. Ce sont trois histoires, avec trois personnages différents chaque fois, dans le même univers fantastique. Les personnages vont sans nul doute se croiser à des moments ou d'autres, c'est même déjà arrivé. Donc si tu aimes, tu peux en lire plus, si ça ne t'a pas plu, tu ne seras pas frustré car tu as une véritable fin. Alors, ce n'est pas chouette?


    9 commentaires
  • Les Loups de Mercy Falls T2

    Les Loups de Mercy Falls T2 & 3

    Les Loups de Mercy Falls

    T2 : Fièvre
    T3 : Fusion

    De : Maggie Stiefvater

    2011 - France Loisirs
    3 vol. (terminé)

    Bit Lit

     

    Voir aussi :

    Les Loups de Mercy Falls T1 : Frisson

    Resumé

    Grace et Sam ne se quittent plus, mais leur avenir s'annonce fragile. Sam se débat avec son passé de loup qui lui colle à la peau. Grace, elle, se heurte à l'autorité de ses parents et souffre d'une éttrange fièvre, qui pourrait bien mettre son amour, et sa vie, en péril. Survient alors Cole. Lui aussi doit affronter ses dmons, et il menace encore plus l'équilibre précare qui s'est instauré à Mercy Falls. Quant à Isabel, elle ne se pardonne pas la mort de son frère, modu par les loups. Irrésistiblement attirée par Cole, elle ait pourtant que lui ne rêve que de rejoindre la meute. Quand un monde s'écoule, seul l'amour subsiste. Pour toujours?


    Avis

    Frisson était un livre qui se suffisait à lui-même. Un premier tome avec une fin. Fièvre et Fusion, en revanche, sont une seule histoire découpée en deux tomes. Entre la fin de cette "suite" et celle du premier volume, je préfère de loin celle du premier volume.

    Mais n'oublions pas le reste du récit !

    Je savais bien que ce n'était plus vraiment ma place, mais n'était-ce pas une liste de garous humains?
    Or n'étais-je pas le plus humain de tous?

    Dans cette suite, on a droit à de nouveaux personnages et surtout deux nouveaux narrateurs. Si vous aviez déjà du mal avec l'alternance irrégulière du premier tome, n'entrez pas dans la suite. Je n'ai cette fois pas eu trop de mal à suivre. Ca s'est fait assez naturellement. Les nouveaux personnages ont des caractères très marqués qui font qu'on ne peut pas les prendre pour quelqu'un d'autre si jamais on a oublié qui on suivait.

    Il fallait que je me mette à raisonner en loup, mas ça s'avérait remarquablement difficile, quand je n'en étais plus un.

    L'auteure a su rebondir sur sa première idée, celle de jouer avec la température. Avec cette suite, on explore davantage la métamorphose et on tente d'en percer le fonctionnement.

    Alors que les informations finissent par tomber peu à peu avec des hypothèses, on réalisera à la fin qu'il n'y aura pas eu de conclusion sur le chapitre expérimental. Ca, malheureusement, c'est bien dommage quand on en fait un des points central de l'histoire.

    Tout paraissait tellement plus simple quand c'était moi le loup.

    Certains points de ma critique du premier tome n'ont plus lieu d'être dans ces deux volumes. Je pense notamment aux parents de Grace, presque entièrement absent dans Frisson, qui font leur grand retour ! Et ce n'est pas pour le plus grand plaisir de tous.

    Nos personnages ont donc certes une vie trépidante (merci les loups) mai le quotidien et les responsabilités de celui-ci sont bien présentes. Sam a la librairie, Grace ses études malgré tout et ils ne peuvent s'y soustraire comme bon leur semble.

    J'ai arraché fébrilement le couvercle des boîtes marquées RÉSERVES, à la recherche de ce qui pouvait vraiment me servir : des cordes, du câble, des tendeurs, des angles, un python royal, que sais-je?

    Un petit mot pour Olivia, que j'ai cru oubliée pendant un long moment. J'ai un certain penchant à vouloir dire qu'elle avait d'abord été totalement mise de côté. Vous comprendrez quand vous tomberez sur elle.

    Les gens ne devraient pas avoir à mériter la gentillesse, seulement la cruauté.

    Cette suite, j'y dis oui pour le côté loup, en savoir plus sur les métamorphoses. En avançant j'ai réalisé à quel point les titres étaient particulièrement bien choisis.

    Pourtant, je ne l'aurais pas lu si je n'avais pas acheté d'un coup, le premier étant été suffisant à mes yeux.

    Il existe également un quatrième tome, qui semble laisser place uniquement aux deux nouveaux narrateurs. Avis aux curieux !

     


    votre commentaire
  •  

    Les Jumelles de Highgate
    De : Audrey Niffenegger

    2009 - Editions de Noyelles

    Resumé

    Aux abords d'un cimetière londonien, des sœurs jumelles cherchent à percer un secret de famille et nous entraînent dans leur univers délicieusement inquiétant.

    Valentina et Julia, inséparables sœurs jumelles, reçoivent un étrange héritage d'une tante qu'elles ne connaissent que de réputation. Et pour cause, il s'agit de l'énigmatique sœur jumelle de leur mère, toutes deux ne s'étant plus parlé depuis vingt ans. Le testament est formel : le legs de l'appartement ne sera effectif que si les deux jeunes filles viennent habiter pendant un an dans cet immeuble victorien, situé près d'un des plus anciens cimetières de Londres... et à condition que leur mère n'y mette jamais les pieds.
    Intriguées, les deux jeunes filles quittent leurs parents pour ce lieu inconnu, où le fantôme de leur tante semble hanter chaque recoin de l'appartement, où les murs paraissent abriter des secrets et les extravagants voisins cacher bien des mystères. Livrées à elles-mêmes, Valentina et Julia se laissent séduire par cette atmosphère dangereusement romantique, au risque d'avoir pénétré dans un monde d'où elles ne pourront plus revenir.


    Avis

    C'est la première fois que je lis un récit se déroulant à Londres après y avoir habité. Il est très agréable de reconnaître des lieux et d'avoir une vision relativement exacte de ceux-ci.

    Au cours d'une vie, c'est assez d'avoir affaire à l'une des soeurs Noblin.

    L'intrigue se met doucement en place. On débute la lecture un peu avant que la tante ne décède et bien avant que les jumelles n'emménagent.

    L'auteure a pris le soin de nous faire connaître chaque personnage. Elle a surtout fait vivre des personnages intrigants. La tante, tout d'abord, qui parle très peu de sa famille. Sa soeur, la mère des jumelles, a de vives réactions lorsqu'elle entend le nom de sa soeur. Robert, l'historien amoureux qui ne se remet pas du décès. Ou encore Martin, impeccable sur lui mais souffrant de TOC.

    Trois heures et vingt-huit minutes à tuer avant le dîner. Juste le temps de prendre une douche.

    Chaque personnage a son bout d'histoire, même si parfois on ne comprend la finalité de celle-ci. Comme si elle n'était contée que pour être contée.

    Le livre a tout de même l'avantage de posséder des chapitres courts, permettant de poser son bouquin presque à tout moment et facilitant la lecture.

    En tant qu'historien, il n'ignorait pas que chaque document découvert avait un potentiel explosif.

    Comme l'indique timidement le résumé, le surnaturel n'est pas loin. Une fois découvert, il prendra la place centrale de l'histoire. Pour autant, le rythme ne se précipite pas. À aucun moment. L'action reste globalement absente du début à la fin.

    Tous les monuments funéraires familiers semblaient lui dire : Tu mourras un jour, mais aujourd'hui tu es vivant.

    Pour nous tenir devant le livre, il nous reste un brin de romance, Martin et ce surnaturel. De quoi aider à tenir jusqu'à la fin du livre mais pas de quoi le rendre bon.

    La conclusion du récit m'a laissé perplexe. J'ai l'impression qu'il me manque des explications ou que je souffre d'incompréhension. Ca ne tourne pas rond dans ce livre.

    "Parfois, poursuivit-il plus calmement, lorsqu'on a découvert ce qu'on cherchait, on se dit que c'était mieux quand on ignorait tout."


    votre commentaire
  •  

    Fleur de tonnerre
    De : Jean Teulé

    2013 - Julliard

    Historique

    Voir aussi :

    Le Magasin des Suicides

    Resumé

    Ce fut une enfant adorable, une jeune fille charmante, une femme compatissante et dévouée. Elle a traversé la Bretagne de part en part, tuant avec détermination tous ceux qui croisèrent son chemin : les hommes, les femmes, les vieillards, les enfants et même les nourrissons. Elle s'appelait Hélène Jégado, et le bourreau qui lui trancha la tête le 26 février 1852 sur la place du Champs-de-Mars de Rennes ne sut jamais qu'il venait d'exécuter la plus terrifiante meurtrière de tous les temps.


    Avis

    Le premier roman de Jean Teulé que j'ai lu était Le Magasin des Suicides. Un roman court, rythmé et à l'humour noir. Une bonne découverte et un bon souvenir qui m'ont donné envie de lire autre chose de l'auteur. Fleur de tonnerre, c'est mon deuxième livre de lui et ma première déception.

    Mais comme finalement les naufrages naturels près des côtes sont plutôt rares, il nous faut bien forcer un peu le destin.

    Fleur de tonnerre relate l'histoire d'Hélène Jégado en Bretagne. Une histoire vraie, pas inintéressante en soi mais pas passionnante non plus. Le résumé est alléchant, le contenu beaucoup moins.

    Je remettrai en cause l'écriture, qui ne m'a pas transporté et que j'ai trouvée sans aucune émotion. On décrit, on présente les faits, on raconte et c'est tout. Pas une note plus haute que l'autre. Pas de sentiment.

    Moi, je dis que le mieux pour les gâteaux c'est la reusenic'h. Ca a un goût sucré.

    Un peu comme Hélène Jégado, notre assassin. Elle ne s'extasie pas chaque fois qu'elle donne la mort, elle ne jubile pas. De temps en temps elle sourit, d'un sourire que je n'arrivais même pas à voir. Elle fait son travail comme si c'était une corvée, parce qu'elle doit le faire.

    J'ai été surprise par le facteur temps. Au début du roman, notre Hélène est jeune, âgée d'une dizaine d'années. Elle vadrouille, allant de ville en ville durant des années. Je l'imaginais toujours jeune, bien que plus adolescente. Quelle surprise ne fut pas de lire, de but en blanc, d'une page à l'autre, qu'elle avait la quarantaine ! Mais où étaient donc passées les années?

    - C'est moi l'Ankou qui se promène à travers la Bretagne et a planté sa faux dans ton ceur, moi qui te ferai le sang aussi froid que le fer.

    Alors non, je n'ai pas été convaincue. Je n'ai pas été emportée si ce n'est sur la fin, lors du tribunal. Le reste est sans vie. Les morts s'accumulent tandis que mon intérêt décroît. Je ne pense pas lire un autre Teulé un jour.


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique