• [Livre] Le passeur du temps [VO]

    [Livre] The Time Keeper

    Titre : Le passeur du temps
    Titre VO : The Time Keeper
    Auteur : Mitch Albom

    Genre : Fantasy, Réflexion

    Année : 2012
    Editeur : Sphere (UK)
    Prix : 12,99£

    Pour avoir voulu mesurer le temps, Dor se retrouve emprisonné par Dieu dans une grotte. Il est libéré des siècles plus tard, se retrouvant soudainement dans notre monde. Il possède un sablier, offert par Dieu, qui lui permet de ralentir considérablement le temps au point qu'il semble arrêté.
    Dans ce monde, il doit trouver deux personnes, Victor et Sarah. L'un veut prolonger sa vie par tous les moyens, l'autre la raccourcir. Dor devra leur apprendre la leçon qu'il a mis des siècles à comprendre dans sa grotte.

     

    Du même auteur : Les cinq personnes que j'ai rencontrées là-haut

     

    - Un Petit Mot -
     
     « This is a story about the meaning of time »

    J'aurais pu apprécier beaucoup plus la lecture de ce livre si elle n'avait pas autant été hachée, que ce soit de ma faute propre ou par les évènements m'entourant. C'est vraiment dommage. Je le regrette. J'ai eu la chance d'être transportée ailleurs, d'être à plusieurs reprises dans un état de flottement, hors du temps, pensant à ce qui était dit à propos de celui-ci. J'ai pleuré sur la fin, inévitablement. Ce livre ne fait pas parti de ceux qu'on referme simplement. Il m'a apporté une réflexion sur le temps et m'a appris quelque chose que j'ai la chance de savoir, et pas uniquement savoir : Ne pas oublier ceux qui nous entourent, qui sont proche de nous si bien qu'on n'y fait même plus attention.

    La mise en page ne m'a pas déboussolée. Je l'ai constaté, car c'est inévitable quand on ouvre un livre, et c'est tout. Les chapitres sont courts, de 1 à 4 pages en moyenne. Plusieurs phrases sont en gras, souvent au début d'une page, parfois aussi au milieu. Ça peut être une phrase entière comme le début d'une qui serait un peu longue. Le texte ne s'en retrouve pas pour autant "coupé" constamment. La lecture est très fluide. De même que l'alternance entre les différents personnages est un effet particulier. L'auteur ne nous offre qu'une scène, une scène d'un personnage et passe au suivant. C'est relativement court. Parfois il s'arrête même en pleine action alors qu'on voudrait juste savoir la suite. Lorsque Sarah est sur le point de lire le texto qu'Ethan lui a envoyé, ça m'a un peu dérangé. Elle reçoit le texto et on change de personnage. Ce qu'il contient n'est divulgué que lorsqu'on revient à elle.

    « Try to imagine a life without timekeeping.
    You probably can't. You know the month, the year, the day of the week. There is a clock on your wall or the dashboard of your car. You have a schedule, a calendar, a time for dinner or a movie.
    Yet all around you, timekeeping is ignored. Birds are not late. A dog does not check its watch. Deer do not fret over passing birthdays.
    Man alone measures time.
    Man alone chimes the hour.
    And, because of this, man alone suffers a paralyzing fear that no other creature endures.
    A fear of time running out. »

    J'ai été parfois embêtée par ces choses. Ma lecture entrecoupée ne m'a pas beaucoup aidé avec cela. Quand j'étais simplement dedans, en revanche, tout allait bien. Je passais d'un personnage à l'autre. Il y en a trois en tout, trois principaux : Dor, Sarah et Victor. On en apprend un peu sur chacun, chacun leur tour. Dans mon esprit les informations s'accumulaient, rangées dans une boîte différente avec un nom sur chacun. On ne se perd pas. À aucun moment je ne me suis mélangée entre les trois. Il ne m'est pas arrivé de devoir arrêter pour s'avoir où j'en étais ou de ne pas comprendre un passage à cause de cet effet. Je n'y suis pourtant pas habituée mais l'histoire s'écoula le plus naturellement du monde. Peut-être plus vite même, vu que chaque chapitre est court.

    Si on s'en tient strictement au résumé sur le livre, l'histoire est "longue" à démarrer. Le résumé nous amène directement au moment où Dor est libéré de sa grotte. En tant que tel, dans le livre, cela n'arrive pas avant la moitié. Sa rencontre avec Sarah et Victor arrive plus tard aussi. Tout ce qui a été mis avant n'était cependant pas inutile. C'était l'histoire de Dor, principalement. La découverte de Sarah et de son histoire avec Ethan, son premier amour. Puis celle de Victor, homme d'affaire, qui doit faire face à son cancer. Les pièces s'ajoutent peu à peu.

    « He could not beat death.
    But he might outlast it. »

    « Sometimes, when you are not getting the love you want, giving makes you think you will »

    Ce livre fait du bien. Du bien à l'esprit, surtout dans notre temps où nous courrons tous après le temps justement. Une montre, une pendule, une horloge... Partout le temps est présent, tout le temps. On a pas le temps de faire ceci, cela. On doit se presser pour avoir le temps de faire tout ce qu'on voudrait. On manque de temps, ou voudrait l'arrêter pour profiter d'un instant ou l'avancer pour être plus rapidement à autre chose. Nous en avons tous conscience, nous le savons. Il n'empêche que cela reste rare ces moments où la montre reste dans un tiroir et n'en sort pas. Généralement ça n'arrive qu'en vacances. Ces instants où on perd même la notion des jours. Le temps est altéré, on a un rapport différent avec celui-ci. J'ai eu la chance à certains moments de ma vie de ne pas avoir à faire attention au temps. Qu'importe quand je me couchais, me levais, mangeais. Qu'importe à quelle heure je sortais, qu'importe combien de temps je restais à marcher dans les rues, à regarder une vitrine ou à attendre que ce soit mon tour. Le temps n'avait plus d'effet. Ces moments vécus sont marquants et offrent un sentiment plus qu'agréable.

    Malheureusement, dans notre monde, on ne peut pas se le permettre facilement. Des horaires de travail, pour les transports en commun, pour l'école, pour les enfants, pour les magasins, pour faire ses courses... Lire The Time Keeper, c'est prendre le temps de se poser, de repenser à tout ça, de réaliser une énième fois la façon dont le temps nous affecte.

    « Consider the word "time".
    We use so "many" phrases with it. Pass time. Waste time. Kill time. Lose time.
    In good time. About time. Take your time. Save time.
    A long time. Right on time. Out of time. Mind the time. Be on time. Spare time. Keep time. Stall for time.
    There are as many expressions with "time" as there are minutes in a day.
    But once, there was no word for it at all. Because no one was counting. »

    Mais ce livre traite aussi de la mort, de cette fin. Une voulue par Sarah, une qu'on souhaite éviter, surpasser, pour Victor. Ne plus penser à compter ses jours avant le jour fatidique, qu'il ne reste que quelques années ou des dizaines devant nous. Parce qu'en fin de compte, on n’en sait trop rien. Il ne s'agit plus de planifier sa vie en fonction de celle-ci mais de simplement suivre ses envies. La mort arrivera, qu'importe quand. Faire ce qu'on aimerait faire, et non ce qu'on doit faire. Penser à ceux qui nous entourent et prendre conscience de leur valeur.

    Toutes ces choses, nous les savons. Nous en avons conscience. Je pense, et ce fut mon cas, que ça ne fait pas de mal d'avoir une sorte de "piqûre" de rappel. Ce livre en est une. Une agréable.

    « He explained how once we began to chime the hour, we lost the ability to be satisfied. »

    Petit détail amusant : Un soir, peut être le deuxième après avoir commencé ma lecture, je n'ai pas pu aller dormir car le "tic tac" de l'horloge dans ma chambre semblait résonner contre les murs de plus en plus fort. L'horloge était là depuis un ou deux mois sans que ça ne m'aie dérangé plus que ça. Avec ce livre, j'ai dû l'éteindre  (Je ne l'ai pas rallumée depuis)


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 11 Décembre 2012 à 21:54

    Un petit passage rapide avant de retourner réviser XD

    Alors après avoir lu ce résumé et surtout ton avis j'avoue que ce livre me taraude (enfin il me fait envie, il va falloir que je me passe de cette manie d'utiliser des grands mots juste parce que c'est amusant XD). Bref, par le plus grand des hasard tu ne saurais pas si ce livre existe en français ? (pas que je ne le lirai pas en anglais mais comme j'en ai déjà un et que c'est loin d'être si simple, je préférerai quelque chose de plus "reposant") ^^

    En tout cas, jolie fiche, merci ~

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mardi 11 Décembre 2012 à 22:00

    Merci pour la fiche et de rien =D

    Malheureusement le livre date de tout juste cette année pour ce qui est de la version anglaise ! Je viens quand même de revérifier sur la BNF par sécurité, mais non, pas encore de traduction française^^ Peut être dans un an ou deux (ou plus ^^)

    3
    Mardi 11 Décembre 2012 à 23:17

    Il faut dire que tes fiches font toujours un peu envie même pour moi qui ne suis pas trop roman (pourtant une fois dedans ça va mais j'aime beaucoup les illustrations que l'ont trouve dans les manga XD)

    Sinon effectivement, un peu tôt pour avoir une adaptation mais merci d'avoir vérifier, si mon niveau d'anglais à l'issu du premier roman que je dois lire augmente, je tenterai si il n'y a toujours pas de version française. En tout cas merci d'avoir vérifié ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :