• Demain soir, cela fera dix jours exactement que mon ordinateur a décidé de se mettre en grève. Une grève que je conteste bien qu'aucun canal de communication ne soit ouvert entre lui et moi.

    Ordinateur en grèveCette situation m'ennuie terriblement. J'aime avoir mon ordinateur, mes habitudes dessus, mes logiciels et mes fichiers. Dorénavant, exit tout ça !

    L'idéal serait de se procurer une nouvelle machine. J'y songe beaucoup. Je devrais pouvoir fanchir le pas d'ici la fin de l'année. Pas avant l'automne d'après moi. Ca me laisse tout de même quelques mois à devoir continuer sans ordinateur personnel.

    À l'heure actuelle, je ne me sens pas trop pénalisée. J'ai ma tablette, notamment pour tout ce qui est mails et informations rapides sur internet. Je dispose de mon ancien ordinateur, avec une vitesse de croisière qui fait tout juste concurrence à une limace. Toutefois je peux naviguer dessus, écrire mes articles et avoir accès à mes propres logiciels. Ce qui n'est pas négligeable ! En dernier recours, Chéri me laisse à disposition sa propre machine dès que j'en ai besoin.

    Dans cette situation, je passe inévitablement moins de temps les doigts sur un clavier ou la main sur une souris. Bien que possédant des alternatives, ce n'est pas pareil qu'avec mon ordinateur qui va bien.

    Je pense néanmoins pouvoir tenir mon rythme sur Vagues Souvenirs.

    J'ai perdu toutes mes chroniques rédigées en avance. Ré-écrire celles des Brefs ne me dérange pas. Pour ce qui est des chroniques plus longues, qui prennent un article à elles toutes seules, elles seront remises à plus tard. J'ai bon espoir de pouvoir récupérer mes données à un moment où à un autre. Si cela tarde trop, je ré-écrirais mon avis sur Le Mythe de Cthulhu, The Girl Who Could Fly, Prince de sang et Frankenstein. Ne vous attendez donc pas à les voir arriver de si tôt.

    La dernière sauvegarde que j'ai fait de mes documents remonte au 1er mars. J'ai donc à portée tout ce qui est nécessaire pour assurer la bonne continuité du blog. Je n'ai finalement perdu que mon avance qui me permettait de flâner quand je le voulais !


    votre commentaire
  • Mon ordinateur a décidé de ne plus vouloir s'allumer. Pour noyer mon chagrin, je me plonge dans la lecture.

     

     

    Suivi de lecture #51

     

    Seed of Love  ▌ Atsuko Nanba  ▌ 2011 - Soleil  ▌ 7 vol. (terminé)

    De nombreuses amies, un petit copain plus âgé qu'elle, Miku a tout ce qu'il faut pour passer sa 1ère année au lycée sans le moindre tracas.

    Sauf qu'un jour, son père lui annonce sans détours qu'il e décidé d'ouvrir une pension... !? Voici une histoire où les amours d'adolescence s'entrecroisent et ne vont jamais comme il faudrait !


    votre commentaire
  • Lago - Karibu




     


    votre commentaire
  • A Cats Life ayant commencé la lecture de ce livre fin juin, j'ai décidé de lui emboîter le pas. C'est terriblement prenant !

     

     

    Suivi de lecture #50

     

    Millénium T1 : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes  ▌ Stieg Larsson  ▌ 2008 - France Loisirs  ▌ 4 vol. (terminé)

    Ancien rédacteur de Millénium, revue d'investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d'une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu'un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée, placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu'il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu'au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier.
    Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers. lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l'écorchée vive vont résoudre l'affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu'il faudrait peut-être taire.


    1 commentaire
  •  

     

    Le Roi des Fauves


    Aurélie Wellenstein

    2015 - Scrineo

     

     

     

     

    Le Roi des Fauves

     

     

    Accusés de meurtre, Ivar, Kaya et Oswald sont injustement condamnés à un sort pire que la mort. Enfermés dans un royaume en ruines, coupés du monde, il leur reste sept jours d'humanité. Sept jours pendant lesquels le parasite qu'on leur a inoculé va grandir en eux, déformant leur corps et leur esprit pour les changer en monstres, en berserkirs, ces hommes-bêtes enragés destinés seulement à tuer ou être tués.
    Commence alors une course contre le temps, effrénée, angoissante, où les amis d'hier devront rester forts et soudés, pour lutter contre les autres... et surtout contre la bête qui grandit en eux. Existe-t-il une issue? Existe-t-il un salut quand son pire ennemi n'est autre que soi-même?

    Ce livre est beau. L'image est magnifique, la typographie du titre lui colle comme un gant. Rien que voir le roman pousse à l'achat. J'ai pu découvrir un artiste, Aurélien Police, et suis totalement conquise par son style que l'on peut retrouver sur plusieurs romans !

    Vis à vis du résumé, j'ai trouvé la mise en place de l'intrigue un poil longue. Un quart du roman s'écoule avant que je ne parvienne à la première phrase du résumé ci-dessus. Je comprends la nécessité de raconter le "crime" et la capture de nos trois personnages. Je m'attendais juste à rentrer plus rapidement dans la partie principale du récit.

    Que la perspective de sa mort réjouisse tant de gens l'épouvantait.

    Bien que je ne m'ennuyais pas pendant les 75-80 premières pages, une fois nos condamnés livrés à leur sort, le récit prend une autre tournure. Les trois amis vont tenter de faire front ensemble à leur dernière semaine en tant qu'humain. Ils ne savent absolument rien des mécanismes de la transformation, ce qui augmente d'autant plus leur angoisse, et la mienne en tant que lectrice.

    Je suis aussi ignorante qu'eux en la matière de berserkirs. J'ai découvert ces créatures mythologiques dans ce roman, êtres rarement rencontrés. Je les aime. J'aime le fait qu'il s'agisse d'humains torturés, physiquement à mi-chemin entre l'homme et la bête et mentalement presque entièrement bête. Elles ont de quoi effrayer par leur grandeur, leur grosseur, leur côté hirsute, leur violence, leur soif de sang, leur rage...

    Son petit corps frêle se déformerait ; sa beauté se fanerait, mais surtout, elle perdrait la raison. Plus que la métamorphose physique, cette perspective terrifiait Ivar.

    Des trois personnages, le récit se centre sur Ivar, le fils du forgeron bien décidé à protéger ses amis envers et contre tout. J'ai apprécié le tumulte dans sa tête ainsi que celles de ses amis. Ils sont tous en proie à l'angoisse, la peur, la terreur... Ils redoutent ce qu'ils deviendront bien plus que les autres êtres condamnés avec eux.

    L'histoire est prenante. Une semaine s'écoule vite, d'autant que chaque jour apporte son lot d'émotions par les diverses rencontres qu'ils vont faire : une fillette, d'autres condamnés, des berserkirs, un fantôme, le roi des fauves... La sécurité n'existe plus. La survie est essentielle.

    Ils avaient survécu au premier jour de leur exil... Il leur en restait six avant de sombrer dans la folie.

    Ajoutons à cela la famine dont ils ont souffert dans leur village et qui se prolonge car ils n'ont pas de quoi chasser. La faim les tenaille, la fatigue physique et mentale les attaque. Et qui est ce roi des fauves?

    J'ai beaucoup aimé cette sombre fantasy, le principe du berserkir et les personnages d'Ivar, du fantôme et du roi des fauves en particulier. La fin ouverte m'a surprise, me laissant sur une pointe d'amertume. Mais ainsi ce devait être.

     


    votre commentaire