•  

     


    Richard Matheson

    2004 - Folio

     

     

     

     

    Je suis une légende

     

     

    Chaque jour, il doit organiser son existence solitaire dans une cité à l'abandon, vidée de ses habitants par une étrange épidémie.
    Un virus incurable qui contraint les hommes à se nourrir de sang et les oblige à fuir les rayons du soleil... Chaque nuit, les vampires le traquent jusqu'aux portes de sa demeure, frêle refuge contre une horde aux visages familiers de ses anciens voisins ou de sa propre femme. Chaque nuit est un cauchemar pour le dernier homme, l'ultime survivant d'une espèce désormais légendaire.

    Dans le cadre du challenge en binôme LDPA, j'ai décidé de lire Je suis une légende parmi la sélection d'Angel. Et quelle très bonne découverte ce fut !

    La narration du récit est très simple. Pas de fioriture, pas de descriptions à tout va. C'est même à peine s'il y a des descriptions. On s'en tient aux faits, à ce qu'on voit et basta. Pas besoin d'écrire 10 lignes quand ça peut tenir en une seule. L'écriture est ainsi faite et m'a tout de suite plu.

    Il devait exister un moyen plus simple de les éliminer, mais comment le trouver quand ils ne lui laissent aucune chance de souffler ni de réfléchir?

    Seul depuis la mort de sa femme, Robert survit jour après jour. J'ai partagé avec lui de nombreuses journées entre ses murs, le regardant boire verre sur verre. Son esprit en a pris un coup. A être seul si longtemps sans aucune autre âme humaine avec qui discuter, la raison ne peut qu'en pâtir. Les journées se ressemblent et la vie ne semble pas s'améliorer. Pourtant, il est encore en vie.

    Ils ignoraient la solidarité. La faim seule les guidait.

    Un changement va s'opérer dans sa morne vie solitaire lorsqu'il va faire une nouvelle découverte sur ce qu'il appelle les vampires. Une chose évidente sous son nez depuis le début à laquelle il n'avait pas fait attention. Un peu à la façon qu'on peut avoir de chercher ses lunettes alors qu'elles sont sur notre nez. Avec un laps de temps plus grand jusqu'au moment de la trouvaille.

    "La puissance du vampire tient à ce que personne ne croit à son existence."

    J'ai été aussi intéressée que Robert par toutes ses recherches pour comprendre la "maladie". Il n'est pas un homme écervelé qui se contente de tout tuer sur son passage sans but. Certes, il n'a aucun but, mais il ne trucide pas de la chair sous prétexte qu'il n'y a rien d'autre à faire. Les expérimentations naissent et le savoir s'acquiert.

    A divers instants, des retours en arrière ont lieu, permettant d'apprécier Virginia et Cortman, deux personnages cités qui auraient pu n'être que des noms sortis par Robert.

    Pourquoi s'échiner à vivre quand il suffisait d'ouvrir une porte et de faire quelque pas pour en finir?

    Le roman ne sera pas lassitude. Il est passionnant de part le style d'écriture principalement. L'auteur va de surcroît insérer quelques pointes d'émotions, dont une qui fut un véritable drame pour ma part. J'ai dû avoir aussi mal au coeur que Robert, sûrement plus.

    Dans un mon où l'horreur constituait la norme, nul salut ne pouvait venir des rêves.

    Ce livre est exceptionnel du début à la fin. Je ne peux que recommander chaudement cette lecture qui m'a embarquée et dont j'ai adoré me replonger dedans chaque fois que je pouvais ouvrir le livre. Sans pour autant avoir noué une réelle affection pour Robert, je l'ai apprécié pour l'homme qu'il était et son esprit. Je suis encore sidéré par la façon que le récit aura décidé de se terminer, offrant une leçon de plus à ce qui semble être le dernier homme.

     

     

    Note : À ceux qui se posent des questions vis à vis du film du même nom, les seules similarités qui existent peuvent se résumer au contexte post-apocalyptique suite à une épidémie et au nom du personnage principal. Tout le reste est changé, du travail de Robert, aux noms de sa fille et son épouse, aux "vampires" en passant par... tout ce qui se passe dans le livre en fait.

     


    votre commentaire
  • Etant sur une très bonne lancée de lecture depuis le début de l'automne, j'en profite pour refaire face à l'immense saga commencée il y a déjà un peu plus de deux ans : La Tour Sombre. De quoi enfin clore toute cette histoire.

     

    Suivi de lecture #28

     

    La Tour Sombre T7 : La Tour Sombre  ▌ Stephen King  ▌ 2006 - France Loisirs  ▌ 7+1 vol. (terminé)

    Les retrouvailles du ka-ten de Dix-Neuf auront été de courte durée, car les pistoleros doivent à nouveau se séparer pour accomplir les deux tâches dont dépend le sort de la Tour Sombre : mettre fin à l'ignoble labeur des Briseurs détruisant les Rayons, et sauver l'écrivain Stephen King d'une mort programmée qui les condamnerait inéluctablement.
    Et ce n'est là qu'un prélude à l'affrontement avec Mordred - monstre hybride enfanté par Mia/Susannah -, le dernier héritier de la lignée d'Eld mais aussi du Roi Cramoisi, lequel n'a pas dit son dernier mot.
    Pour Roland de Gilead, la Tour est à ce prix... un prix qu'il devra payer de tout son être, pour la survie de tous les mondes.

     

     Voir les chroniques des Tomes 1, 2 & 3 ; Tome 4 : Magie et Cristal ; Tome 5 : Les Loups de la Calla ; Tome 6 : Le Chant de Susannah


    votre commentaire
  •  

     

    Guinevere, la dame blanche


    Jean-Louis Fetjaine

    2014 - Fleuve

     

     

     

     

    Guinevere, la dame blanche

     

     

    Lorsque Arthur épouse Guinevere de Carmelide, le royaume de Camelot semble retrouver un peu de l'éclat ancien, du temps de l'alliance entre les elfes et les hommes. Merlin met cependant le roi en garde : la beauté et l'apparente fragilité de la jeune reine cachent une nature bien plus effrayante, dont son nom véritable, Gwenwyffar, "Blanc Fantôme" est le sombre présage. Alors que des armées de monstres, qu'on croyait vaincues à jamais, se répandent de nouveau sur les terres des hommes, Camelot s'enfonce peu à peu dans la guerre, les complots et les trahisons. Entre la Dame Blanche et le mage d'Arthur, un combat s'engage pour la survie du royaume.

    Une part de moi restera éternellement attirée par les légendes arthuriennes, tout comme elle l'est de robin des bois. Guinevere m'a offert une nouvelle vision de l'histoire d'Arthur et de la Table ronde.

    Arthur est déjà Roi. Déjà âgé pour un homme de son époque et profondément aimé de son peuple. Il ne vit pas comme un noble reclus dans son château dédaignant la populace. Il est dehors avec ses hommes, il aide à la reconstruction de son château et est en première ligne des combats. Son seul problème concerne l'avenir, lorsqu'il ne sera plus là alors qu'il n'a aucun héritier.

    Pourquoi ne l'avait-on plutôt étranglée dans son sommeil, au lieu de la faire vivre ainsi privée du moindre amour?

    À ses côtés, j'ai redécouvert Lancelot. Il est à mes yeux le personnage le plus énigmatique du récit. Présent en permanence aux côtés du Roi, il conserve un calme épatant. Peu bavard, ses mots peuvent se faire précieux et totalement absents lorsqu'il s'agit d'évoquer son passé. L'auteur va fournir quelques informations et me rendre plus curieuse encore sur cet homme.

    Mais quand un homme vient d'égorger vos dames de compagnie et que son armée massacre votre escorte, on écoute sans le contrarier.

    Celui que j'aurais cru partout par habitude, c'est Merlin. Tel le vent, il va et vient, sans prévenir ou crier gare. Libre comme l'air il vagabonde, tel le reflet de son coeur. Lassé de déjouer le destin pour voir un rêve d'antan se réaliser, il est devenu davantage un spectateur ne bougeant un pion que de-ci, de-là.

    Ce rêve de pouvoir qui ne cessait jamais de diviser les hommes.

    Le titre du roman se porte pourtant sur un autre personnage encore : Guinevere, la (futur) femme d'Arthur. La Reine de Camelot. Une jeune femme au fort caractère qui n'a pas sa langue dans sa poche. Son arrivée aux côtés du Roi va tout faire basculer pour le royaume. Sa présence et son évolution mènent l'histoire à son terme. La dernière page du livre remet entièrement en cause Guinevere, le genre de manœuvre qui me plait tout particulièrement.

    Ici, donc, pas de quête de Saint Graal ou d'Excalibur. L'auteur ne se concentre pas sur le début de son règne ou ses quêtes épiques, plutôt sur la fin du règne d'Arthur.

    Ce qui comptait avant tout, c'est qu'il y ait la guerre.

    Un ingrédient manque encore à ce tableau : la fantasy. Inextricablement lié à la légende, l'auteur propose une version dans laquelle je me suis plongée rapidement. Pas de dragon présent, en revanche des elfes, des orcs, des gobelins, l'évocation de nains disparus... Le tout en conservant précautionneusement les traits de la légende arthurienne et ses personnages : les demi-sœurs d'Arthur, ses neveux, la dame du lac... Une fois que j'ai commencée à faire quelques recherches, j'ai été sidérée de faire les liens avec Guinevere et de réaliser la fidélité qui existe.

    Comment pouvait-elle être si peu humaine, pour ne jouir que de sa cruauté?

    Passionnant pour son sujet, raconté par un passionné retranscrivant si bien son amour, Guinevere m'a donné envie de me rapprocher des autres livres de Jean-Louis Fetjaine qui semblent s'entre-lier.

    La seule question qui restera en suspend pour le lecteur est : Qui manipulait qui?

     


    votre commentaire
  • Je ne perds pas de temps pour le challenge LDPA en me lançant dans la lecture passionnante de Je suis une légende !

     

    Suivi de lecture #27

     

    Je suis une légende  ▌ Richard Matheson  ▌ 2004 - Folio

    Chaque jour, il doit organiser son existence solitaire dans une cité à l'abandon, vidée de ses habitants par une étrange épidémie.
    Un virus incurable qui contraint les hommes à se nourrir de sang et les oblige à fuir les rayons du soleil... Chaque nuit, les vampires le traquent jusqu'aux portes de sa demeure, frêle refuge contre une horde aux visages familiers de ses anciens voisins ou de sa propre femme. Chaque nuit est un cauchemar pour le dernier homme, l'ultime survivant d'une espèce désormais légendaire.


    votre commentaire
  • Livra'deux pour pal'Addict Session Nov/Dec/Jan

     

    En cette fin d'année, je me suis inscrite à un challenge en binôme. Je voulais m'essayer à l'exercice depuis un moment sans tomber au bon moment, les inscriptions étant closes. Pour cette session, je suis dans les clous !

     

    Le principe :

    Ce défi est initié par Galleane sur LivrAddict. Les binômes (aléatoires ou définis en avance) choisissent chacun 3 livres dans la PAL de l'autre en respectant les critères, et chacun devra en lire un de la sélection dans le temps imparti. En l'occurrence, jusqu'au 31 janvier pour cette session.

     

    Mon binôme :

    Angel402 sur Eklablog, whiteangel00 sur LivrAddict, elle gère le blog Les chroniques d'un ange, axé sur les dramas, animes et mangas ainsi que le blog Plumes Exquises pour tout ce qui est littéraire. L'actualité de ses deux blogs peut être suivie sur sa page facebook Le petit monde d'Angel.

     

    Les livres choisis par Angel :

    * Qu'elle a lu et aimerait faire découvrir à son partenaire : L'Héritage, tome 1 : Eragon de Christopher Paolini
    * Dont elle aimerait avoir l'avis d'un ami : Je suis une légende de Richard Matheson
    * Des titres qui l'interpellent pour leur résumé... : Les Etoile de Noss Head, tome 1 : Vertige de Sophie Jomain

    Livra'deux pour pal'Addict Session Nov/Dec/Jan

     

    Les livres que j'ai sélectionnés pour Angel :

    * Que j'ai lu et aimerais faire découvrir à son partenaire : La Sélection, tome 3 : L'Elue de Kiera Cass
    * Dont j'aimerais avoir l'avis d'un ami : La Déclaration de Gemma Malley
    * Des titres qui m'interpellent pour leur résumé... : Le Joyau, tome 1 de Amy Ewing

    Livra'deux pour pal'Addict Session Nov/Dec/Jan

     

    Remarquez comme on est bien coordonné toutes les deux : Des livres dans les teintes bleues pour moi, des livres plutôt dans le blanc pour elle. La hasard est parfois amusant.

    J'ai décidé de lire Je suis une légende pour ce défi, le seul qui n'était pas une série. J'avoue préféré finir ma bien-aimée Tour Sombre avant de me lancer dans une nouvelle série. Et c'est pour bientôt ! Ceci dit, Eragon m'aurait bien tenté, depuis le temps que je le traîne sur mes étagères. Ce n'est que partie remise.


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires