• God Save la France [VO]

    Paul West, tome 1 : God Save la France [VO]

    God Save la France
    VO : A Year in the Merde
    De : Stephen Clarke

    2006 - Pocket
    4 vol. (terminé?)

    Série : Paul West

    Nom : Paul West.
    Âge : 27 ans.
    Langue française : niveau très moyen.
    Fonction : jeune cadre dynamique promis à un grand avenir.
    Occupation : déjouer les pièges potentiellement désastreux du quotidien français.
    Hobbie : lingerie féminine.
    Signe particulier : Paul West serait le fruit d'un croisement génétique entre Hugh Grant et David Beckham.

    Jeune Britannique fraîchement débarqué à Paris, créateur, en Angleterre, de la fameuse enseigne "Voulez-Vous Café Avec Moi", Paul a bien du mal à s'adapter au pays des suppositoires, des grèves improvisées et des déjections canines.
    Et il n'est pas au bout de ses surprises...


    J'avais commencé God Save la France l'an dernier. À peine quelques pages passées, j'ai dû m'arrêter. Je n'arrivais pas à le lire. C'est un livre avec de l'humour anglais. Quoi de mieux que de le lire dans sa version originale? C'est ainsi que je me suis retrouvée à lire A Year in the Merde, pour lequel je n'ai pas eu de blocage aux premières pages.

    We left the building at 12.30 with "bon appétit" ringing in our ears. The people who saw us called it out like you would say "Happy Christmas". Every lunchtime, it seemed, was a celebration. And why not?

    Je m'attendais à un livre très drôle, qui arriverait à me faire rire. Ce ne fut pas le cas. Il s'agit bien d'un livre humoristique, à n'en pas douter. De là à me faire rire, non. Sourire à la limite, bien que je n'en ai pas le souvenir.

    A worker is going a bit slow, you fire him. Here it is not the same. They call the inspecteur du travail, the work inspector, they complain, and you pay damages or the union makes a strike and it is the merde générale.

    J'ai globalement beaucoup aimé ce qu'on peut trouver dans ce livre. En tant qu'Anglais dans un pays étranger, bien des choses vont sembler étranges à Paul, des choses qui pour nous sont pourtant évidentes. Je me suis retrouvée dans bien des réflexions qu'il mène et ai trouvé de nombreuses parts de vérité. Le mieux est encore qu'il le dise simplement. Il ne le dit pas pour dégrader la France, la discréditer ou se moquer méchamment d'elle. Il constate juste et essaie de comprendre pourquoi ça fonctionne ainsi alors qu'on pourrait faire autrement. Il pointe du doigt ce qui ne va pas et je me retrouve dans ses pensées.

    "Red lights are like queues," he said scornfully. "They are for people who have time to waste."

    Parfois caricatural, parfois un peu cliché, amusant malgré tout. Paul West vivra intensément son année en France. Notamment du côté sexuel. J'ai eu l'impression qu'il avait une femme dans son lit tout le temps ou presque. Cela menait parfois à des moments humoristiques, d'autres non.

    "Why do French people call us English-speakers Anglo-Saxons? The Anglo-Saxons were a tribe of hairy blonds with horns on their helmets who invaded the British Isles in the Dark Ages. Do I have a helmet with horns on?"

    On peut aussi être interloqué par ce qui arrive à notre anglais. Il semble avoir beaucoup de chance au début, jusqu'à ce qu'elle tourne. Il réalise surtout ce dont est constituée la vie d'un français au travail : de pas grand-chose. La devise de sa "team" est plutôt de l'ordre du "moins j'en fais, mieux je me porte". On va plonger tête la première dans l'hypocrisie des personnages français tout autant que dans une sorte de mal être qui va être brièvement évoquée : Paul ne se sent pas français, et lorsqu'il est en Angleterre, il ne se sent pas anglais...

    On April the first, you understand why the French admire the British sense of humour : we have one.

    After all, everything else in France is centralized - why not April Fool's jokes?

    Globalement, le livre est très bien si on a un peu d'autodérision et d'ouverture d'esprit. J'ignore cependant pourquoi, j'ai eu du mal à lire ce livre. L'anglais n'était pas des plus simples (pas des plus compliqués non plus, mais il ne se contente pas d'un langage courant), et je n'ai pas réussi à créer de lien avec le livre alors que l'histoire était bien.

    Liberté, égalité, get out of my way

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :