• Les Ailes noires

     

     

    Avis

    Les Ailes noires


    Jacques Béal

    2011 - Presses de la cité

     

     

     

     

    Les Ailes noires

     

     

    Le roman vrai d'une pionnière, d'une libératrice de la condition des Noirs et des femmes du XXe siècle : Bessie Coleman, première aviatrice afro-américaine, formée au Crotoy par la prestigieuse école Caudron.
    Hiver 1920. Une belle jeune femme noire arrive en gare de Noyelles-sur-Mer, en baie de Somme. Elle a traversé seule l'Atlantique, fuyant son Amérique natale où règne un climat de haine pour les siens. Avec, chevillé au corps, le rêve de " donner un peu de couleur au ciel ". Faisant fi de sa condition de femme, de noire, d'étrangère, Bessie s'initie au pilotage dans la prestigieuse école d'aviation Caudron. Un don évident, une détermination sans faille, un besoin vital de liberté lui vaudront de réussir sa folle entreprise et de transmettre à la postérité son nom avec ceux d'Adrienne Bolland et de René Fonck.
    Le destin hors du commun d'une Afro-Américaine découvrant un pays, la France, une région, la baie de Somme, et des hommes, qui l'acceptent sans préjugés.

    Cette lecture détonne de mes lectures habituelles et me sort totalement de ma zone de confort. Il ne m'aurait pas été prêté que je ne l'aurais probablement jamais ouvert.

    Le livre retrace le passage de Bessie Coleman en France, le temps qu'elle passe son brevet de pilotage. Elle ne restera qu'un peu plus d'un an en France. Un passage remarqué dans le petit bout de pays où elle séjournera.

    D'un point de vue historique, ce récit est très intéressant. Qu'on soit féru d'aviation ou qu'on ait envie d'en connaître davantage sur l'histoire de notre région, ce livre est bien. En dehors de ces zones, je n'aurais pas tendance à le recommander.

    Bessie se laissa dévisager. Il faut laisser passer cet instant de curiosité d'autant que celle-ci n'est pas hostile. Elle est plutôt d'ordre esthétique.

    Je ne suis pas du coin du Crotoy. Les lieux décrits, sûrement avec précision, ne me faisaient pas écho. En tant que tel, cela n'est pas grave. Surtout que j'ai pris grand plaisir à découvrir la vie quotidienne des habitants.

    Ce qui ne me fera pas garder en mémoire ce livre et ce qui ne me l’a pas rendu plus sympathique que ça est l'écriture. Bien qu'elle ne soit pas associable à du langage parlé, elle est neutre, sans saveur. L'auteur, en voulant retracer objectivement le passage de l'afro-américaine en France, a trop bien fait son travail en un sens. Il m'a rendu spectatrice de son séjour. Une spectatrice très éloignée de tout ce qui est relaté. Là fut mon problème.

    Vous serez donc l'unique fille dans ce paradis masculin.

    Le récit est vide d'émotions. En tant que lectrice, ce fut le calme plat, de ceux qui rendent un récit quelconque. Même la cause de Bessie Coleman, sujet qui me touche presque systématiquement lorsqu'il est abordé, a simplement coulé sur moi sans m'atteindre. J'étais trop éloignée des personnages pour m'assimiler de quelque façon que ce soit à eux.

    Hors ce point, cette lecture est riche. Elle m'a fait réaliser à quel point la France et l'Amérique, au même moment, étaient extrêmement différent dans leurs rapports avec les gens de couleur. Pour autant, toute personne n'accepte pas facilement la différence et Bessie y fera face la tête haute, réussissant à être piquante dans ses propos sans jamais être agressives.

    Elles avaient su imposer leur indépendance, non pas celle que daignaient leur octroyer les hommes, fussent-ils maris ou amants, mais celle qu'elles s'étaient choisie.

    Un livre complet sur le sujet qu'il s'est décidé à retracer, en profitant pour partager la vie et les paysages du Crotoy, quoique de façon trop lointaine, m'empêchant de me plonger dans le récit.

     


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :