•  

     

    Raymond E. Feist

    2007 - J'ai Lu
    2 vol. (terminé)

    Voir aussi :

    L'entre-deux guerres T1

     

     

     

     

    Le boucanier du roi

     

     

    A 17 ans, Nicholas est considéré par son père, le prince Arutha, comme un garçon manquant singulièrement d'expérience. Afin de l'aguerrir et de le préparer à ses futures responsabilités, Arutha envoie son fils chez son oncle, le duc Martin, auquel il devra servir d'écuyer pour un temps. Ce qui s'avère un travail fastidieux et rébarbatif va pourtant rapidement devenir pour le jeune homme une aventure aux proportions épiques : la ville ducale est attaquée par de mystérieux esclavagistes et Nicholas prend la responsabilité de partir à leur poursuite. Mais il s'apercevra vite que de ses actions dépendront non seulement la vie des jeunes gens enlevés, mais aussi et surtout le futur de tout le monde de Midkemia.

    Je me sens embrumée à la sortie de cette lecture. Les effluves de l'aventure m'entourent encore. On pourra dire que je me suis évadée !

    - Parfois, ce qui compte, ce n'est pas ce que tu es, mais comment les gens te traitent.

    Mon amour pour Feist est constant. Le boucanier du roi est une lecture de plus qui me conforte dans l'idée que ma valeur sûre est cet auteur. Un petit coup de mou? Envie d'une bonne fantasy? Je n'ai qu'à prendre un livre de Feist.

    J'aime Midkemia et pouvoir y retourner dans presque chacun de ses livres. Je ne m'en lasse pas. Heureuse suis-je de savoir qu'il me reste encore bien des tomes dans cet univers fantastique.

    - Je choisis de ne pas m'émouvoir à propos de choses sur lesquelles je n'ai aucun contrôle.

    La narration est efficace et les complots toujours présents. On ne peut pas lire un livre de l'auteur sans s'attendre à ce que des complots politiques surgissent. Faites vous une raison. De toute façon, c'est ce qui rend l'intrigue aussi intéressante. Je vais de l'avant en ne cessant d'ajouter des pièces à un puzzle aux contours flous. C'est trépidant !

    Pour réussir, il faut être prêt à risquer l'échec.

    Les batailles sont aussi nombreuses et inévitables. Le cadet du prince Arutha va en découvrir l'amère réalité. Impossible de ne pas y faire face dans un tel monde.

    Les deux histoires indépendantes de L'entre-deux guerres ont un personnage principal similaire : un jeune prince du royaume se retrouve au milieu d'une sale affaire et va s'en retrouvé grandi. C'est classique et bien écrit. Pourquoi se priver?

    - Qui d'autre pourrait-il blâmer? Je suis le seul survivant.

    Nicholas, affectueusement nommé Nicky, n'a pas le même caractère que ses frères. Cette différence influe sur toutes les décisions et le cours de l'histoire, la faisant prendre une autre direction.

    J'ai découvert une nouvelle terre avec ce roman, de nouveaux paysages et surtout des cultures différentes. Ca me fascine ! Tout autant que tous les pétrins auxquels une solution doit être trouvée.

    - L'affronter, c'est facile. C'est survivre qui le sera moins.

    Je ne lis pas seulement un roman quand j'ouvre un livre de cet auteur. Je voyage réellement. Tout est si précis que je me percevais tel un esprit flottant accompagnant les personnages. Lire un tel roman est pour moi comme voir un film de fantasy en ayant la certitude qu'il va me plaire. Il me suffit de m'installer confortablement et d'appuyer sur "Play".


    votre commentaire
  • L'escargot que je suis est de retour ! Le nom de la rose est un sacré livre à avaler. Je me suis surestimée... Donc je me motive deux fois plus pour en venir à bout.

     

    Lecture 2018 #6

     

    Le nom de la rose  ▌ Umberto Eco  ▌ 2012 - France Loisirs

    Rien ne va plus dans la chrétienté. Rebelles à toute autorité, des bandes d'hérétiques sillonnent les royaumes et servent à leur insu le jeu impitoyable des pouvoirs. En arrivant dans le havre de sérénité et de neutralité qu'est l'abbaye située entre Provence et Ligurie, en l'an de grâce et de disgrâce 1327, l'ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville, accompagné de son secrétaire, se voit prié par l'abbé de découvrir qui a poussé un des moines à se fracasser les os au pied des vénérables murailles. Crimes, stupre, vice, hérésie, tout va alors advenir en l'espace de sept jours.


    votre commentaire
  •  

     

    Millénium T2 : La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette

    Stieg Larsson

    2008 - France Loisirs
    5 vol. (en cours)

     

     

     

     

    Millénium T2 : La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette

     

     

    Tandis que Lisbeth Salander coule des journées supposées tranquilles aux Caraïbes, Mikael Blomkvist, réhabilité, victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millénium sur un thème brûlant pour des gens haut placés : une sombre histoire de prostituées exportées des pays de l'Est.
    Mikael aimerait surtout revoir Lisbeth. Il la retrouve sur son chemin, mais pas vraiment comme prévu : un soir, dans une rue de Stockholm, il la voit échapper de peu à une agression manifestement très planifiée. Enquêter sur des sujets qui fâchent mafieux et politiciens n'est pas ce qu'on souhaite à de jeunes journalistes amoureux de la vie. Deux meurtres se succèdent, les victimes enquêtaient pour Millénium. Pire que tout, la police et les médias vont bientôt traquer Lisbeth, coupable toute désignée et qu'on a vite fait de qualifier de tueuse en série au passé psychologique lourdement chargé...

    Je viens de terminer Millénium tome 2 et suis totalement perplexe : Il ne manquerait pas un chapitre? Parce que conclure l'enquête, d'accord, ça on y est. Mais vous avez vu dans quel état ils ont laissés les personnages? Là, comme ça, et point final. C'est terrible comme finalité. J'espère que le tome 3 va rattraper ça !

    Selon Lisbeth Salander, il existait peu de situations de menace auxquelles l'usage d'un bon vieux marteau ne mettrait pas un terme.

    Rembobinons un peu la machine pour parler du livre depuis le début. Ce tome se fait dans la continuité du premier. Le style fonctionne et est conservé. Sauf que là, on va se concentrer sur Lisbeth, l'être humain le moins normal qui soit. Tout le récit va se focaliser sur elle, même si elle est une accro de l'anonymat. Aux oubliettes ! Tant pis pour elle, tant mieux pour moi.

    Je dois dire qu'elle est sans doute le personnage humain le plus atypique que j'ai rencontré. Elle est d'une étrangeté déconcertante. Pourtant elle a une morale d'acier et ne se laisse absolument pas faire, quitte à recourir tout de suite à l'extrême. Découvrant son histoire, j'ai pitié d'elle. Pas pour ce qu'elle est devenue, car elle sait s'occuper d'elle, mais pour tout le passé (plus ou moins vieux) qui va resurgir.

    - J'apprécierais que tu cesses de tabasser le personnel.

    Bien évidemment, elle ne restera pas spectatrice. Ce n'est pas dans ses gènes. Elle va avancer sur son chemin tout autant que les autres personnages.

    Ce qui m'a le plus marqué dans l'histoire est l'image donnée de la police. A y repenser, déjà dans le tome 1, ce n'est pas elle qui résout l'enigme. Dans ce tome, c'est pire encore puisqu'elle ne croit absolument pas les bonnes choses. A sa décharge, la police n'est aidé en rien par les matériaux qu'elle trouve.

    Il n'y a pas d'innocents. Seulement différentes degrés de responsabilité.

    Tout ça pour dire que j'aurais le même comportement que Lisbeth dans sa situation. A quoi sert de discuter avec des gens qui ne veulent pas discuter ou qui ont déjà décidé de leur propre vérité? Économisons nos efforts.

    L'enquête lancée, les révélations vont bon train. J'aime toujours autant voir le monticule de fils enchevêtrés qu'est l'enquête se délier petit à petit, chaque chose en impliquant une autre. La plus grosse surprise fut l'énigme de Zala. Je ne m'y attendais absolument pas.

    Lisbeth Salander était la femme qui haïssait les hommes qui n'aimaient pas les femmes.

    Puis j'arrive à la fin de ma lecture où advint ce que je vous ai dit plus haut. Il manque un truc à la lectrice que je suis. Pour autant, le livre est bien, l'enquête palpitante bien que dans la même veine que le premier.


    votre commentaire
  •  

     

    Millénium T1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes

    Stieg Larsson

    2008 - France Loisirs
    5 vol. (terminé)

     

     

     

     

    Millénium, tome 1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes

     

     

    Ancien rédacteur de Millénium, revue d'investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d'une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu'un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée, placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu'il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu'au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier.
    Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers. lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l'écorchée vive vont résoudre l'affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu'il faudrait peut-être taire.

    Avec Millénium, j'ouvre timidement la porte donnant sur le genre policier. Ce livre est un véritable "page-turner". Il m'a agrippée rapidement et ne m'a pas lâchée. Il était maître de moi.

    - Il se trouve que c'est un problème fascinant. Je veux dire, c'est un mystère de la chambre close à l'échelle d'une île.

    L'intérêt s'éveille quand Mikael va se pencher sur le cas Hariette. J'étais fascinée car je gardais à l'idée qu'on ne savait rien. Hariette était là, puis elle ne l'était plus. Était-ce un kidnapping? Une fugue? Un meurtre? Un accident? Le mystère de cette affaire m'a attiré aussi violemment que les personnages.

    La tension fut particulièrement haute lors des passages difficiles. Ce livre est violent a bien des égards. Des scènes de meurtre ou de viols sont décrits de façon suffisamment explicite pour moi. Je suis une chochotte confirmée qui un soir fut dérangée pour s'endormir.

    - Il y a toujours des gens qui sont prêts à croire les mauvaises langues.

    Mon côté chevaleresque et justicier fait de nombreux soubresauts avec cette histoire. Tout est dans le titre : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes. Je veux bien mettre les points sur les I avec ces fumiers-là.

    Lorsque je posais finalement le livre, mon esprit était encore dedans. Je faisais sans cesse des hypothèses à la lumière des dernières informations. Ce qui ne m'a pas empêché d'être à des années lumières de la vérité.

    Si vous vous retrouvez coincés, prenez l'initiative. C'est mieux que d'attendre.

    Ce premier volume m'a fait passer d'excellentes heures. Je pourrais m'arrêter ici puisque l'affaire Hariette est résolue. Il serait pourtant dommage de se priver de la suite, surtout quand on la possède déjà.

     


    votre commentaire
  • Ma boulimie livresque continue avec Paradis sur mesure. Il m'a appelé. Bien que ce soit des nouvelles, je l'ai attrapé sans air horrifié. Et puis ce livre avec une couverture dure, il est beau, non?

     

     

    Paradis sur mesure  ▌ Bernard Werber  ▌ 2009 - France Loisirs

    Imaginez un monde uniquement peuplé de femmes, où les hommes ne sont plus qu’une légende…
    Imaginez un monde où il est interdit de se souvenir du passé, où les gens n’ont qu’un seul intérêt : le cinéma…
    Imaginez un humoriste qui partirait à la recherche du lieu où naissent les blagues anonymes…
    17 histoires sous forme de contes, légendes ou fables.
    17 histoires fantastiques pour frémir, rêver ou sourire..


    votre commentaire