• Le Mec de la tombe d'à côtéBref #21

     Katarina Mazetti  ▌2011 - France Loisirs  ▌2 vol. (terminé)

    Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari, qui a eu le mauvais goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire et citadine, elle vit dans un appartement tout blanc, très tendance, rempli de livres. Au cimetière, elle croise souvent le mec de la tombe d'à côté, dont l'apparence l'agace autant que le tape-à-l'œil de la stèle qu'il fleurit assidûment. Depuis le décès de sa mère, Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. Il s'en sort comme il peut, avec son bon sens paysan et une sacrée dose d'autodérision. Chaque fois qu'il la rencontre, il est exaspéré par sa voisine de cimetière, son bonnet de feutre et son petit carnet de poésie. Un jour pourtant, un sourire éclate simultanément sur leurs lèvres et ils en restent tous deux éblouis... C'est le début d'une passion dévorante.

     

    Incompréhension totale face à cette histoire. Je ne comprends absolument pas l'engouement qu'a reçu ce titre. Je n'ai pas accroché du tout, de A à Z. Il n'y a à mes yeux aucune romance. Je n'appellerai pas ça de l'amour, juste une passion sexuelle.

    Si je me place face au couple, aucun des deux ne fait vraiment d'effort. Ils fuient la discordent, laissant les problèmes irrésolus. Comment voulez vous qu'ils aillent de l'avant en faisant l'autruche?

    Le bon côté, c'est qu'il s'agit d'une lecture éclair. À peine commencée, déjà terminée.

     

     

    L'envoyé extraordinaireBref #21

     William Golding  ▌2006 - Folio

    Quand un empereur romain décadent et un inventeur de génie se rencontrent, qu'est-ce qu'ils se racontent ? Des histoires de canons, de machines de guerre, de bateaux à vapeur ? Non, la seule chose qui intéresse l'Empereur, c'est l'invention de la cocotte-minue pour pouvoir enfin manger de la viande cuite comme il l'aime...

     

    Oh ! Un Folio 2€ !
    Oh ! Une déception !

    Il m'a fallu un moment au début pour me situer au niveau spatio-temporel. Je n'ai pas su d'entrée de jeu où j'étais. Un peu comme s'il fallait que je mette mes lunettes.

    Lors de ma lecture, j'ai trouvé plusieurs fois difficile de savoir qui parle. Et rien de plus terrible dans un dialogue que de ne pas savoir qui dit quoi. Ca peut changer beaucoup de choses ! Ajoutons à cela des propos "philosophiques" qui m'ont échappés à plus d'une reprise et je n'étais pas pressée de revoir des personnages parler.

    Si on s'en tient à la quatrième de couverture et à l'histoire générale, c'est intéressant. Par contre, c'est raconté de façon à ce que je n'accroche pas. Ce qui est réussi.

     

     

    L'homme qui vivait sous terreBref #21

    Richard Wright  ▌2007 - Folio

    Recherché pour meurtre et poursuivi par la police, un Noir américain s'est glissé dans un trou d'égout. Réfugié sous la ville, il découvre un monde étrange, humide et mystérieux, un monde aux règles différentes de celui «sur terre», celui des Blancs.

     

    Qui vais-je surprendre en déclarant une nouvelle fois que cette lecture m'a déplu? Personne? Bien.

    Cette nouvelle ne m'a pas convaincu du tout. L'écriture me dérangeait parfois. L'auteur peut faire des phrases à rallonge avec d'innombrables "et". Ce n'est pas ma tasse de thé.

    Quant à l'histoire, le personnage principal n'a pas de nom et c'est tant mieux. Je ne l'ai pas aimé. Son isolement le rend certes un peu "fou" mais l'empathie le quittera. Il est accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis et finit par regarder un innocent se faire punir pour ce que lui a fait. Non, vraiment, passez votre chemin.

     


    votre commentaire
  • Gavin DeGraw - Annalee




     


    votre commentaire
  • Je découvre une nouvelle oeuvre de Jane Austen, et c'est un bonbon !

     

     

    Lecture #55

     

    Northanger Abbey  ▌ Jane Austen  ▌ 2017 - Archipoche

    Une jeune provinciale de bonne famille est envoyée à Bath, prendre les eaux, pour faire son apprentissage du monde et des intermittences du coeur. L'héroïne se retrouve égarée au milieu de conjonctures qui la rabaissent aux yeux du lecteur. En toute occasion, elle se comporte en référence à son livre de chevet, 'Les mystères d'Udolphe' de Mrs Radcliffe.


    votre commentaire
  • Initié par Lupiot du site Allez vous faire lire, C'est le 1er, je balance tout ! est un rendez-vous mensuel décidé à remettre un peu plus la notion de partage au goût du jour.

    Le rendez-vous se décompose en 4 points :

    1. Le Top & Flop de ce que j'ai lu le mois-dernier.
    2. Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier.
    3. Au moins 1 lien que vous avez adoré le mois dernier (hors chronique littéraire).
    4. Et enfin : ce que vous avez fait de mieux le mois dernier.

     

    C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017)

     


    1- Top & Flop

     

    Un tout petit mois avec tout juste un roman terminé à peine deux jours avant la fin du mois. Fiou ! Un peu plus et je n'avais rien à mettre dans cette partie.

      

    C'est le 1er, je balance tout ! (Juillet 2017)

    Pas de réel Top & Flop pour septembre. J'ai apprécié ma lecture du deuxième tome de Millénium sans pour autant aller jusqu'à dire que c'est un "top".

     

    Top : /

    /

    /

     

    Flop : /

    /

    /

     

     

    2- Chroniques venues d'ailleurs

     

    Dans le peu de chroniques que j'ai lu, aucune ne m'a vraiment interpellé au point de la mettre ici. Tant pis, ce sera pour une autre fois.

     

     


    3- Ailleurs sur le web

     

    J'ai bien aimé l'article de Victoria sur Un point c'est tout parlant des idées reçues sur le métier de bibliothécaire. Malheureusement, ces idées sont persistantes et ce n'est pas demain la veille qu'on cessera de les entendre. La pire à mes yeux, ne figurant pas dans la liste, est la question du diplôme. Combien de fois j'ai pu entendre des choses du style "On a besoin d'étudier pour être bibliothécaire?" ou encore "Que peut-on bien étudier?". 

    C'est le 1er, je balance tout ! (Oct 2017)

     

     

     

    Juste pour le plaisir, parce que j'en pense tout autant que l'auteur, voici l'article sur le film Pénéloppe de Virginie. Je lai vu plusieurs fois. Je ne serais pas étonnée de l'avoir garder en tant que "film doudou" pour reprendre les termes de Virginie. Tu sais, les jours où il te faut ta dose de guimauve et de belle romance en étant sûr de tomber sur un truc qui va te plaire? Autant passer une heure et demi en compagnie d'une valeur sûre ! Pénéloppe en est une. Et en plus d'être agréable pour le coeur, il est bon pour l'esprit par sa morale. Quoi de mieux?

    C'est le 1er, je balance tout ! (Oct 2017)
    J'ai découvert et craqué pour James McAvoy avec ce film

     

     

     

    4- Joies et fiertés

     

    Je continue dans la même voie que les mois précédents : je rempile côté boulot ! Cette fois pour plus d'un mois, donc la prochaine fois je changerai de disque :P

    Cette bonne nouvelle va me permettre de finir l'année sereinement et aussi d'entrevoir un très beau Noël ! J'ai hâte !

    Sinon, j'ai aussi eu le bonheur de trouver un arbre à chat en très bon état, avec des griffoirs comme neufs, le tout devant une maison. Ce qui encombre les uns peut faire le bonheur des autres ! A l'heure où j'écris ces lignes, je l'ai nettoyé et j'attends qu'il sèche avant de le donner à ma minette.

    C'est le 1er, je balance tout ! (Oct 2017)

    Septembre fut fructueux niveau joies. Avec les températures plus basses et un soleil rare, j'ai dit au revoir aux salades et m'apprête à accueillir les soupes. La seule chose qui me restait encore à déterminer est : Comment emporter et faire chauffer ma soupe au boulot? La marque Sistema a répondu à ma question avec cette magnifique boite plastique façon gros mug avec couvercle. J'ai tellement envie de l'essayer !

    C'est le 1er, je balance tout ! (Oct 2017)

    Petite anecdote : j'ai passé une journée à Disney avec Chéri. Un très bon moment malgré le monde. Je me suis beaucoup amusée même si je trouve le parc très enfant. 

    C'est le 1er, je balance tout ! (Oct 2017)


    votre commentaire
  •  

     

    Frankenstein [VO]

    Mary Shelley

    2003 - Pinguin Classics

     

     

     

     

    Frankenstein

     

     

    Victor Frankenstein est un scientifique obsédé par le rêve de créer un être humain et de lui donner vie. Quand il parvient à son but, il est tellement horrifié par l’aspect de sa création qu’il la rejette aussitôt, l’abandonnant à elle-même, sans se douter des conséquences tragiques de son geste. Frankenstein réussira-t-il à détruire le monstre avant que celui-ci mette à exécution sa terrible vengeance?

    Il serait facile d'écrire énormément sur Frankenstein tant ce livre soulève de réflexions. Mon défi est de réussir à rester assez brève en tâchant d'évoquer tout ce que je voulais.

    J'ai opté pour l'édition de Penguin Classics, la seule à ma disposition en VO dans les rayons. J'ai néanmoins la chance d'avoir pu lire l'introduction de Mary Shelley expliquant comment est née son histoire, ce qui permet aussi de mieux la cerner.

    "What was I? The question again recurred, to be answered only with groans." 1

    Côté structure du récit, ce n'est pas si compliqué que ça en à l'air : Un récit, dans lequel un personnage raconte son histoire, dans laquelle un autre personnage relate sa vie. Ca va, tu arrives à suivre? Dans les faits, pas de ping pong incessant de l'un à l'autre. Trois niveaux certes, mais dès qu'on en quitte un, on n'y retourne plus.

    Faisons écho à toute personne ayant lu Frankenstein : Ce n'est pas le nom du monstre. Dr Victor Frankenstein est le créateur. Son monstre, lui, n'a pas le droit à un patronyme. Il demeure sans nom, se faisant tour à tour appeler "lui", "monstre" ou "être hideux".

    "My person was hideous and my stature gigantic." 2

    Parlons-en de ce monstre d'ailleurs. Lorsqu'arrive son récit, ma fibre empathique s'est emballée. J'ai éprouvé tant de pitié pour lui et la vie qu'il a mené. Pourtant, je ne peux pas dire que j'aurais été forcément mieux que les humains qu'il rencontra.

    Ce sujet sera toujours d'actualité. Sans cesse nous serons confronté dans la vie à des gens ou des choses différentes, qui sortent de notre cadre ordinaire. Quelle sera notre réaction ce jour-là?

    To examine the causes of life, we must first have recourse to death.3

    Le scientifique, ce cher Dr. Frankenstein, est avide de connaissances. Une soif de savoir qui se rapproche de la folie et l'enferme dans la solitude. Il va vouloir créer la vie. Il joue à Dieu. Les conséquences sont terribles.

    Une fois l'histoire de chacun mise à plat, il est bon de se demander : qui est le plus humain des deux? Le créateur ou sa création?

    "Shall I respect man when he contemns me?" 4

    Bien que la lecture ne m'ait pas emballée d'emblée (il aura fallu attendre que Frankenstein se mette en tête de créer la vie pour que ça m'intéresse vraiment), mes souvenirs et mon ressenti des semaines plus tard sont forts. Sur le moment j'ai simplement aimé ma lecture. Après coup, je l'adore véritablement.

    C'est le genre de classique qu'il serait bon de lire à l'école.

     

     


    1 : "Qu'étais-je? La question réapparut de nouveau, pour ne recevoir que des grognements en guise de réponse."

    2 : "Ma personne était hideuse et ma carrure gigantesque."

    3 : Pour étudier les causes de la vie, nous devons d'abord avoir recours à la mort.

    4 : Devrais-je respecter l'homme quand il me méprise?

     


    votre commentaire