•  

     


    Victoria Forester

    2010 - Macmillan
    2 vol. (terminé)

     

     

     

     

    The Girl Who Could Fly

     

     

    Il semblait donc logique qu'elle quitte la ferme de ses parents pour se rendre dans une école top secrète pour des enfants avec des capacités exceptionnelles, qui vont de la super-force à la super-intelligence.
    Mais Piper est spéciale, même parmi les spéciaux.
    Et il y aura des conséquences.
    Conséquences trop terribles pour les évoquer.
    Trop folles pour les envisager.
    Et trop dangereuses pour les ignorer.

    Pour me détendre, j'ai pioché un petit livre jeunesse en VO. Une lecture qui m'a rappelé Kitty Lord a bien des égards. La nostalgie m'a prise et je me laissais séduire gentiment.

    Mon attention n'a été captée que lors de l'arrivée dans l'institut. Coupée du monde, Piper va y faire la connaissance d'autres enfants comme elle. Le moment où les choses intéressantes commencent !

    "If the good Lord wanted things to keep changing all the time, then the sun wouldn't rise up the same way every blessed morning." 1

    La narration va suivre un jeu des apparences. Les personnages ne sont pas tous ce qu'ils semblent être. Leurs motivations ne sont pas celles qu'ils laissent paraître et Piper va devoir ouvrir les yeux sur les gens qui l'entourent.

    Les super-pouvoirs ne sont pas exclusivement réservés aux humains dans The Girl Who Could Fly. Tout être vivant peut se voir doté d'une capacité spéciale, même une plante, un insecte ou un animal. Un petite originalité qui m'a beaucoup plu.

    There's a big difference between floating and flying. 2

    Bien que cette lecture soit orientée jeunesse, j'y ai trouvé quelques passages un peu dur, par la maltraitance que subissent certains personnages. La tristesse aura aussi sa part. Je garderai en tête pour longtemps le magnifique chant qu'ils entendirent tous.

    Pour aller avec le côté jeune public, l'héroïne est d'une joie régulière et a de l'espoir à revendre. Un bon état d'esprit, surtout pour ses camarades, qui m'a quelquefois dérangé. Un tout petit peu.

    Every road you walk down's got a price. 3

    Rien que pour avoir fait resurgir des souvenirs de Kitty Lord, je garde de la place pour The Girl Who Could Fly dans ma tête. Ce n'était pas si mal.

     

     


    1 : Si le bon Dieu voulait que les choses changent sans cesse, le soleil ne se lèverait pas de la même façon chaque jour.

    2 : Il y a une grande différence entre flotter et voler.

    3 : Tous les chemins que tu prends ont un prix.

     


    votre commentaire
  • Bien que mon rythme de lecture ait drastiquement chuté, je continue de lire. Après un manga décevant, j'opte pour la suite de Millénium, dont le premier tome m'a laissé un très bon souvenir.

     

     

    Lecture #54

     

    Millénium T2 : La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette  ▌ Stieg Larsson  ▌ 2008 - France Loisirs  ▌ 4 vol. (terminé)

    Tandis que Lisbeth Salander coule des journées supposées tranquilles aux Caraïbes, Mikael Blomkvist, réhabilité, victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millénium sur un thème brûlant pour des gens haut placés : une sombre histoire de prostituées exportées des pays de l'Est.
    Mikael aimerait surtout revoir Lisbeth. Il la retrouve sur son chemin, mais pas vraiment comme prévu : un soir, dans une rue de Stockholm, il la voit échapper de peu à une agression manifestement très planifiée. Enquêter sur des sujets qui fâchent mafieux et politiciens n'est pas ce qu'on souhaite à de jeunes journalistes amoureux de la vie. Deux meurtres se succèdent, les victimes enquêtaient pour Millénium. Pire que tout, la police et les médias vont bientôt traquer Lisbeth, coupable toute désignée et qu'on a vite fait de qualifier de tueuse en série au passé psychologique lourdement chargé...


    votre commentaire
  •  

     

    Le Mythe de Cthulhu


    H.P. Lovecraft

    2010 - J'ai Lu

     

     

     

     

    Le Mythe de Cthulhu

     

     

    Partout dans le monde renaissent des rituels hideux, typiques d'un culte blasphématoire que l'on croyait disparu à jamais : le culte de Cthulhu. Les peuplades primitives se révoltent pour adorer d'odieuses idoles à l'effigie de la monstrueuse créature céphalopode, endormie depuis des millions d'années dans sa demeure sous-marine de R'lyeh. Les temps seraient-ils venus ? A travers les Etats-Unis, quelques hommes courageux, comme le professeur Angell, de Providence, l'inspecteur Legrasse et le premier lieutenant Johansen, vont tenter de s'opposer au réveil de Cthulhu. Mais que peut le courage contre une abomination venue d'outre-espace, dont la simple vue suffit à vous faire perdre la raison ?

    Ce livre, je le place dans la catégorie "Lu pour ma culture générale". Je voulais le lire pour savoir enfin ce qui se cachait derrière le mot "Cthulhu".

    Le format n'est pas de ceux qui m'emballent. Je ne raffole pas des nouvelles, je n'en lis généralement pas. Ma façon de lire est plus à remettre en cause que les nouvelles en tant que telles. J'aime tourner les pages autant que je le veux et m'arrêter quand l'envie me prend. Parfois l'envie m'a prise 10 pages avant la fin d'une nouvelle. Ainsi le lendemain, je lisais les 10 dernières pour passer à autre chose et m'arrêter de nouveau en plein milieu. Pas idéal. Je ne suis pas faite pour les nouvelles.

    Il y a une qualité vocale particulière à l'homme, et une qualité vocale particulière aux animaux : rien n'est plus terrible que d'entendre l'une quand l'organe d'où elle provient devrait émettre l'autre.

    Je m'attendais à en savoir plus sur Cthulhu. La fascination autour de la créature est liée au mystère. J'en ai donc peu appris... Et certainement pas suffisamment ! C'est dire à quel point : La présence de Cthulhu n'est pas clairement évoquée dans toutes les histoires. Les éléments fantastiques peuvent y être liés sans que ce ne soit précisé ! Là est le charme de Cthulhu !

    J'avais déjà décidé de poursuivre mes recherches, car il me semblait, dans mon innocence, que l'incertitude était pire que tout, même si la vérité était terrible.

    Ce qui fait que je pourrais facilement m'attacher à cette immonde créature, c'est le mystère qui l'entoure. Si je voulais en savoir plus, je devrais me transformer en véritable Sherlock et chercher les éléments parsemés dans les nouvelles de ce recueil mais aussi ailleurs.

    La nature de ce mystère s'accorde parfaitement avec le style littéraire de Lovecraft, qui nourrit une ambiance oppressante. Je voyais l'atmosphère autour de moi s'assombrir à mesure que ma lecture avançait. Du fantastique dans toute sa splendeur.

    Maintenant, il s'attendait à n'importe quoi ; il s'était accoutumé à sentir près de lui la présence d'une chose qui allait se révéler clairement un jour ou l'autre.

    C'est dire à quel point l'auteur est très bon dans ce qu'il a construit : la frontière entre le réel et le surnaturel est tellement floue que j'ai pris le Necronomicon pour un ouvrage réel. Je me suis rendue compte de la supercherie en faisant des recherches sur le net. Bravo M. Lovecraft !

    Néanmoins, j'ai eu du mal à avancer dans ma lecture. Les pages peuvent être un peu lourdes à lire et certaines nouvelles m'ont bien plus passionnées que d'autres. Peu à peu, j'en suis venue à la fin. Je ne sais cependant pas si je lirais de nombreuses autres oeuvres de l'auteur.

     


    votre commentaire
  • Valley - Soldier




     


    votre commentaire
  • J'ai décidé de me tourner un peu vers les titres que j'ai commencé à acquérir pour savoir si je veux acheter la suite ou si je me contente de la lire en ligne. Pour Ai non-stop, c'est tout vu : ce sera en ligne !

     

     

    Suivi de lecture #53

     

    AI non-stop !  ▌ Ken Akamatsu  ▌ 2004 - Pika  ▌ 8 vol. (terminé)

    Hitoshi est un élève de seconde réservé, pas très doué que se soit en sport ou en cours et qui est un peu la risée de sa classe. Pourtant il a un point fort : l'informatique et en particulier l'Intelligence artificielle. Il a ainsi réussi à créer un programme capable de parler et surtout de réfléchir et de s'auto corriger. Il l'a appelé Satie et son interface graphique représente la femme parfaite aux yeux du jeune homme. Un jour d'orage, la foudre tombe sur l'ordinateur et Satie se matérialise devant son créateur. Elle devient sa petite amie officielle et intègre désormais son quotidien...


    votre commentaire