• Problème de lectrice : les vacances

     

    Je ne sais pas vous, mais quand je pars en vacances, c'est tout une organisation niveau livre. Déjà il me faut établir : Est-ce un séjour court, comme un weekend, un séjour moyen, comme une semaine, ou un long séjour de plus d'une semaine?

    Dans tous les cas, je suis embêtée.

    Vais-je avoir le temps de lire pendant les dites vacances? Vais-je lire dans le train ou tomber de sommeil? Cette question est primordiale. Plus j'ai le temps, plus je lis. Donc plus il me faut des pages à tourner.

    Dans le cadre d'un weekend, je ne m'embête pas. J'emporte mon livre en cours. Sauf s'il ne me reste que 30 pages. Auquel cas j'embarque un autre livre. Ce qui veut donc dire une charge supplémentaire dans mon sac, ainsi que de la place prise. Quand le bagage est petit, tout espace devient vital. Bien que les livres soient essentiels à ma survie, le sont-ils plus qu'un deuxième pantalon? Le choix peut vite se complexifier.

    Actuellement, je me prépare à des vacances de près d'une semaine. Je ne vous dis pas la catastrophe que c'est. J'ai terminé mon précédent livre jeudi soir. Je pars mardi. N'oubliez pas que je suis une limace et que j'avais plein de choses prévues ce weekend. Se poser lire tout un après-midi n'en faisaient pas partie.

    Les questions affluent alors : Quel livre lire? Vais-je trouver un tout petit livre que j'aurai le temps d'avaler avant mon départ? Ou dois-je me tourner vers un gros pavé qui m'occupera également pendant mon séjour? Mais est-il judicieux d'emporter un livre papier? Gros de surcroît? Ne devrais-je pas en profiter pour embarquer ma liseuse malgré ma préférence pour le papier? Mais du coup, je deviens extrêmement limitée en choix de lecture...

    Être lecteur, ce n'est pas toujours si simple.

    J'ai tout de même une ébauche de solution pour ceux qui se retrouvent dans mes tourments : S'il y a une librairie pas loin d’où vous allez, ne vous encombrez pas, vous trouverez votre bonheur sur place !

    Pour les autres, je compatis. Terriblement.

    Si vous craignez d'abîmer votre livre (ce qui est toujours mon cas), que votre place dans vos affaires est comptée, préférez la liseuse. Autrement, profitez-en pour emmener tous les livres qu'il vous plaira ! (surtout si c'est une voiture qui transporte tout et non vous qui faites le mulet)

    Faire part de mon problème m'aura au moins permis de me décider : va pour la liseuse. Au besoin, j'ai encore le temps de faire du shopping si rien ne me plait dans ma bibliothèque virtuelle !


    votre commentaire
  • Je l'avais mis de côté depuis plus d'une semaine, décidée à en faire ma prochaine lecture. Me voilà enfin prête à lui ouvrir les bras !

     

    Lecture 2018 #8

     

    L'héritage des Darcer, tome 1 : L'envol  ▌ Marie Caillet  ▌ 2010 - Michel Lafon  ▌ 3 vol. (terminé)

    Lorsqu’on s’appelle Mydria, qu’on est la fille unique et chérie des puissants Siartt, et qu’on a pour objectif principal d’accéder à un pouvoir plus grand encore en épousant le prince héritier du royaume, la vie ne peut pas être ennuyeuse. Jusqu’au jour où Mydria découvre ses vraies origines. Elle n’est nullement Siartt, mais l’ultime héritière d’une dynastie renversée depuis des générations ! Horreur : à la suite de ses ancêtres, elle est tenue de se lancer à la recherche du trésor familial, recevant pour seules aides un sifflet et le Don d’Aile, cet étrange pouvoir capable de vous métamorphoser à volonté…

    Le pire danger ne l’attend peut-être pas derrière l’errance, la bataille et les cloques aux pieds. Le pire danger pour un cœur confiant ne tient peut-être qu’en un seul nom : Orest.


    votre commentaire
  • 2018, une année qui commence bien

    Je ne sais pas pour vous, mais 2018 me semble être une bonne année. Que de belles choses à prévoir ! J'ai le sentiment que je vais faire un grand pas en avant cette année, dans tous les domaines. Le livre n'en fait pas exception et je continue d'être très gâtée même si j'ai le pressentiment que je vais moins trouver le temps de lire que l'an passé.

    2018, une année qui commence bien

     J'ai utilisé mon budget de janvier pour terminer la série Mei's Butler que j'ai commencé à lire hier soir. Quelle grand bouffée d'oxygène après la difficile lecture du Nom de la rose. Je revis. Je m'y plais tellement que j'en suis déjà au 9e volume. Un petit shojo qui me fait bien passer le temps et me change les esprits.

    2018, une année qui commence bien

    Février arriva ensuite avec son grand lot de livres. J'ai reçu un beau colis de la part de liame avec mon quota de magazine Animeland que je continue de lire assidûment et régulièrement ainsi que 3 gros romans. Mieux encore, 3 intégrales ! C'est en les découvrant que chéri su que je ne grandis pas. La simple vue des livres a illuminé mes yeux. De belles histoires fantastiques à venir avec La Moira, Les Rois-Dragons (ma couverture préférée des trois) et Les Sept Lames.

    2018, une année qui commence bien

    Chéri n'est pas en reste puisqu'il m'a offert ce beau coffret de Tolkien comprenant Le Hobbit ainsi que Le seigneur des anneaux en VO. Je vais avoir ma dose d'évasion cette année, aucun problème. Sitôt que j'arrive à m'évader de mon boulot à une heure normale, je plongerai dans un livre.

    2018, une année qui commence bien

    Puis vint l'instant tragique, la sortie en librairie de février, munie d'une carte cadeaux Cultura. Craquage complet assuré, je n'ai jamais eu autant de mangas d'un coup. J'ai raflé les trois premiers tomes de Radiant, les quatre premiers de L'attaque des titans, j'ai poursuivi la série Soul Eater avec le double tome 6-7 ainsi que l'intégrale Kingdom Hearts avec trois nouveaux volumes.

    2018, une année qui commence bien

    Après un mois si fructueux, rien d'étonnant d'apprendre que j'ai été sage en mars et n'ai rien acheté. En avril, je reprends mes habitudes !


    votre commentaire
  • Un peu de légèreté après ma précédente brique. Quelle lecture bienvenue que ce manga !

     

    Lecture 2018 #7

     

    Mei's Butler  ▌ Riko Miyagi  ▌ 2010 - Glénat  ▌ 20 vol. (terminé)

    Alors que Mei vient de perdre ses parents dans un accident de voiture, un jeune homme du nom de Rihito apparaît soudain. Il se met à l’appeler “mademoiselle” et lui déclare qu’il est son majordome. Le père de Mei était en réalité le fils aîné d’une famille très riche dont elle est désormais la seule héritière. Que va-t-il advenir de Mei, devenue en une nuit une demoiselle de bonne famille ? L’amour peut-il naître entre une maîtresse et son serviteur ?


    votre commentaire
  •  

     

    Raymond E. Feist

    2007 - J'ai Lu
    2 vol. (terminé)

    Voir aussi :

    L'entre-deux guerres T1

     

     

     

     

    Le boucanier du roi

     

     

    A 17 ans, Nicholas est considéré par son père, le prince Arutha, comme un garçon manquant singulièrement d'expérience. Afin de l'aguerrir et de le préparer à ses futures responsabilités, Arutha envoie son fils chez son oncle, le duc Martin, auquel il devra servir d'écuyer pour un temps. Ce qui s'avère un travail fastidieux et rébarbatif va pourtant rapidement devenir pour le jeune homme une aventure aux proportions épiques : la ville ducale est attaquée par de mystérieux esclavagistes et Nicholas prend la responsabilité de partir à leur poursuite. Mais il s'apercevra vite que de ses actions dépendront non seulement la vie des jeunes gens enlevés, mais aussi et surtout le futur de tout le monde de Midkemia.

    Je me sens embrumée à la sortie de cette lecture. Les effluves de l'aventure m'entourent encore. On pourra dire que je me suis évadée !

    - Parfois, ce qui compte, ce n'est pas ce que tu es, mais comment les gens te traitent.

    Mon amour pour Feist est constant. Le boucanier du roi est une lecture de plus qui me conforte dans l'idée que ma valeur sûre est cet auteur. Un petit coup de mou? Envie d'une bonne fantasy? Je n'ai qu'à prendre un livre de Feist.

    J'aime Midkemia et pouvoir y retourner dans presque chacun de ses livres. Je ne m'en lasse pas. Heureuse suis-je de savoir qu'il me reste encore bien des tomes dans cet univers fantastique.

    - Je choisis de ne pas m'émouvoir à propos de choses sur lesquelles je n'ai aucun contrôle.

    La narration est efficace et les complots toujours présents. On ne peut pas lire un livre de l'auteur sans s'attendre à ce que des complots politiques surgissent. Faites vous une raison. De toute façon, c'est ce qui rend l'intrigue aussi intéressante. Je vais de l'avant en ne cessant d'ajouter des pièces à un puzzle aux contours flous. C'est trépidant !

    Pour réussir, il faut être prêt à risquer l'échec.

    Les batailles sont aussi nombreuses et inévitables. Le cadet du prince Arutha va en découvrir l'amère réalité. Impossible de ne pas y faire face dans un tel monde.

    Les deux histoires indépendantes de L'entre-deux guerres ont un personnage principal similaire : un jeune prince du royaume se retrouve au milieu d'une sale affaire et va s'en retrouvé grandi. C'est classique et bien écrit. Pourquoi se priver?

    - Qui d'autre pourrait-il blâmer? Je suis le seul survivant.

    Nicholas, affectueusement nommé Nicky, n'a pas le même caractère que ses frères. Cette différence influe sur toutes les décisions et le cours de l'histoire, la faisant prendre une autre direction.

    J'ai découvert une nouvelle terre avec ce roman, de nouveaux paysages et surtout des cultures différentes. Ca me fascine ! Tout autant que tous les pétrins auxquels une solution doit être trouvée.

    - L'affronter, c'est facile. C'est survivre qui le sera moins.

    Je ne lis pas seulement un roman quand j'ouvre un livre de cet auteur. Je voyage réellement. Tout est si précis que je me percevais tel un esprit flottant accompagnant les personnages. Lire un tel roman est pour moi comme voir un film de fantasy en ayant la certitude qu'il va me plaire. Il me suffit de m'installer confortablement et d'appuyer sur "Play".


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires